Roswell-fanfictions

fan-fictions sur la serie Roswell
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 une amie pour un alien

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: une amie pour un alien   Dim 14 Aoû - 16:18

voici une fanfic d'1 otre internote

1ère partie:

Introduction : Max, Michael, Isabel et Tess sont des extra-terrestres et eux seuls le savent. Ils ne connaissent pas leur destinée et sont tous célibataires. Ils connaissent Tess depuis toujours (elle n’est pas méchante, n’a pas de vue sur Max et a été adoptée par M. Harding qui est humain). Pour tous les autres personnages aucun changement : Liz-Kyle : ensemble, Marie-Alex-Liz : meilleurs amis. Pour tout le reste vous le découvrirez plus tard.

Un matin dans les couloirs du lycée :

Liz : Salut Max !

Il ne lui répond pas.
Elle avait l’habitude :ça faisait un mois qu’ils avaient fait ce devoir de sciences ensemble et depuis elle lui disait tous les jours « Bonjour », « Au revoir » et des tas d’autres petites choses qui agaçaient Max. C’était étrange car il restait toujours réservé, froid, impassible et malgré tout il y avait une infinie douleur dans ses yeux, comme un appel au secours que seule liz pouvait voir.

Plus tard, Max parti, Maria arrivée :

Maria : Mais pourquoi tu t’obstines tant à lui parler alors qu’il fait autant attention à toi qu’à ses vielles chaussettes.

Liz : Maria ! Maria ! Maria ! Maria ! Tu ne comprends pas.

Maria : Tiens voilà Alex !

Alex : Salut les filles !

Du côté de Max, il est avec Isa :

Isabel : Tu devrais lui dire de te laisser tranquille une bonne fois pour toutes !

Max : A quoi ça servirait ? Je suis sûr qu’elle continuerait !

Tess arrive en imitant Liz :

Tess : Salut Max !

Max : C’est pas drôle !

Tess : Ho, si on n’a plus le droit de rire maintenant.

Isabel : Au fait où est Michael ?

Max : Quand on parle du loup…
Michael arrive plutôt pressé :

Michael : Désolé, un petit problème de réveil. Bon, on y va ?

Plus tard dans l’après-midi, une femme entre dans une salle de classe et interrompt un cours d’histoire :

La femme : Excusez-moi de vous déranger professeur mais Mlle Parker est attendue dans le bureau du proviseur. C’est assez important.

Le professeur : Bien sûr. (à Liz) Vous avez entendu, prenez vos affaires et dépêchez-vous.

Liz regroupe ses affaires et sort sous les regards interrogateurs de ses amis et à son propre étonnement.

Plus tard, chez Liz :

Liz : Papa ? Maman ?

Nancy Parker : Ah Liz ! Te voilà !

La mère de Liz était descendue, une mine à faire peur;son visage était blanc et ses yeux en larmes.

Liz : Que se passe-t-il ? Le directeur m’a demandé de rentrer et avait l’air désolé pour moi ! Il a dit que tu avais appelé. Et maintenant je suis là et le Crashdown est fermé.

Nancy : Liz… Grand-mère Claudia vient de mourir.

Liz en resta bouche bée. Non c’était impossible. Sa grand-mère avec qui elle était si proche, avec qui elle avait partagé tant de choses ! Non, Liz refusait d’y croire.

Nancy : Elle…Elle a u une attaque cardiaque ce matin. Elle n’a pas résisté.

Liz : Non !… Non !…

Elle accompagnait ses paroles de signes de tête comme pour mieux se convaincre. Elle se ressaisit, monta dans sa chambre calmement, sans un mot, et elle qui n’avait versé une larme jusqu’à présent étouffa ses cris et ses pleurs dans son oreiller.

Comment cela pouvait être vrai ? Voilà maintenant qu’elle entendait même la voix de Max dans sa tête « Liz…Liz… » puis de plus en plus fort. Pourquoi tout le monde ne la laissait pas tranquille ?Pourquoi la Terre entière en avait après elle ?Puis elle releva la tête et vit Max à sa fenêtre qui l’appelait. Oui Max, le même Max qui quelques heures plus tôt l’avait ignorée. Il se tenait accroupi derrière la vitre, inquiet.

…A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MarissaP
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Lun 15 Aoû - 0:14

la suite la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Isamax27
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Lun 15 Aoû - 16:14

je l'ai déjà lu mais je l'avais adoré!
Met la suite
Isamax
Revenir en haut Aller en bas
tess5
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Lun 15 Aoû - 19:31

J'espère qu'on aura la suite bientôt,cé super à date !!!
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Lun 15 Aoû - 19:51

la voila la suite

Liz réalisa que ça faisait trois bonnes minutes qu’elle fixait Max sans bouger. Elle se leva et alla ouvrir la fenêtre puis se remit à pleurer.

Max : Liz ! Que se passe-t-il ? Je m’inquiète beaucoup.

Liz, entre deux sanglots : Ma…ma gand-mère est…est décédée ce…ce matin

Max était complètement perdu. Jamais il n’avait vu Liz dans un état pareil. E fait il l’avait toujours vu enjouée, gaie et pleine de vie. Il ne trouva finalement rien à dire et la prit dans ses bras pour la consoler. Elle se laissa faire et se sentie apaisée par ses bras chargés de douceur et de réconfort.

On frappa à la porte de sa chambre et elle s’ouvrit. Sur le coup de la surprise, Max lacha Liz pour se retrouver nez à nez avec Maria, Alex et Kyle.

Maria et Alex en même temps : Max !

Kyle : Qu’est-ce que tu fais là, Evans ?! Laisse ma petite amie tranquille !!

Maria : Va-t-en ! Liz n’a pas besoin de quelqu’un comme toi !

Alex : Mais d’amis présents et attentionnés.

Max ne répondit rien. Il n’avait rien à dire d’ailleurs. Il avait peut-être était surpris quelques secondes mais il retrouvait son sang froid et s’en alla calmement par là où il était arrivé.
Liz, de nouveau en larmes le regarda partir sans un mot, laissant Maria l’enlacer.

Le jeune alien, dehors, se senti déboussolé. Certes il était différent, mais jamais il n’avait perdu quelqu’un de chère à ses yeux. Michael, Isabel, Tess et même ses parents avaient toujours été là pour lui.
Il repensait à ce que Maria, Alex et Kyle avaient dit. Alors Liz n’était pas amoureuse de lui ? Elle sortait avec Kyle ! Mais qu’attendait-elle de lui ? Un ami ? Elle en avait déjà ! Tous des modèles de perfection toujours prêts à l’aider à la consoler. Mais si Liz ne faisait pas ça pour elle mais pour lui ? Si Liz voulait autre chose ? Tant de questions auquelles il n’avait pas de réponses. Il décida de renter chez lui et de faire semblant d’oublier ce qui venait de se passer, au moins jusqu’au lendemain.

Fin de la deuxième partie. Je sais cette partie est assez courte mais c’est pour que la prochaine soit plus longue !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MarissaP
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Mar 16 Aoû - 0:18

la suite la suite!
Revenir en haut Aller en bas
tess5
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Mer 17 Aoû - 16:39

super bon ...la suite bientôt j'espère !!!
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Dim 21 Aoû - 11:12

la voila

Il s’était passé une semaine entière depuis cette soirée, où Max s’était montré à la fenêtre de Liz, et elle n’était pas revenue en cours depuis. En revanche, Kyle ne ratait jamais une occasion de lui lancer un regard noir.

Mais aujourd’hui tout aller pouvoir rentrer dans l’ordre, enfin presque : Liz était revenue. Et tout recommençait comme ce fameux matin.

Dans les couloirs du lycée :

Liz : Salut Max !

Max n’avait pas répondu comme à son habitude. Il craignait les réflexions de sa sœur sur le fait qu’ils ne devaient s’attacher à personne, eux qui n’étaient pas « normaux ». Alors il s’était abstenu même si ce n’était pas l’envie qui lui manquait.

Isabel : La revoilà ! Je me demande pourquoi elle n’était pas là cette semaine. Pas toi ?

Mais il ne faisait pas attention. Liz venait de voir Kyle et ils s’embrassaient langoureusement.

Isabel : Hey oh ! Max, tu m’entends ?

Max : De quoi ?

Isabel : Laisse tomber.

Liz était contente. Elle avait surmonté cette épreuve aussi douloureuse qu’elle ait été. Elle s’était finalement dit que sa grand-mère préfèrerait la voir heureuse et souriante. Mais il y avait une autre raison : la jeune fille avait réussi à briser, pendant quelques minutes le mur de glace que Max avait bâti entre lui et le reste du monde. Elle comprenait pourquoi il ne l’avait pas salué ce matin :les autres. Max ne se souciait que de ce que les autres pensaient, de ce que les autres disaient et ça gênait Liz.

Mais voilà, la journée était bien entamée, on était au Crashdown et Liz était de service. Le café était bondé et elle était débordée. Maria était de sortie avec Tony et lui avait fait faux bond.

Max : Je reviens.

Michael : Ok.

Max se dirigea vers les toilettes mais sortit en même temps que Liz sortait de la porte de communication à chez elle avec une bassine pleine d’eau et en une fraction de seconde elle se retrouva trempée de la tête aux pieds.

Max : Je suis désolé ! Attends, je vais t’aider.

Liz : Non, laisse ! C’est pas grave.

Liz rentra, énervée dans les toilettes. « Que cette journée finisse et vite ! »

Max retourna à sa table comme si de rien n’était. Michael n’avait rien vu et c’était peut-être mieux ainsi.

Michael : On y va ?

Max : Ouais

Liz avait dû finir de travailler dans sa tenue mouillée n’ayant pas le temps de se changer. Elle avait terminé maintenant et après une bonne douche elle s’était remise. Mais elle n’arrêtait pas de penser à Max. Le secret qu’il possédait devait être si lourd et douloureux pour qu’il se coupe du monde tel qu’il le faisait. Et pourtant… Liz laissa ses réflexions de côté pour remarquer Max à sa vitre.

Liz, en ouvrant la fenêtre : Max ! ?

Max : Liz, je sais. Mais il faut mettre les choses au claire

Liz : Euh… entre.

Max : Merci.

Liz : Alors qu’est-ce que tu voulais « mettre au claire » ?

Max : Ok. D’abord pourquoi tu parles tous les jours à un garçon qui ne te répond même pas ? En plus tu sors avec Kyle !

Liz, un peu vexée : Que je sorte avec Kyle ne te regarde pas ! (puis sur un ton plus doux) Et… ça ne doit pas être drôle de ne pas avoir d’amis, je ne m’imagine pas sans les miens.

Max, vexé à son tour : J’ai des amis !

Liz : Bien sûr. Il y a Michael et Tess sans oublier ta sœur Isabel. Mais de vrais amis tu en as ?

Max : Non.

Liz : Je voulais juste être ton amie, ce n’est pas un crime, que je sache ?

Max : Non, non. Bien sûr.

Liz : Alors, amis ?
Max : mouais. Bon, il faut que j’y aille maintenant.

…A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydia
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Dim 28 Aoû - 18:07

la suite la suite je les jamai lu!!!
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Dim 28 Aoû - 18:28

la voila

Le lendemain dans la cour du lycée :

Kyle : Liz, ça ne peut plus durer entre nous. Tu croies que je suis aveugle ?

Liz : Mais, il n’y a rien entre lui et moi !

Kyle : Oh je sais, attends, tu vas me dire que « ce n’est qu’un ami ». Mais un ami qui te rend des visites tardives dans ta chambre. Tu me prends vraiment pour un idiot !!

Liz : Alors tu me largue parce que tu n’as pas confiance en moi, c’est ça ?!

Kyle : Non parce que j’ai confiance en mes yeux !!

Liz part, exaspérée. Elle s’était bien trompée sur Kyle ! Elle ne savait plus quoi penser. Elle était quand même triste car au fond elle savait que c’était un type bien. Mais d’un autre côté la jeune fille le croyait plus profond, plus compréhensif.

Plus tard dans les vestiaires du Crashdown :

Maria : Kyle a rompu alors ?

Liz : Arrête, tu connais déjà la réponse !

Maria : C’est bon. Je t’avais dit que ce type ne t’attirerait que des ennuis.

Liz : Kyle ?

Maria : Non, Max. C’est bien à cause de lui qu’il a cassé, non ?

Liz : Si. Mais toi, t’es d’accord avec lui ?

Maria : A propos de quoi ?

Liz : Maria !

Maria : ça saute aux yeux enfin. Le plus idiot des idiots verrait que tu craques pour lui.

Liz : Je craque pas pour lui !

Maria : ça, c’est ce que tu dis.

Cela devenait de plus en plus stupide : mais pourquoi ce sentiment de culpabilité alors ? Cette impression de trahison ? La seule personne qui la croyait était encore…

Alex : Liz, un soda, s’il te plaît

Ça l’avait sortie de ses pensées. Sans s’en rendre compte, Liz avait finit de se changer et avait commencé à travailler.

Liz : Oui, bien sûr.

Alex : ça va ?

Liz : Oui, oui ne t’inquiète pas.

Alex : Je n’ai pas le droit de me faire du souci pour ma meilleure amie ? Je suis sûr que tout le monde est au courant sauf moi !

Liz : Ok. Kyle m’a laissé tomber à l’heure du déjeuner.

Alex : C’est pas une grosse perte !

Liz : Alex !

Puis ils éclatèrent de rire.

Maria, de plus loin : Liz, tu te dépêches !

Liz, en se reprenant : je dois te laisser. Merci.

Alex : de quoi ?

Liz : d’être toujours là.

Alex : alors de rien.

Maria : Liz !

Liz : C’est bon j’arrive.

Quelque chose clochait. Elle ne savait pas encore quoi, mais quelque chose clochait. Max était venu la voir pour « mettre les choses au claire » mais l’effet inverse s’était produit.

…A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydia
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Dim 28 Aoû - 19:04

la suiteeeeee
Revenir en haut Aller en bas
tess5
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Lun 29 Aoû - 2:50

Vraiment bon !
Revenir en haut Aller en bas
Nellote
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Lun 29 Aoû - 3:05

di donc ça faisait un moment que j'etais pa venu ici moi!! il va falloir que je me ratrappe! j'adore ces fanfics...
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Ven 9 Sep - 11:06

la voila dsl du retard
Une amie pour un alien
5ème partie

Introduction : Merci encore à tous ceux qui m’ont envoyé de gentils messages.

Max était venu mettre les choses au clair mais l’effet inverse semblait s’être produit. Liz se sentait encore plus perturbée et embrouillée qu’avant. Sa rupture avec Kyle, le rapprochement de Max. Et voilà qu’elle rêvassait encore !

Maria : Liz ! Mais tu m’écoutes ?

Liz : Oui, oui ! Tu disais ?

Maria : C’est bien ce que je pensais, tu ne m’écoutes pas.

Liz se dépêcha de revenir dans la salle principale. Puis soudain, en voyant Alex, une idée lui vint.

Liz : Alex

Alex : Oui ?

Liz : Alex, qu’est-ce que tu penses de Max Evans ?

Alex : je sais pas trop, je pense que c’est pas un gars très fréquentable.

Liz : Pas un gars très fréquentable ?

Alex : Oui, comme une source à problèmes, un type qui sait rien faire de bien autour de lui, maintenant, si tu sors avec lui, c’est toi qui vois mais ce mec là ne me dit rien de bon.

Liz : Oui, c’est bien ce que je pensais…

Alex : De quoi ?

Liz : Oh non, non rien, mais je ne sors pas avec lui. Tiens voilà ton soda.

Alex : Merci, mais ne te fâche pas pour si peu !

Le lendemain, dans les couloirs :

Liz : Salut Max !

Max : ouais, salut.

Elle avait déjà détourné la tête. C’était trop tard. Il se trouvait déjà loin. Elle n’en revenait pas : Max lui avait dit bonjour !! Liz avait tellement l’habitude d’être brève qu’elle n’attendait plus aucunes réponses. Mais elle avait remarqué qu’il était seul ce matin ; Isabel qui normalement ne le quitte jamais d’un pouce, avait mystérieusement disparue.

En retard au cours de science ! Cela ne lui était pas arrivé depuis des années mais en entrant dans la pièce, elle découvrit, à sa grande surprise qu’Isabel ne manquait pas à l’appel ni personne d’autre d’ailleurs. La seule place libre se trouvait à côté de, ho hasard Balthazar et oui, de Max où elle s’empressa de s’asseoir.

Professeur : Mlle Parker, sachez que les retards ne sont pas tolérés dans mon cours. Ça passe pour cette fois mais l’avenir, tachez d’être à l’heure.

Il y avait autre chose dans le fait qu’elle soit en retard, tout le monde lui lançait des regards étranges dont elle n’arrivait pas à capter la signification.

Max ne disait rien, continuait de regarder le professeur fixement et Liz l’observait attentivement. Quelque chose chez ce garçon la mettait mal à l’aise, elle n’arrivait pas à se concentrer. L’heure était passée, sans qu’elle ait retenu quoi que ce soit. Ainsi toute la journée venait d’ailleurs de se dérouler à toute vitesse, à cet endroit, l’endroit où la journée commençait, celui où elle finissait, devant son casier…

Tess, arrivant : Liz ! Liz, attends, il faut qu’on pare.

Liz : tu t’appelles Tess, c’est ça ?

Tess : Oui, c’est exact et la prochaine fois que tu t’avises de toucher à mon copain de près ou de loin…

Liz : Ton copain ?

Tess : Max. Ne fais la maligne avec moi. J’ai vu comment tu le regardais avec tes gentils petits airs de Sainte.

Liz : Y’a rien entre lui et moi, ok ? Et si t’es pas contente va le dire à « ton copain » .
Moi j’ai rien à faire dans vos p’tites histoires.

Tess : Je te le répète une dernière fois, Liz. Ne touche pas à mon copain.

Tess part maîtrisant sa colère.

Comment pouvait-on digérer un tel coup ? Max ! Sortir avec cette pimbêche? Elle n’avait jamais eu une mauvaise impression de Tess. Mais cette fois elle avait eu du culot de s’en prendre à elle ! Cela compliquait encore plus la situation.

…A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydia
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Sam 17 Sep - 16:29

génial génial VEUT LA SUITEEEEEEE!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Carlyne
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Sam 17 Sep - 17:20

Je suis Carlyne, l'auteur d'Une amie pour un alien. Marci de publier ma fic ici et merci à tous ceux qui aiment !!!
Revenir en haut Aller en bas
Lydia
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Dim 18 Sep - 14:02

de rien ya pa dkoi ta fic et super génialll BRAVO!!!
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Dim 18 Sep - 17:44

ba si tu veu carlyne repren la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carlyne
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Dim 18 Sep - 23:42

le probleme c'est que je n'ai plus ma fic en partie mais en entier donc je n'ai plus les divisions. si tu peux, continue, c'est tellement gentil.
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Lun 19 Sep - 7:52

daccor jmetrè pê la suite demain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Mar 20 Sep - 17:57

la voila la suite

Une amie pour un alien
6ème partie


L’ignorer ! Liz qui avait quasiment harcelé Max ces dernières semaines, venait de l’ignorer ! Arriverait-il à la comprendre un jour ? Mais qu’est-ce qu’elle voulait à la fin ? Un coup elle veut se rapprocher de lui, un coup elle ne le connaît plus. Elle le rendait complètement fou !

Isabel, arrivant : Max ! Ça fait deux jours que tu ne m’attends pas pour partir ! Il y a un problème ?

Max : On n’est pas obligé d’être collé ensemble vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

Isabel : Tu es vraiment bizarre en ce moment.

Tess, arrivant à son tour : Hé ! Tout va bien ?

Isabel : Oui, ce n’est rien du tout.

Tess : Tiens, on dirait qu’il manque quelqu’un aujourd’hui.

Max : Non, je vois Michael qui vient vers nous.

Tess : je veux parler de quelqu’un d’autre.

Isabel : On devrait plutôt se réjouir que Liz fiche enfin la paix à Max. Pas vrai, Max ?

Max : Si, bien sûr.

Liz avait de plus en plus raison, il ne faisait que mentir à longueur de journée à ceux qu’il croyait ses amis. Il ne pouvait pas se confier à eux. A moins qu’il n’ait commencé à leur mentir uniquement depuis que Liz s’est invité dans sa vie. Ho la la la ! Il s’enfonçait. On disait toujours qu’on ne pouvait pas choisir sa famille mais ses amis, si. Pourtant il n’avait rien choisi, lui. Mais il ne pouvait pas choisir d’autres amis car ceux qui lui ont été attribués d’office, lui en voudraient à mort et, ceux qu’il choisirait, il ne pourrait que leur mentir à eux aussi car il était… « différent ».

Plus tard, après les cours, toujours au lycée :

Maria : … donc je lui ai dit que s’il ne supportait pas le fait qu’on se voie un minimum de fois, ce qui est normal pour un couple, vous êtes d’accord, il avait qu’à aller voir ailleurs.

Alex : Et quand est-ce que vous vous remettez ensemble ?

Maria : Non, c’est vraiment fini cette fois ! Je ne veux plus jamais entendre parler de Tony James de toute ma vie !

Liz : Tu nous as fait le coup trois fois en un mois, Maria.

Maria : Et toi Alex, comment va Vanessa ?

Alex : Vanessa qui ? Dis-nous plutôt Liz, où tu en es avec l’autre ?

Liz : Quel autre ? …Ah ! Pourquoi tu changes de sujet ? Euh… Oui, tu veux parler de Max Evans ?

Alex : En chair et en os.

Liz : On ne sort pas ensemble, je vous l’ai déjà dit !

Maria : C’est ce que tu nous as dit pour Kyle et trois jours après, vous ne sortiez plus que main dans la main.

Liz : Ça n’arrivera pas avec lui. Il n’est pas comme ça.

Maria : Si tu veux dire qu’avec lui ça prendra quatre jours…

Alex : Liz, nous sommes tes meilleurs amis, tu vas pas nous baratiner encore longtemps.

Liz : Bon, c’est d’accord. Je vais tout vous dire. Je n’éprouve pas grand chose pour lui. Il lui manque un certain nombre de qualités.

Alex : ça n’existe pas le mec parfait.

Maria : Alex ! Tu sais très bien que Liz a des étoiles plein les yeux qui lui empêchent de voir la réalité en face. Tout le monde a le droit de rêver.

Alex : J’arrête. Qu’est-ce qu’il lui manque comme qualité alors ?

Liz : Et bien, tout d’abord, de la franchise…

Maria : Pour ça, je suis d’accord avec toi.

Liz : …ensuite, du romantisme, de l’attention, de l’initiative, du courage… et j’y suis encore demain si je continue.

Maria : T’avais raison, Alex personne n’est comme ça.

Alex : Et moi alors ?

Ils éclatent tous de rire.

Encore plus tard, chez les Evans, dans la chambre de Max :

Isabel, entrant : Max, il faut qu’on parle.

Max : De quoi ?

Isabel : De Liz Parker.

Max : Je t’écoute.

Isabel : Tu sors avec elle ?

Max : Tu es folle ! Bien sûr que non. Et après tu dis que c’est moi qui ais un problème ?

Isabel : Il y a une rumeur qui court disant qu’elle a plaqué son copain, Valenti, pour toi.

Max : Et depuis quand tu t’intéresses aux rumeurs qui courent ?

Isabel : Depuis qu’elles parlent de mon frère. Je ne sais pas si tu réalises que tu flash sur une fille qui fréquente le fils du shérif, ce n’est pas n’importe qui. En plus tu t’opposes à notre pacte ! Et le secret, qu’est-ce que tu en fais ?

Max : On n’a pas fait ce stupide pacte pour préserver notre secret mais parce que Tess s’était fait plaquer par un idiot.

Isabel : Il ne s’agit pas que de toi, c’est nos quatre vies que tu mets en danger.

Max : Michael ne contrôle pas ses pouvoirs et Tess et toi les utilisaient sans doute plus que, toute la fichue planète d’où on vient, réunie. Alors ce n’est sûrement pas moi qui met nos vies en danger.

Isabel : Ecoute Max, je te demande juste de faire attention c’est tout. On ne sait jamais. Elle est peut-être au courant de quelque chose.

Max : Impossible ! A moins que… Isabel, tu ne ma caches rien ?

Isabel : Et bien, en fait, c’est à dire que…

Max : J’en étais sûr.

Isabel : Non, Max, tu vois, en fait c’était à la cafétéria, un idiot m’a renversé son soda dessus et par réflexe, j’ai enfin, « supprimé » la tache de mon chemisier. Mais je pense que personne n’a rien vu.

Max : C’était quand ?

Isabel : Il y a un mois environ.

Max : Ils savent ?

Isabel : Tess, oui. Pas Michael. Bon, je crois que je vais aller me coucher maintenant, on en reparle demain ?

Max : Oui, bonne nuit.

Isabel, partant : Bonne nuit.

…A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydia
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Mer 21 Sep - 15:15

la suiteee!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
aminaron
Isabel
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 04/12/2005

MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Mar 6 Déc - 16:53

j'ai hate de lire la suite de cet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carlyne
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Dim 26 Fév - 15:08

je n'ai pas les parties alors je vais mette la suite jusqu'à la fin :

Le lendemain après-midi, au Crashdown :

Liz : Alors, ça y est, tu t’es remise avec Tony. On savait tous qu’il reviendrait. T’es as pas marre de toutes ces disputes et toutes ces réconciliations ?
Maria : Au moins ça met un peu de piquant. Toi, ça fait trois jours que tu évites Max et ça ne te réussit pas en tous cas.
Liz : Il faut toujours que tu ramènes la conversation sur lui.
Maria : De toutes manières, je ne vois pas de quoi on pourrait parler d’autre, étant donné que, tu ne penses qu’à lui.

Au même moment, dans la chambre d’Isabel :

Tess vient d’arriver, Max, Michael et Isabel sont déjà là.

Tess : Salut ! Je sais, je suis en retard mais… Pourquoi vous faîtes ces têtes d’enterrement ? Quelqu’un est mort ?!
Isabel : Tu te souviens du type dont je t’ai parlé ?
Tess : Je vois pas.
Isabel : Celui qui m’a vu utiliser mes pouvoirs.
Tess : Ah oui, celui qui a une coupe de cheveux qui craint. Il est mort ?!
Max : Tess, personne n’est mort.
Tess : Ouf ! Me voilà rassurée.
Michael : Il n’y a pas de quoi !
Tess : Mais qu’est-ce qu’il se passe ?
Michael : Est-ce qu’il t’arrive parfois de te servir de cette chose appelée cerveau qui, j’espère, se trouve sous tes jolies boucles blondes ?
Tess : Ce truc appelé cerveau, comme tu dis. Moi, au moins il se cultive et ne fait pas une fixation sur des évènements complètement improbables.
Michael : Improbables ! C’est ce que tu penses de nos origines ? De notre vraie vie qui nous attend quelque part dans la galaxie… A non, bien sûr, j’oubliais que ce qu’il y avait de plus important c’était d’abord de soigner son apparence extérieure pour plaire à Tony James par exemple !
Tess : Tony est deux fois plus intelligent que toi, il a deux fois ton charisme, deux fois ton physique, et surtout vit sur la bonne planète. […]

Au Crashdown :

Liz : Ce n’est pas vrai, enfin pas tout à fait, il y a peut-être une part de vérité. Ok, j’avoue, tu as raison.
Maria : je sais, je sais. Bon puisqu’on en parle, pourquoi tu l’évites ?
Liz : Je ne veux pas provoquer les foudres de sa petite amie.
Maria : Lui, il a une petite amie ?
Liz : Il faut croire que les miracles existent !
Maria : Mais qui c’est ?
Liz : Tess Harding !
Maria : Tu plaisantes, j’espère !
Liz : Non, pourquoi ?
Maria : ça fait des mois que cette chipie s’est mis dans la tête de me piquer Tony. Je crois d’ailleurs que c’est pour ça que…
Liz : Alors elle ne sort pas avec lui !
Maria : Je sais pas dans quelle embrouille tu t’es encore fourrée mais ça m’a l’air bien compliqué.
Liz : Oui. Au fait, tu as vu Alex ces derniers temps ? Il paraissait bizarre ces derniers jours, comme s’il avait quelque chose qui le préoccupait.
Maria : Maintenant que tu m’en parles c’est vrai qu’il m’avait semblé différent. C’est étrange qu’il ne nous ait rien dit.

Dans la chambre d’Isabel :

Tess et Michael hurlaient carrément à présent.

Isabel, à voix basse à Max : Heureusement que Papa et Maman ne sont pas là. Je vais me rafraîchir, ils me donnent la migraine. Essaye de les calmer.
Max : Ouais c’est ce que je vais faire.

Isabel part.

Max : Ecoutez, on est plus des gamins, on peut se conduire sérieusement quelques secondes, le temps de discuter de tout ça.
Tess : Bon, qu’est-ce qu’il s’est passé ?
Max : Je ne vais pas y aller pas quatre chemins, il faut qu’on dise la vérité sur nos identités au type qui a vu Isabel se servir de ses pouvoirs.
Michael : Je croyais qu’on devait se conduire sérieusement ?
Tess : Pour une fois, je suis d’accord avec ce pauvre idiot…
Michael : Eh ! Je suis encore là.
Tess : Tu ne crois quand même pas qu’il va bien réagir ?
Max : On ne saura pas tant qu’on n’aura pas essayé.

Isabel entre.
Michael : Admettons une seconde qu’il réagisse plutôt bien, il serait incapable de garder le secret.
Tess : Il le répèterait ne serait-ce qu’une fois et avec le bouche-à-oreille, croyez-moi je m’y connais, tout Roswell est au courant avant la fin de la semaine.
Isabel : Tiens, voilà un sujet sur lequel vous vous entendez très bien. Je suis d’accord avec Max, si on le laisse méditer dessus, il en parlera au shérif et puis le FBI sera au courant et vous connaissez la fin de l’histoire.
Max : Il vaut mieux en faire un ami qu’un ennemi.
Michael : Il gardera pas le secret, tu sais bien comment ils sont ces humains, toujours à tout se dire entre amis.
Isabel : C’est exactement ce qu’on est en train de faire.
Tess : Max, Michael, vous avez tous les deux raison, c’est ça le problème.
Max : Alors on met au courant ses amis.
Michael : Dans ses amis il n’y aurait pas la fameuse Liz Parker qui te fait tourner en bourrique ?
Max : J’ai confiance en elle…
Tess : Et cette peste, Maria DeLucas, la voleuse de mecs.
Isabel : Elle ne l’a pas volé puisqu’il est déjà à elle, je te rappelle.
Michael : Hors de question !
Max : Alors je vous écoute. Qu’est-ce que vous proposez ?
Tess : C’est bon, je marche.
Michael : Je n’ai plus vraiment le choix.
Isabel : ça veut dire que tu acceptes ?
Michael : Est-ce que ça change quelque chose ?
Max : Pas vraiment.
Michael : En revanche, je décline toutes responsabilités et je vous laisse la corvée de les mettre au courant.
Max : T’inquiète pas pour ça.
Isabel : Il n’a pas tort, ce n’est pas un détail qu’il faut négliger. Ça ne va pas être de la tarte.

Liz finissait par penser qu’Alex avait raison, Max ne lui avait apportait que des problèmes. Non seulement lui, mais aussi sa sœur, sa soi-disant copine et son meilleur ami. Demain, elle aurait une sérieuse conversation avec lui. Heureusement que Maria et Alex étaient là pour lui ouvrir les yeux. Mais Max pouvait-il comptait autant sur ses amis, comme elle pouvait compter sur les siens ? Tout cela lui donnait mal à la tête, c’était sans fin, toute réflexion revenait au même point de départ. Un vrai serpent qui se mord la queue !

Max se disait que peut-être Michael et Isabel n’avaient pas tout à fait tort : convaincre Tess et Michael restait le plus facile, maintenant il allait falloir persuader Liz de sa vraie nature. Une Liz qui était complètement étrangère à son milieu, qui avait des amis qui le détestaient et qui devait être très en colère contre lui pour ne pas lui avoir parlé depuis trois jours. Demain, il aurait une sérieuse conversation avec elle. Après tout, soit elle pétait les plombs, ne le croyait pas et lui en voulait à mort, soit elle le prenait en pitié et se mettait de son côté.


Le lendemain soir, au Crashdown :

Liz et Alex sont assis au comptoir, Liz n’est pas en uniforme. Ils sirotent un soda, perdus dans leurs pensées, sans un mot.
Maria franchit la porte.

Maria : Vous voilà enfin ! Ça fait des heures que je vous cherche ! Si je ne vous connaissais pas, je croirais que vous m’évitez.
Liz et Alex : …
Maria : Dites vous pourriez répondre, me demander pourquoi je suis autant en colère !
Liz, encore à moitié dans les vapes : Pourquoi est-ce que tu es en colère ?
Maria : Et bien, figurez-vous que Tony, oui cet idiot de Tony…

Elle s’assoit.

Maria : Ok. Qu’est-ce qui cloche ? Pourquoi mes meilleurs amis sont devenus des zombies ?
Alex, le plus naturellement du monde : Max, Michael, Isabel et Tess sont des extra-terrestres.
Maria : Oui, c’est sûr que ceux-là viennent d’une autre planète. Ce qui me ramène à Tony, non mais vous savez pour qui il m’a plaquée ?
Liz : Tess ?
Alex : Maria ! Max, Michael, Isabel et Tess sont vraiment des extra-terrestres !
Maria : Bon, c’est fini cette plaisanterie ?
Liz : Il a raison.
Maria : Comment ça « il a raison » ?

Michael et Isabel entrent et se dirigent vers eux.

Isabel : Elle est au courant ?
Maria : Qui ? Au courant de quoi ?
Michael : Perdons pas de temps.

Il saisit une serviette en papier, passe sa main dessus et montre le résultat à Maria. La serviette, à l’origine verte, vient de virer à l’orange.

Michael : Nous sommes des extra-terrestres.
Maria : Ok, j’ai eu une journée éprouvante, je crois que j’ai mal à la tête. Je vais rentrer chez moi et demain tout ira mieux. Alors finis les sottises pour aujourd’hui.

Sur ces mots, elle part.

Isabel : Michael, va la retrouver et mes tout au point.
Michael : Pourquoi moi ?
Isabel : Pourquoi pas ?

Michael part chercher Maria.

Isabel : Bon, je n’ai plus rien à faire ici, à demain.
Alex : Oui à demain.

Isabel part à son tour.
Alex et Liz sont désormais les seuls dans le café.

Alex : Woah !
Liz : Tu l’as dit, woah !
Alex : Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?
Liz : Et bien tu peux rentrer chez toi et te coucher ou bien rester ici avec moi à…
Alex : Non, je voulais dire demain et après.
Liz : J’en sais rien. Une chose est sûre, je ne vois pas comment ils arriveront à dormir.
Alex : Moi non plus.
Liz : Un autre soda ?
Alex : Oui, je veux bien.

Liz va en cuisine.

Au même moment, quelque part dans les rues de Roswell :

Michael essaye de rattraper Maria.

Michael, pour la énième fois : Maria ! Attends !

Maria s’arrête. (plus par fatigue que par envie)

Maria : Pourquoi tu me suis ?
Michael : Pourquoi tu t’enfuies ?
Maria : Ecoutes, je sais que toi et tes copains ont fait une blague à mes amis et ils sont devenus… bizarres. Et… et maintenant, tu veux me faire le même… le même coup mais… mais je ne suis pas dupe.
Michael : Tu me cries dessus, donc tu me considères comme quelqu’un de normal. C’est déjà ça.
Maria : Non, tu n’es pas normal, tu es le contraire même de la normalité. Tout en toi n’est qu’irrationnel et illogique.
Michael : Oh ! Mais c’est pas vrai ! Pourquoi des trois, c’est moi qui me coltine la plus… la plus…
Maria : La plus quoi ?
Michael : La plus bornée !
Maria : Bornée ! Moi Bornée ?
Michael : Oui toi ! Qui d’autre ? On peut pas te dire un truc sans que tu t’énerves !
Maria : Alors va-y, je t’écoute.
Michael : ça ne marche pas comme ça. C’est trop tard maintenant.
Maria : Peut-être que je suis bornée, comme tu dis, mais en tous cas toi, t’es qu’un lâche. Dès qu’une fille a un peu plus dans le citron que des graines pour moineaux, tu te défiles !
Michael : Alors, allons-y. (Il prend une profonde, très profonde inspiration.) Max, Isabel, Tess et moi sommes des extra-terrestres. On n’est pas moins humain que vous, seulement on a des pouvoirs surnaturels. Et pour éviter d’être disséqués dans les laboratoires du FBI, on évite de le crier sous tous les toits. Là, je suis sûr que tu ne peux rien répliquer parce que, si tu disais me croire, ce qui est contraire à tous tes principes, ce serait un mensonge ; en revanche si tu dis ne pas me croire, c’est admettre que j’ai raison et que tu es bornée. Qu’est-ce que tu as à dire ?
Maria : Et bien… je… Tess ? Tess Harding ?
Michael: Tu en connais d’autres ?
Maria : Cette peste ! Comment peux-tu la fréquenter ?
Michael : On choisit pas sa famille, c’est pire qu’une peste, c’est une garce ! Allez, je te raccompagne.
Maria : Ok.

Plus tôt, ce matin au lycée.

Max : Liz, j’ai besoin de te parler
Liz : Pas moi.
Max : Liz, j’ai vraiment besoin de te parler. Rejoins-moi dans le placard du deuxième étage à la pause.
Liz : Pas question.
Max, sèchement : Ce n’était pas une question. (Puis sur un ton plus doux) Je t’en pris sois-y. S’il-te-plaît.

La sonnerie retentit.

Liz : Il faut que j’aille en cours

Elle part.

Max : Liz !

Elle ne se retourne pas.

Jamais il ne s’était senti aussi minable et aussi suppliant de toute sa vie. Il avait toujours été indépendant, un meneur avec une confiance en soi et une fierté exemplaires. Mais là les choses n’allaient pas de la manière qu’il aurait voulue. Rien n’était plus sous contrôle à présent et il n’avait aucun moyen de savoir la tournure que les évènements allaient prendre. Ça l’effrayait.
Revenir en haut Aller en bas
Carlyne
Invité



MessageSujet: Re: une amie pour un alien   Dim 26 Fév - 15:09

Elle avançait. Elle continuait d’avancer quoiqu’il arrive. Elle ne voyait plus rien, tout était flou : les bruits, les odeurs, les images. Elle n’avançait plus tout d’un coup. Pourquoi ? La douleur était présente. Où ? Elle ne savait pas. Tout était confus, elle se noyait dans un brouillard épais inconfortable. La douleur s’intensifiait à la tête, au genou droit, au dos.
Elle ouvrit les yeux, releva la tête. Tout était très clair à présent. Elle était étendue sur un des lits de l’infirmerie. L’une des premières choses qui la frappa fût l’horloge, elle indiquait 11h du matin. La pause était finie depuis longtemps. Ce qui signifiait qu’elle venait de louper une occasion en or : Après tant d’effort pour porter Max à lui confier son secret, il arrivait enfin, de lui-même et l’avait envoyé se faire voir. Et tout ça pourquoi ? Parce qu’il sortait avec une fille qu’elle ne connaissait même pas et qu’elle avait jugée avec un regard aveuglé par la jalousie.

De rage elle se frappa le front de la main en oubliant qu’elle avait une jolie bosse à cet endroit là.

Liz : Aïe !!
Max : c’est pas très intelligent ce que tu viens de faire !!
Liz : Max !! Qu’est-ce que tu fais là ?
Max : l’infirmière m’a dit de rester car elle avait peur que tu te fasses trop mal en te frappant toute seule.
Liz : Non, sérieusement.
Max : je ne devrais pas être ici.
Liz : Qu’est-ce qui m’est arrivé ?
Max : Et bien tu as couru tout droit dans le couloir jusqu’à rentrer dans le mur et puis tu t’es évanouie.
Liz : je crois que je suis prête maintenant à entendre ce que tu as à me dire.
Max : Tess, Michael, Isabel et moi sommes différents des autres élèves du lycée.
Liz : Je ne pense pas, non.
Max : Mais nous pouvons faire plus de choses.
Liz : Comme ?

Max passe sa main sur le front de Liz et sa bosse disparaît.

Liz : Qu’est-ce que … ? Max ?
Max : mais tout ça a un prix. Si jamais quelqu’un découvre quoique ce soit nos quatre vies seront en danger.

Elle se contente de fermer les yeux.

Max : Liz ? Tu m’entends ? Je sais que tu m’entends. Michael, Tess, Isabel et moi sommes des extra-terrestres survivant du crash de 1947. On ne s’en souvient absolument pas. Tout ce qu’on sait, c’est qu’on a été retrouvé en 1989 dans le désert avec l’apparence d’enfants de 6 ans. Maintenant tu sais tout. C’était bien ce que tu voulais, non ? Maintenant que je n’ai plus aucun secret pour toi, je ne dois plus t’intéresser autant je suppose. Mais souviens-toi. Tu ne dois le dire à personne sauf peut-être Alex et Maria mais c’est tout. Tout ceci est très dangereux. Peut-être même plus que tu ne l’imagines.

Elle l’entend mais ne répond pas gardant les yeux fermés.

Il comprend et s’en va.

Dehors Isabel l’attend.

Isabel : Alors ? Comment ça s’est passé ? Comment elle a réagi ? Qu’est-ce qu’elle pense de tout ça ?
Max : je ne sais pas trop pour le moment, le temps nous le dira. Et pour Alex ?
Isabel : Il n’est pas venu en cours aujourd’hui mais je lui dirais le plus tôt possible. Et Michael ?
Max : Aucun signe de vie depuis hier soir.
Isabel : Tu crois qu’il y a encore de l’espoir ?
Max : je ne suis plus sûr de rien maintenant.
Isabel : Qu’est-ce que tu vas faire, là tout de suite ?
Max : je pense que je vais rentrer. On se voit plus tard.
Isabel : Oui, A plus tard.

Un peu plus tard, au Crashdown.

Alex est attablé seul quand Isabel entre.

Isabel : Je t’ai cherché partout, tu n’es pas venu au lycée aujourd’hui ! Ecoute je crois qu’il faut qu’on parle.
Alex : Je crois aussi. Assis-toi. (Elle s’assoit) le shérif m’a convoqué ce matin. Il voulait me parlait de quelque chose d’assez surprenant. Je me demande même comment ça a pu arriver jusqu’à ses oreilles mais, quoique soit cette chose, et je ne le sais pas moi-même, ça t’attirait des ennuis alors, j’ai tout démenti.
Isabel : Merci.
Alex : Mais de quoi ? Je crois que j’ai besoin d’une explication, non ?
Isabel : C’est vrai.
Alex : Tout ce que je sais, c’est qu’il y a un mois j’ai renversé mon soda sur toi et que la tâche a disparue quelques secondes plus tard.
Isabel : Ecoute, ce que je vais te dire devra rester extrêmement confidentiel car, tu le sais sans doute déjà ça m’attirerait de gros problèmes. Non seulement à moi, mais aussi à Max, Michael et Tess car…
Alex : Attends, qu’est-ce qu’ils ont à voir dans tout ça eux ?
Isabel : Ils sont comme moi. Nous sommes différents.
Alex : Mais… Je… Tu… Vous… Qu’est ce qu’il s’est passé exactement avec ce soda ?
Isabel : Il s’est bien renversé sur moi et j’ai… disons… « fait partir » la tâche.
Alex : Comment ?
Isabel : OK, j’en ai assez de tourner autour tu pot. J’ai été adoptée. Nos parents adoptifs nous ont trouvés, Max et moi dans le désert à l’age de 6 ans. On est des monstres. On pense qu’on vient du vaisseau de 1947.

Elle se met à pleurer.

Alex : Je crois que je vais aller au bar prendre un soda.
Isabel, toujours en pleurant : Tu ne seras pas seul à garder le secret, Liz est déjà au courant et Maria le sera bientôt.

Il se lève et se dirige vers le comptoir. Il s’assoit à côté de Liz. C’est la première fois qu’il la remarque depuis qu’il est entré. Elle, elle n’a pas l’air de remarquer qui ou quoi que ce soit. C’est bizarre qu’elle ne travaille pas aujourd’hui. Enfin plus rien ne l’étonne à présent, il se contente de s’assoire.

Isabel sort et rentre chez elle. Elle s’en va pleurer dans les bras de son frère. Mais en arrivant elle découvre que Tess est dans sa chambre.

Isabel : Qu’est-ce que tu fais là ?
Tess : J’en ai marre.
Isabel : marre de quoi ?
Tess : Marre de cette vie débile, marre de toutes ces choses stupides qu’on a faites toi et moi. Tu sais quoi ? Tony est venu vers moi ce matin et m’a proposé d’aller au ciné ce soir avec lui.
Isabel : et alors ?
Tess : Tony James n’est qu’un abruti ! C’est tout. Il est vraiment nul. D’ailleurs tous les autres garçons dans son genre, sont nuls. Tu sais ce qui est vraiment important dans ma vie ? Toi, Max, même Michael mais surtout, mon père. Il m’avait dit que c’était pas un garçon bien et j’ai pas voulu l’écouter. Alors on s’est fâché et voilà où j’en suis maintenant : mon père ne m’adresse plus a parole, depuis des mois j’essaie de sortir avec un garçon stupide, mes amis me paraissent si loin de moi que j’ai l’impression d’être toute seule et nos vies sont peut-être en danger parce que de parfaits inconnus vont bientôt être au courant de notre secret et… et…

Elle éclate en sanglot. Isabel l’a prend dans ses bras pour la réconforter.

Isabel : Tess, oublie Tony, il n’en vaut pas la peine. Rentre chez toi pour te calmer un peu et quand tu seras prête, présente tes excuses à ton père. Max, Michael et moi, on s’occupe du reste.
Tess : Merci, Isa. C’est ce que je vais faire.

Elle part.

Isabel se rend dans la chambre de son frère, Michael est avec lui.

Michael : Salut !
Isabel : Salut.
Michael : Y’en n’a pas un pour rattraper l’autre. Dans la famille dépressive, le frère et la sœur sont à égalité.

Isabel s’allonge à côté de Max sur son lit. Michael est assis sur la chaise de bureau.

Isabel : Max, tu t’es occupé de Maria ?
Michael : Je crois pas qu’il se soit occupé de quoique ce soit depuis u’il est rentré.
Isabel : Au fait pourquoi t’es pas venu en cours aujourd’hui ?
Michael : J’avais pas envie d’assister à un massacre.
Isabel : Je vois.

Une heure s’est écoulée mais rien n’a changé dans la pièce et pas un mot n’a été prononcé.

Isabel : Peut-être qu’on ferait mieux d’aller s’occuper de Maria ?
Michael : Tu sais où elle est ?
Isabel : Sûrement au Crashdown à cette heure là.
Michael : Je t’accompagne. Laissons Max ici.
Isabel : D’accord.

Ils partent.


Un peu plus tard, Isabel est de retour, seule.

Max : Où est Michael ?
Isabel : Je crois qu’il est allé s’expliquer auprès de Maria. Mais tu es réveillé ?
Max : Je n’ai pas dormi. Mais Michael s’est porté volontaire pour tout expliquer à Maria ! Comment ça se fait ?
Isabel : Non, bien sûr tu ne dormais pas tu jouais juste à "Si je faisais semblant d’être un zombie". Et pour Michael, je crois qu’il y a une certaine alchimie entre lui et Maria. Je ne le parierais pas, c’est juste une impression, comme ça.
Max : Michael et Maria !! Tu plaisantes ?
Isabel : Peut-être pas. Ce que j’aimerais savoir c’est ce qui va arriver maintenant.
Max : Est-ce que tu as vu Liz au Crashdown ?
Isabel : Oui. Avec Alex, ils jouaient aussi à « Si on faisait semblant d’être des zombies » On dirait que c’est un jeu très populaire en ce moment.
Max : C’est déjà mieux que « faisons les fous hystériques » non ?
Isabel : C’est peut-être le calme avant la tempête.
Max : Il faut que j’aille lui parler.
Isabel : Alors, on est reparti, je suppose.
Max : Bien deviné.

Au Crashdown :

Alex : Heureusement qu’il n’y a pas d’alcool dans ces sodas parce qu’à force d’un prendre un puis encore un… Tu sais combien on en a pris depuis qu’on est assis ici ?
Liz : je n’ai vraiment pas l’esprit à faire des maths.
Alex : Pourquoi on évite le sujet comme ça ? C’est comme si on arrivait pas à en parler toi et moi.
Liz : Il faut que j’aille aux toilettes, je crois que c’est l’overdose de sodas.

Elle y va.

Max et Isabel arrivent à ce moment là.

Max, en voyant un deuxième verre sur le comptoir : Liz n’est pas là ?
Alex : Si, elle va revenir. Et puis, vous savez, j’ai bien réfléchis. Je suis parfaitement en accord avec tout ce que je sais. Vous n’êtes pas des monstres. Je crois que vous pouvez ressentir et vivre les mêmes choses que nous seulement vous pouvez… enfin… On est pas si différent que ça finalement et vous êtes vraiment des types bien.

Isabel : Merci, Alex.
Alex: Ne vous faites pour votre secret. Je serais muet comme une carpe et je pense que Liz et Maria aussi. Vous pouvez nous faire confiance.

Max : c’est bon de savoir qu’on peut faire confiance à quelqu’un.
Liz : Max !

Ils tournèrent tous la tête vers la jeune fille qui venait de les surprendre.

Max : Liz, je…
Liz : Non, écoute-moi Max. Maintenant que tu m’as confié ton secret je vais être obligée de te confier le mien qui est, je l’avoue encore bien plus dangereux. (Tout en prononçant ces mots, elle s’était approchée de lui et ne se trouvait plus qu’à quelques mètres à présent), je crois que je suis amoureuse de toi.

Sur ce, elle franchit les derniers pas qui la séparaient de Max et l’embrassa sur la bouche.

Max, en lui rendant son baiser : Moi aussi. (Puis en se tournant vers Isabel) Tu me demandais ce qui allait arriver maintenant et je crois que j’ai une réponse à ta question. Quoi qu’il arrive, quels que soient les obstacles que nous auront à affronter on ne sera pas seuls, on aura des amis sur qui compter. A nous sept on pourra tout surmonter et tout partager, la tristesse et la joie comme le doute, la peur et la réussite.

Après quoi, il embrassa Liz à nouveau.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: une amie pour un alien   

Revenir en haut Aller en bas
 
une amie pour un alien
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Desplat-Duc, Anne-Marie] Ton amie pour la vie
» le dessin d'une amie pour une amie ^^
» [Poème] - Ballade pour une amie - PG
» NUIT ALIEN
» J'aimerais faire de la bave pour mes Alien des idées?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roswell-fanfictions :: Fan-Fictions :: Dreamer-
Sauter vers: