Roswell-fanfictions

fan-fictions sur la serie Roswell
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Coup de Foudre au XIVème siècle

Aller en bas 
AuteurMessage
Iva behr
Invité



MessageSujet: Coup de Foudre au XIVème siècle   Sam 4 Mar - 22:00

Voici une FanFictions que je viens de trouver cé pas moi qui les écrites mais je l'adore alors je la poste voila.Résumé: Aucun extraterrestres, juste de la romance dans le cadre du XIV ème siècle ..

Couples: Max & Liz + Michael & Maria + Isabel & Alex

Disclaimer : aucun personnages ne m'appartient (sauf peut-être Angélique)

Droits : je n’ai évidemment aucun droit sur les personnages les lieux et tout le reste mais j’adore vraiment cette série et je n’utilise pas ces noms à but lucratif.

Fan Fic située : pas de saisons précise ; histoire qui se situe dans le passé et sans extra-terrestres

Divers : Je pense faire des chapitres assez courts car je préfère en faire assez régulièrement et souvent que très longs mais sans jamais avoir le temps de les finir et tout ca donc voilà !


BONNE LECTURE !



Roswell, 1367


Dans une petite prairie, d’un petit village, alors que le soleil venait à peine de se lever, une jeune femme parcourait déjà un champs de long en large…

Sa pauvreté se lisait sur elle : ses habits étaient très vieux, rapiécés, usés, sales… De plus, elle était mince, son visage et ses mains était couverts de crasse.. Ses cheveux étaient incroyablement sales et couverts de terres et d’herbes…

Cette jeune fille était âgée de 15 ans et pourtant elle paraissait avoir bien plus, surtout que malgré son jeune âge elle avait subit de nombreuses épreuves psychologiques très dures. En effet, à l’âge de 10 ans elle avait perdu son père lors d’une émeute alors que ce dernier tentait seulement de calmer les émeutiers, ce fut pour elle une épreuve terrible car elle aimait beaucoup son père ; suite à cette tragédie sa mère eût une grave maladie, habituellement soignable mais elles n’avaient pas les moyens de payer les frais médicaux et comme sa famille ne s’étaient installés ici que depuis une dizaine d’années personne ne souhaitaient leur prêter de l’argent ; et en attendant de trouvé une solution la mère restait tout la journée couchée sur un lit patientant bravement jusqu’à ce que sa fièvre l’emporte, pendant que sa fille essayait de cultiver les terres de son défunt mari.

D’ailleurs le fait que cette famille, était étrangers à de nombreuses famille lui a également posé toutes sortes de problèmes : car quand son père était encore vivant personne n’osait rien dire car son père était globalement apprécié, mais quand il est décédé au lieu d’aider la famille qu’il laissait derrière lui, le village entier les a renier et personne ne voulait acheter les produits que la jeune fille cultivait en se tuant à la tâche on l’insultait à chaque fois qu’on la voyait et on lui jetait des cailloux, de la terre et tout ce qu’on pouvait trouver.

Malgré ça , la jeune fille restait fière et ne voulait sous aucun prétexte s’abaisser au niveau des villageois : car si elle avait le physique robuste de sa mère , elle avait garder le tempérament calme de son père, qu’elle eusse admirer tant.

Dans tous le village qui comptait une centaine d’habitants, seuls ses voisins : les Valenti daignaient lui adresser la parole. En effet, le père Jim était l’un des doyens du village et il était très tolérant quand au fils Kyle Valenti, il était tombé amoureux de la jeune fille car malgré son air pitoyable, elle restait tout de même très jolie et ses immenses yeux verts étaient absolument superbes. Aussi Kyle souhaitait l’épouser mais la jeune fille refusait, se trouvant l’excuse d’être trop jeune. En réalité ce n’était qu’un mauvais prétexte, la vérité étant tout simplement qu’elle croyait en l’amour véritable et qu’elle n’aimait pas Kyle plus qu’un ami.

Enfin précisons , que cette belle jeune fille se prénommait Elizabeth PARKER mais que son père lui avait toujours préféré le surnom Liz, ce qui fait que Liz se présentait toujours (à ceux qui étaient de passage et qui ne connaissait pas son histoire et qui donc lui adressait la parole) comme Liz Parker.



Liz Parker habitait sur les terres de la famille DELUCA, qui était une très puissante famille dans le compté et elle était très respectée.. Les DELUCA aurait souhaité avoir plus que tout au monde un garçon (surtout le mari)… Malheureusement après la naissance de leur premier enfant dont l’accouchement s’était mal passé, le médecin avait avoué qu’il craignait que Amy DELUCA ne pourrait plus avoir d’enfants… Ce fut pour eux une très dure nouvelle mais comme Richard DELUCA aimait beaucoup sa femme, il se résolut à avoir une seule et unique fille qu’il nommèrent Maria. Richard était, même après 14 années, toujours très déçu de ne pas avoir eu de descendant à son trône qui couvrait l’un des territoires des plus importants de la région. Il n’aimait donc pas extrêmement sa fille et passait ses journées à essayer de lui trouver un mari qui couvrirait bien ses intérêts, et ce fût chose faîte alors que sa fille était seulement âgée de 13 ans (elle en avait maintenant 14).

Il conclut un pacte, avec un de ces voisins Seigneur Evans pour que quand son fils, Maximilien, aurait 16 ans, il se marierait avec Maria DELUCA (il en avait actuellement 15)

Cependant Max, et Maria ne se connaissait pas et n’avait pas du tout envie de se marier tous les deux ensemble d’ici un an, surtout que tous deux étaient déjà amoureux (ou se croyaient-ils l’être ?)




Mais Max avait également une jeune sœur, qui depuis sa naissance était destiné à un certain Alex Whitman que personne ne connaissait vraiment… Cette sœur s’appelait Isabel Evans, et tout comme son frère elle aimait quelqu’un d’autre..

Isabel avait une femme de chambre appelée Tess, Isabel ne l’aimait pas particulièrement, cette dernière ne travaillait pas toujours bien mais elle n’en disait rien à ses parents qui l’aurait fait viré. Et Isabel n’aurait souhaité cela pour rien au monde, car elle avait une grande affection pour son frère de 2 ans son aîné, et elle savait qu’il aimait beaucoup Tess.

De la même façon, Max était toujours accompagné d’un valet qu’il affectionnait énormément : Michael, que les EVANS avait recueilli alors qu’il était encore bébé, et comme ils étaient généreux ils lui ont offerts un toit ainsi qu’un travail (pour ne pas qu’il serve à rien , car toute générosité a ses limites). Maximilien gardait donc auprès de lui non seulement un deuxième fils pour ses parents et un meilleur ami pour lui-même mais également un amoureux pour sa jeune sœur.


A suivre …




Voilà je sais pas si je réussirais à faire la suite la semaine prochaine, mais je vous promet de faire tout mon possible pour faire
cé pas fini cé que le premier chapitre quand dite vous?
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Dim 5 Mar - 19:06

j'adore déja memesiilmesemble déja l'avoir lu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iva behr
Invité



MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Dim 5 Mar - 20:29

Cé possible l'autre chapitre je la posterai que demain
Revenir en haut Aller en bas
Iva behr
Invité



MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Mar 7 Mar - 23:13

Alors voila la suite.
BONNE LECTURE !



Roswell, 1367


Au milieu de cette torture publique régna, tout à coup un silence brutal. Certains commencèrent à s’agenouiller bientôt suivis par tous le monde.

Max et Maria venaient d’arriver au milieu de cette place.




Quand Maria arrive dans le petit village elle était convaincue que Max avait tort et que les habitants des alentours étaient des " imbéciles " et des personnes sans intérêt. Aussi quand elle voit cette scène elle ne remarque même pas que les sauvages qu’elle avait vu à l’œuvre quelques secondes auparavant se sont arrêtés ; et elle part immédiatement au galop, laissant Max seul face à cette situation…

***

Liz qui était restée couchée jusqu’à présent, se rend compte qu’on ne lui lance plus de pierres et ce depuis un moment. Elle décide alors de regarder ce qui se passe et elle voit alors un prince (à en juger par ses beaux costumes) qui a beaucoup de charme avec ses cheveux bruns, sa carrure de prince, ses yeux ténébreux... Alors qu’il descendait de son destrier, Liz réussit par miracle à s’agenouiller devant lui, oubliant presque son immense douleur face à ce beau jeune homme

***


Max : s’adressant au village entier : Sachez que quelque soit la raison pour laquelle cette jeune fille se trouve ainsi traité, vous devriez tous avoir honte de votre conduite non pour le moins odieuse… maintenant si vous ne voulez pas que je répète cet incident à la famille propriétaire des terres, je vous conseille de rentrez immédiatement chez vous


Tout le monde rentre rapidement, on craint beaucoup ce jeune homme qui est un inconnu mais qui était avec la fille DELUCA ! Mais Kyle repart très énervé car Max a réussi à se faire respecter sans rien dire alors que lui avait beau hurler rien n’y faisait : il est très jaloux… Quand il repart en chemin , il donne un coup de pied dans un mur.


Max : une fois que tout le monde est parti (il n’a pas encore vu que Liz était agenouillé et il ne l’a pas encore bien regardé) : Mademoiselle, je vous en prie, relevez-vous !

Liz : dans un murmure, et essayant de dissimuler qu’elle souffre : Merci !

Max : Mais voyons il n’y a vraiment pas de quoi, bon voyons un peu ces blessure… Hou là il n’ont pas été très tendre ! ! Euh.. je suppose que l’on ne peut pas trouvé de médecin dans votre village ?

Liz : Non monsieur !

Max : je m’appelle Max, pas Monsieur, je ne suis pas si vieux que ça et vous comment vous appelez-vous demoiselle ?

Liz : je m’appelle…(elle s’arrête car elle souffre beaucoup)

Max : Bon alors ma nourrice n’habitait pas très loin, je vais vous conduire chez elle…venez, je vais vous aidez à vous relevez…


Liz lève alors la tête pour la première fois, Max se rend compte qu’elle pleure et que ces blessures sont encore plus graves que ce qui l’imaginait. Mais il n’y a pas que ça qui le frappe chez cette jeune fille : Il trouve son regard sublime, ce dernier est tellement intense… Il plonge alors dans une profonde réflexion dont Liz le sort, au bout de quelques instants en disant :



Liz…


Après un temps puisqu’il était dans ses réflexions : Quoi, Liz ? C’est une personne de votre famille ? Vous voulez que je vous emmène chez elle ?


Faiblement : non… je m’appelle Elisabeth …mais tout le monde m’appelle…Liz


Très bien Mlle Liz, venez avec moi !


Encore plus faiblement : vous êtes très gentil mais je ne sais pas si… (elle s’évanouit soudainement)


LIZ ! répondez-moi ! ! ! ! Mon dieu…


Max soulève Liz et la dépose le plus doucement possible sur le dos de son cheval. Puis il s’adresse à ses serviteurs qui jusque là sont restés pratiquement muets en observant la scène :

" Vous allez devoir respectés ces consignes , si vous voulez restés dans mon château : tout d’abord, vous allez retourner dans le château des DELUCA et me laissez seul même si je sais que vous êtes censés veillez sur moi… Ensuite un point très important est de dire que je n’ai jamais rencontré de jeune fille et à la place vous direz que pour me rafraîchir les idées, je suis allé à travers les obis visiter le reste de la région…mais avant de faire tout ça, assurez-vous que Mlle DELUCA va bien et ramenez-là au château et souvenez vous bien de toutes ses instructions. Vous pouvez y aller ! "


Max attend que les serviteurs partent et se dirige alors vers son cheval. Il le prend par la bride et il commence à se diriger vers la maisonnette de son ancienne nourrice qui a été comme une seconde mère pour lui.

Sur le chemin, il voit un petit ruisseau et essuie un peu le sang qui continue que très faiblement de couler sur la jeune paysanne. Au passage, Max remarque que malgré la terre qui est présente sur sa peau, cette dernière a conservé une peau très douce et que malgré cette crasse qui l’entoure il a dans ses bras une magnifique jeune fille qui cache sa beauté naturelle.

Puis il repart, et bientôt arrive dans le village de sa nourrice. Il aperçoit également un petit magasin de vêtements qui n’est qu’à une centaine de mètres. Et après avoir confié la " garde " de Liz à une vieille femme, il rentre rapidement à l’intérieur et en sort un magnifique robe jaune orangé mais qui est cependant très simple.


Enfin il arrive chez sa nourrice, attache son cheval, récupère Liz, toujours évanouie, la porte dans ses bras et ouvre la porte avec le pied (car comme il est chargé il n’arrive pas à frapper).


A suivre




Voilà c’est tout pour l’instant je remercie encore une fois tout ceux qui m’ont envoyé leurs vais et continuez le faire SVP car ca m’encourage vraiment.

P.S : alors je sais qu’il y a un truc bizarre : la nourrice de Max habite dans le domaine des DELUCA alors que le royaume des EVANS n’est même pas voisin mais j’en avais besoin pour mon histoire ! !
Revenir en haut Aller en bas
aminaron
Isabel
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 04/12/2005

MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Mer 8 Mar - 1:13

c'est pas grave tu as le droit t'inventé ton histoire enfin c'est tres tres beau viteeeeeeeeeeee la suiteeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iva behr
Invité



MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Lun 13 Mar - 21:39

Remerciements : Je remercie tout ceux qui m’ont envoyé leur avis


BONNE LECTURE !



Roswell, 1367


Au milieu de cette torture publique régna, tout à coup un silence brutal. Certains commencèrent à s’agenouiller bientôt suivis par tous le monde.

Max et Maria venaient d’arriver au milieu de cette place.




Quand Maria arrive dans le petit village elle était convaincue que Max avait tort et que les habitants des alentours étaient des " imbéciles " et des personnes sans intérêt. Aussi quand elle voit cette scène elle ne remarque même pas que les sauvages qu’elle avait vu à l’œuvre quelques secondes auparavant se sont arrêtés ; et elle part immédiatement au galop, laissant Max seul face à cette situation…

***

Liz qui était restée couchée jusqu’à présent, se rend compte qu’on ne lui lance plus de pierres et ce depuis un moment. Elle décide alors de regarder ce qui se passe et elle voit alors un prince (à en juger par ses beaux costumes) qui a beaucoup de charme avec ses cheveux bruns, sa carrure de prince, ses yeux ténébreux... Alors qu’il descendait de son destrier, Liz réussit par miracle à s’agenouiller devant lui, oubliant presque son immense douleur face à ce beau jeune homme

***


Max : s’adressant au village entier : Sachez que quelque soit la raison pour laquelle cette jeune fille se trouve ainsi traité, vous devriez tous avoir honte de votre conduite non pour le moins odieuse… maintenant si vous ne voulez pas que je répète cet incident à la famille propriétaire des terres, je vous conseille de rentrez immédiatement chez vous


Tout le monde rentre rapidement, on craint beaucoup ce jeune homme qui est un inconnu mais qui était avec la fille DELUCA ! Mais Kyle repart très énervé car Max a réussi à se faire respecter sans rien dire alors que lui avait beau hurler rien n’y faisait : il est très jaloux… Quand il repart en chemin , il donne un coup de pied dans un mur.


Max : une fois que tout le monde est parti (il n’a pas encore vu que Liz était agenouillé et il ne l’a pas encore bien regardé) : Mademoiselle, je vous en prie, relevez-vous !

Liz : dans un murmure, et essayant de dissimuler qu’elle souffre : Merci !

Max : Mais voyons il n’y a vraiment pas de quoi, bon voyons un peu ces blessure… Hou là il n’ont pas été très tendre ! ! Euh.. je suppose que l’on ne peut pas trouvé de médecin dans votre village ?

Liz : Non monsieur !

Max : je m’appelle Max, pas Monsieur, je ne suis pas si vieux que ça et vous comment vous appelez-vous demoiselle ?

Liz : je m’appelle…(elle s’arrête car elle souffre beaucoup)

Max : Bon alors ma nourrice n’habitait pas très loin, je vais vous conduire chez elle…venez, je vais vous aidez à vous relevez…


Liz lève alors la tête pour la première fois, Max se rend compte qu’elle pleure et que ces blessures sont encore plus graves que ce qui l’imaginait. Mais il n’y a pas que ça qui le frappe chez cette jeune fille : Il trouve son regard sublime, ce dernier est tellement intense… Il plonge alors dans une profonde réflexion dont Liz le sort, au bout de quelques instants en disant :



Liz…


Après un temps puisqu’il était dans ses réflexions : Quoi, Liz ? C’est une personne de votre famille ? Vous voulez que je vous emmène chez elle ?


Faiblement : non… je m’appelle Elisabeth …mais tout le monde m’appelle…Liz


Très bien Mlle Liz, venez avec moi !


Encore plus faiblement : vous êtes très gentil mais je ne sais pas si… (elle s’évanouit soudainement)


LIZ ! répondez-moi ! ! ! ! Mon dieu…


Max soulève Liz et la dépose le plus doucement possible sur le dos de son cheval. Puis il s’adresse à ses serviteurs qui jusque là sont restés pratiquement muets en observant la scène :

" Vous allez devoir respectés ces consignes , si vous voulez restés dans mon château : tout d’abord, vous allez retourner dans le château des DELUCA et me laissez seul même si je sais que vous êtes censés veillez sur moi… Ensuite un point très important est de dire que je n’ai jamais rencontré de jeune fille et à la place vous direz que pour me rafraîchir les idées, je suis allé à travers les obis visiter le reste de la région…mais avant de faire tout ça, assurez-vous que Mlle DELUCA va bien et ramenez-là au château et souvenez vous bien de toutes ses instructions. Vous pouvez y aller ! "


Max attend que les serviteurs partent et se dirige alors vers son cheval. Il le prend par la bride et il commence à se diriger vers la maisonnette de son ancienne nourrice qui a été comme une seconde mère pour lui.

Sur le chemin, il voit un petit ruisseau et essuie un peu le sang qui continue que très faiblement de couler sur la jeune paysanne. Au passage, Max remarque que malgré la terre qui est présente sur sa peau, cette dernière a conservé une peau très douce et que malgré cette crasse qui l’entoure il a dans ses bras une magnifique jeune fille qui cache sa beauté naturelle.

Puis il repart, et bientôt arrive dans le village de sa nourrice. Il aperçoit également un petit magasin de vêtements qui n’est qu’à une centaine de mètres. Et après avoir confié la " garde " de Liz à une vieille femme, il rentre rapidement à l’intérieur et en sort un magnifique robe jaune orangé mais qui est cependant très simple.


Enfin il arrive chez sa nourrice, attache son cheval, récupère Liz, toujours évanouie, la porte dans ses bras et ouvre la porte avec le pied (car comme il est chargé il n’arrive pas à frapper).


A suivre




Voilà c’est tout pour l’instant je remercie encore une fois tout ceux qui m’ont envoyé leurs vais et continuez le faire SVP car ca m’encourage vraiment.

P.S : alors je sais qu’il y a un truc bizarre : la nourrice de Max habite dans le domaine
Revenir en haut Aller en bas
aminaron
Isabel
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 04/12/2005

MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Mar 14 Mar - 2:24

cool j'adore mes je l'ai deja lue celle la mes c'est pas grave vite la suiteeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Mar 14 Mar - 20:09

moi aussi parce que c'est deux fois la meme lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iva behr
Invité



MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Mer 15 Mar - 20:54

ouai il ya deux fois je vais en poster une autre.
Revenir en haut Aller en bas
aminaron
Isabel
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 04/12/2005

MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Ven 17 Mar - 2:50

ok!! merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isamax27
Invité



MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Dim 26 Mar - 18:41

salut!!
je crois qu'il manque la partie 1 où on voit Liz se faire agresser mais ce n'est pas grave!!
J'espère que tu mettras bientôt la suite car je n'ai pas trouvé la fin de cette fic...
Revenir en haut Aller en bas
Lydia
Invité



MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Sam 8 Avr - 23:22

ah jlé Dja lu sur je ne sait + kel site LoOl jen né tellemen parcouru d site é forum
pr lire d fics lol ben jdi bravo ken mm paske ken je lé lu je lé trouvé génial
voilou!!
Revenir en haut Aller en bas
aminaron
Isabel
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 04/12/2005

MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Dim 9 Avr - 0:42

viteeeeeeee la suiteeeeeeeeeeeeee j'adore trop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iva behr
Invité



MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Dim 9 Avr - 17:08

Remerciements : Je remercie tout ceux qui m’ont envoyé leur avis


BONNE LECTURE !



Roswell, 6 mai 1367


Enfin il arrive chez sa nourrice, attache son cheval, récupère Liz, toujours évanouie, la porte dans ses bras et ouvre la porte avec le pied (car comme il est chargé il n’arrive pas à frapper).



Max rentre à l’intérieur de la demeure de sa nourrice : Ils échangent des banalités (" comment tu va ? " ; " ca faisait longtemps, que deviens-tu ?"….) Il dépose Liz sur la couchette du fond et il explique ce qui c’est passé brièvement à sa nourrice. Quand il a fini il se lève et il dit :


Max : Voilà maintenant que tu sais toute l’histoire, je t’en supplie n’en parle à personne ! Je t’en serait grandement reconnaissant.

Nourrice : tu sais très bien que je t’ai toujours couvert et que c’est d’ailleurs à cause de ça que j’ai été renvoyé…tu t’en souviens ?

Max : Bien sûr que je m’en souviens et je ne t’en serais jamais assez reconnaissant. Mais, Hélas ! il va falloir que je te quitte car mes parents doivent sûrement être rentrés maintenant et je ne voudrais pas être trop en retard ! ! !

Nourrice : Et dis donc, c’est bien gentil mais qu’est ce que j’en fais moi de ton Elisabeth, mon petit Maximilien ? ? ? C’est vrai quoi, tu oublies que je n’ai pas que ça à faire même si je ferais n’importe quoi pour toi !

Max : Ecoute Nounou, je t’enverrais un peu d’argent, et il faudrait qu’elle prenne un bain…

Nourrice : Parce qu’en plus je dois lui donner un bain !

Max : S’il te plait, Elle est recouverte de sang et je doute qu’elle aie passée une très bonne journée. Je lui ai acheté une robe tu n’aura qu’à jeter ses anciens vêtements !

Nourrice : Et dis-moi donc, mon petit Maximilien, tu n’est donc plus éperdument épris de Tess comme tu me le racontais si bien autrefois ?

Max : bien sûr que si ma nounou, mais Liz est magnifique et je suis sûre qu’après avoir vu ses yeux tu penseras toi aussi qu’elle ne mérite pas son rang social…il s’apprête à sortir Son âme est digne d’une princesse ! et il sort…laissant sa nourrice seule et étonnée.




Après un trajet de plusieurs heures, Max arrive enfin à son château… Il n’a pas arrêté de penser à cette jeune fille qui lui cause dans de désordre dans ses idées qui étaient pourtant si claires.. Il n’arrête pas de se poser des questions : Pourquoi l’a t-on lapider ? Pourquoi Quand il la regarde il n’arrive pas à se concentrer sur autre chose ? pourquoi il lui a acheté une robe ? Pourquoi il est à présent énervée contre Tess ?

D’ailleurs, en arrivant dans sa chambre , il voit Tess, étalée sur son lit…. Visiblement, elle fait encore semblant de dormir ! !


Max : Tess, lève-toi je n’ai pas que ça à faire aujourd’hui !


Tess n’en reviens pas c’est la première fois depuis 15 ans que Max l’envoie balader et refuse de la réveiller en la taquinant…


Tess :toujours sur le choc : oh là qu’est ce qu’il t’arrive mon Maxounet !

Max : énervé : tu comprend pas tu t’en vas de mon lit ! J’en ai marre de jouer à te réveiller ! tu sais pas où sont mes parents ?

Tess : Ils ne sont pas revenus…mais pourquoi tu réagis si méchamment avec moi, je t’ai pourtant rien fait ! !elle commence à faire semblant de pleurer

Max : Oh et puis arrête de chialer tu me soûles ! T’as pas quatre ans que je sache, tu en as bientôt 15 ! ! ! Je sais que c’est dans ton habitude de servir à rien mais là si tu pourrais juste une fois me rendre service et dégager au lieu de me faire perdre mon temps !

Tess : qui essaie de se ressaisir : Si je suis toujours dans ta famille depuis des années, c’est bien que je sers à quelque chose… ta famille est bien assez réputée pour renvoyer ses serviteurs qui les déçoivent…Donc Isabel, n’est peut-être pas aussi déçue !

Max : Mais bien sûr, Si tu es toujours là, depuis des années c’est que grâce à moi, Isa n’a rien dit à nos parents et ainsi Isa ne t’a pas fait renvoyer…. Mais où serait-tu sans moi aujourd’hui ?

Tess : pour quelqu’un qui est censé m’aimé ! ! !

Max : L’amour ne marche que dans les deux sens, Tess !


Tess est trop énervée, et elle sort en claquant la porte.


Max : de l’autre coté de la porte : enfin seul !


***

point de vue de Tess après cette dispute :

Mon Dieu, qu’est ce qui prenait soudain à Max : c’était la première fois qu’elle se faisait remballer de la sorte par Max. Habituellement, rien que pour qu’elle lui donne la main, il aurait fait n’importe quoi…

Il était tellement collant, enfin habituellement, car cela n’avait pas l’air d’être le cas cette fois-ci. Soudain, une pensée terrible traversa l’esprit de Tess : Et si elle était en train de perdre l’amour de Max ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?

Non pas qu’elle l’aimait elle-même, mais elle avait absolument besoin de lui pour réussir son plan. En effet, Tess depuis des années n’avait qu’un seul but : continuer à se faire aimer de Max. Pourquoi ? c’était vraiment très simple….

Max allait devoir épouser une princesse, mais s’il l’aimait il l’emmènerait avec lui. Elle accepterait de temps en temps ses avances… Elle pourrait même aller jusqu’à coucher avec lui ! Comme il serait marié, il ne pourrait quand même pas être tout le temps collé à elle comme il l’est actuellement et elle serait tranquille la plupart du temps. Elle aurait tous les amants qu’elle souhaite, car il fallait avouer qu’elle n’était pas trop mal du point de vue extérieur.

De plus, elle n’aurait plus à travailler, car Max se ferait un plaisir de subvenir à tout ce qu’elle souhaite, cet imbécile était tellement généreux ! elle pourrait même avoir la demeure qu’elle souhaite si elle lui demandait.

Si il hésitait à le lui accorder, il suffirait qu’un de ces nombreux amants la mette enceinte, elle lui jurerait que c’est bien le sien… Et le tour serait joué, pension de princesse jusqu’à la fin de ces jours…


Lui restait le problème actuel…Mais, en une seule seconde, elle le résolut en se disant : qu’il suffisait juste qu’elle se montre gentille comme jamais avec lui, et il lui reviendrait plus amoureux que jamais dans les bras !

Persuadée que son plan fonctionnerait à merveille, elle se rendit dans sa chambre…


***

point de vue de Max sur la dispute :


Max ne savait décidément pas ce qui lui était arrivé pour qu’il s’énerve à ce point contre Tess, la fille qu’il avait toujours aimé… mais Les mots qu’il lui avait dit était si vrai que même après mainte et mainte essais pour essayer de se convaincre du contraire, il se résolut à conclure qu’il n’était plus amoureux de Tess et que de toute manière cette fille ne méritait sûrement pas d’être aimée.

Un bruit le ramena à la réalité : ses parents, furieux, revenaient de chez les DELUCA.




A suivre




Voilà c’est tout pour aujourd’hui, envoyez-moi vos remarques, Please !
Revenir en haut Aller en bas
aminaron
Isabel
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 04/12/2005

MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   Mar 11 Avr - 15:13

oh j'adore cite la suiteeeeeeeeeeeee elle l'est vraiment trop trop bien ta fanfiction le suiteeeeeeeeeeeee viteeeeeeeeeeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coup de Foudre au XIVème siècle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coup de Foudre au XIVème siècle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roswell-fanfictions :: Fan-Fictions :: Dreamer-
Sauter vers: