Roswell-fanfictions

fan-fictions sur la serie Roswell
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 my sun

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: my sun   Ven 8 Juil - 10:52

c'est tjrs la mm internotes ki a fè la fanfic

My sun (1ère partie)

Trois ans après « le départ », vous découvriez ce qui s’est passé au fur et à mesure.


Liz est dans un bus, elle a son journal à la main.
« 22 décembre. Liz Parker. Il y a trois ans et demi, j’étais dans ce même bus à la différence près que j’allais de l’autre côté. Je quittais Roswell. Je quittais ma famille, mes amis enfin ce qui me restait, c’est à dire Maria et Kyle. Les autres, les aliens sont partis sur leur planète, sur Antar, parce que le bébé de Tess et…de Max ne pouvait pas vivre sur la Terre, alors ils ont du repartir. Je voulais être forte mais c’était au dessus de mes forces, alors j’ai préféré quitté Roswell que de quitter la vie, même si ça aurait été mieux. Ça fait trois ans que je n’avais écrit dans ce journal et pourtant j’aurai pu y raconter plein de choses comme mon arrivée à Denver, une ville du Colorado, le changement de nom, la découverte que j’étais enceinte d’une petit garçon et l’amitié qui me lie avec Fred Ulm, mon patron. Et si je n’ai rien écrit c’est surtout parce que je voulais me cacher ou plus exactement quitter mon ancienne vie, mais rien n’est simple. C’est Fred et Denis, mon fils, qui me l’ont appris. Denis est malade, il est un cancer depuis l’age d’un an. Il ne savait pas parler correctement que déjà on le torturait. Il se bat depuis un an et demi mais…c’est bientôt la fin, les médicaments ne font plus d’effet, il est tout le temps fatigué, mais il continue à se battre…pour moi. Si je retourne à Roswell c’est pour faire plaisir à Fred même si je n’y arriverai pas. Il veut que je retrouves ma famille et mes amis et que je leur présente Denis alors qu’il ne lui reste plus beaucoup de temps à vivre. Je ne sais pas si j’y arriverai mais je vais essayer pour lui, pour le remercier d’avoir été présent à mes côtés. Il sait tout de ma vie sauf bien sur que j’ai connu des extra terrestre mais il sait tout sinon, comme que j’aimais Max à la folie mais qu’il est partie avec une autre, que j’ai quitté Roswell pour ne pas mourir de tristesse. »
Liz referma son journal, Denis bougea.
D-Maman ?
L-Je suis là mon cœur. Ça va ?
D-J’ai soif maman.
L-Attends
Liz prit son sac à dos et en tira une bouteille d’eau et un verre. Elle donna à boire à Denis puis lui fit un petit sourire
D-Quand on arrive ?
L-Bientôt.
Denis colla son visage contre la vitre et y regarda à l’extérieur puis il se mit sur les genoux de Liz en suçant son pouce.
L-Rendors toi, ça passera plus vite.
Denis finit par s’endormir. Quelques heures plus tard, le chauffeur de car s’arrêta et se dirigea vers Liz
C-Il ne reste plus que vous deux, puis je vous inviter au restaurant avant de reprendre la route ?
L-Euh…mais…c’est que…mais…
C-Attendez, je ne suis pas en train de vous draguez si c’est ça que vous pensez, vous avez un fils et peut être un mari, et moi j’ai une femme et deux filles que je ne veux pas perdre. Mais il reste presque quatre heures de route, je ne suis pas vous mais moi j’ai un peu faim. Vous voulez bien ? On sera quatre, vous deux plus l’autre chauffeur.
L-Bon d’accord.
C-Bien suivez moi. Ce n’est pas le luxe mais à près tout ce n’est qu’un petit fast-food.
Liz réveilla Denis puis suivit le chauffeur avec Denis dans les bras. Ils allèrent entrer le restaurant
C-désolé mais quand on rentrera dans le restaurant, vous serez ma femme
L-Pardon ?
C-oui, pour votre sécurité, on dira que vous êtes ma femme et que c’est mon fils à moins que vous voulez des grosses brutes tout autour de vous ?
L-Euh non, merci monsieur
C-Appellez moi Georges et vous c’est comment ?
L-Véronique mais appelez moi Vero c’est plus court et puis vous pouvez me tutoyer parce qu’entre époux on ne se vouvoie pas
C-D’accord et pareil, vous…tu peux me tutoyer
Liz et Georges entrèrent dans le restaurant. Liz commande une salade avec des tomates à l’intérieur et demanda de réchauffer un plat qu’elle avait donné à la serveuse pour Denis. Puis ils parlèrent de tout et de rien. Liz se sentait à l’aise avec eux. Puis ils repartirent en route. Denis se rendormit presque aussitôt et Liz s’avança un peu pour parler avec les chauffeurs.
G-Puis je te demander pourquoi tu vas à Roswell, c’est pour voir les extra terrestres ?
L-Non c’est pour renouer avec mes parents et leur présenter mon fils. Et ça ne sera pas une partie de plaisir.
L’autre chauffeur prit la parole, il se nommait Henri.
H-pourquoi a tu quitté ta famille ?
L-trop longue histoire, en simplifiant c’est parce que je ne m’y sentais plus chez moi, j’avais besoin de m’éloigner des petits hommes verts.
H-oh et ben on te souhaite bonne chance.
L-Merci.
Puis ils parlèrent de choses et d’autres. Trois heures plus tard, Denis se réveilla et rejoignit Liz. Et une heure plus tard, ils arrivèrent à Roswell. Georges donna la valise à Liz et Henri revint avec Denis dans les bras
H-Et voilà le petit monstre.
Denis alla dans les bras de Liz
L-merci, vous avez été tout les deux sympas, c’était vraiment agréable de voyager en votre compagnie
G-On pensera à toi quand tu iras voir tes parents.
L-Merci encore et au revoir.
G-Au revoir
H-peut être à bientôt
L-Non c’est sur à bientôt.
Liz s’éloigna sachant pertinemment qu’elle remontera dans ce car. Elle prit une chambre dans un hôtel et partit se promener avec Denis dans Roswell. Ils s’arrêtèrent au parc où Denis alla s’amuser et Liz s’installa sur un banc pour le regarder. Puis son téléphone portable sonna.
L-Allo ?
?-Liz c’est Fred
L-Ah salut Fred
F-Je ne te dérange pas ?
L-Non, mais tu peux m’appeler Vero
F-d’accord, comment va Denis ?
L-Il va bien il s’amuse au parc. Il a dormi pendant tout le voyage.
F-Tu peux me le passer
L-Ouais attends…Denis viens voir
Denis arriva en courant et Liz colla le téléphone contre son oreille
F-Coucou mon petit démon
D-Fred, demain je vais voir les petits extra terrestre avec Maman
F-Tu me racontera tout
D-Oui
F-tu me repasses maman
D-Il veut te parler
Denis s’en alla puis Liz recommença à parler à Fred
F-Je pourrais appeler demain ?
L-Oui
F-Tu vas bien tu as une petite voix ?
L-Ça va, mais j’ai peur de les voir.
F-Ne t’inquiète pas ça va bien se passer et puis n’oublie pas qu’il y a un bus pour rentrer à Denver ou même des avions si tu veux aller plus vite. Je suis de tout cœur avec toi
L-Je sais. A demain.
F-A demain.
Liz raccrocha et continua à regarder Denis faire de la balançoire
D-maman tu pousses ?
Liz alla le pousser et entendre les éclats de rire de Denis lui réchauffa le cœur tout en lui redonnant espoir que Denis verrait les bougies de ses trois ans.
L-tu viens on va prendre un chocolat chaud
Denis descendit de la balançoire puis suivit Liz qui s’arrêta arrivée devant le crashdown.
D-qu’est ce que t’a maman ?
L-rien mon chéri.
Liz respira un bon coup puis poussa la porte. Liz tira le manteau, l’écharpe, les gants sans oublier le bonnet de Denis, puis Liz tira également son manteau et ses gants après s’être installé à une table. Une serveuse vint près d’eux.
S-Bonsoir, avez vous choisi ?
L-oui, on prendra deux chocolats
S-Se sera tout ?
L-Oui
S-Je vous prépare tout ça
L-Merci
La serveuse s’éloigna, Liz en profita pour regarder autour d’elle. Rien n’avait changé, pas même les tenues. La serveuse revint cinq minutes plus tard, avec les chocolats et une boite.
S-Et voilà. Est ce que votre fils a droit une sucrerie ?
L-Oui
La serveuse montra la boite à Denis qui prit une sucette à la fraise
D-Et ma maman elle a pas droit ?
S-si, tenez
La serveuse montra la boite à Liz qui prit un caramel. La serveuse allait s’en aller quand la porte s’ouvrit. Liz se retourna pour voir apparaître Maria.
S-ah Maria, il est en colère.
M-Il l’est tout le temps.
Maria s’aperçut de la présence de Liz et de Denis
M-Bonjour, je m’appelle Maria Delucas et vous ?
L-euh…Vero Kickes et voici mon fils Denis
M-Enchanté. Vous restez longtemps ?
L-Euh…on sait pas, ça dépendra du…temps
M-Demain il doit neiger, tu as déjà vu de la neige ?
Maria s’assit à côté de Denis qui se rapprocha de Liz. Puis il secoua la tête. Maria lui souria puis regarda plus attentivement Liz.
M-On ne se serait pas déjà vu quelques part ?
L-Euh…je crois pas
M-Vous venez d’où ?
L-Denver,
Maria fit une tête bizarre
L-Vous y avez déjà été ?
M-Une fois, il y a deux mois
L-Pourquoi ?
M-Pour retrouver une amie qui est partie
L-Je suis désolée.
M-Je peux vous demandez quelque chose ?
L-et oui mais je ne vous garantis pas la réponse
M-On verra bien.
Maria sortit une feuille de sa poche et l’étala devant Liz qui eut du mal à retenir ses larmes.
M-L’avez vous déjà vu ?
L-…Non, je suis désolée.
Liz saisit la feuille puis regarda plus attentivement les écrits.
« Aidez nous à retrouver. Elle s’appelle Liz Parker. Appelez nous au 555-9568. »
L-Elle a disparu depuis combien de temps ?
M-Trois ans maintenant. Je vous laisse l’affiche quand vous retournerez à Denver et si vous la voyiez n’hésitez pas appeler peu importe l’heure.
L-D’accord
Maria se releva et se dirigea vers les cuisines. Liz plia l’affiche et la mit dans sa poche.
D-maman où ils sont les petits ET ?
Liz lui souria et vit Maria s’avançait vers eux.
M-Je peux m’asseoir ?
L-Euh oui, allez y
Liz se poussa un peu et mit Denis sur ses genoux. Maria s’assit tout en soupirant
L-Des problèmes ?
M-un peu. Mon patron et moi, on s’est disputé
L-Pourquoi ?
M-A cause de Liz
L-Liz, c’est votre amie qui a disparu c’est bien ça ?
M-Oui, mon patron m’a donnée les clés du restaurant pour qu’il rejoigne sa femme à l’hôpital
L-A l’hôpital, pourquoi ?
M-Depuis que Liz a disparu, sa mère ne va pas bien, elle déprime et est persuadé que Liz a été kidnappé.
L-C’est peut être le cas
M-Tu…je peux te tutoyer ?
L-Euh oui
M-bien, tu penses vraiment qu’on laisse une lettre avant de se faire kidnapper ?
L-Et ses parents le savent ?
M-Non, j’ai préférer attendre en espérant que Liz réapparaîtrait mais je mettais jurer de leur dire mais la force me manque et je repousses la date chaque jour.
L-Vous devriez leur dire, ses parents ont droit de savoir qu’elle s’est enfouie plutôt que de croire qu’elle s’est fait kidnappée.
M-Tu as sans doute raison, je leur dirai tout à l’heure.
L-Vous devriez aller leur dire maintenant, si votre patron s’en va, il pourra redonner espoir à sa femme, il pourra lui dire que sa fille n’a rien mais qu’elle était trop triste pour rester à Roswell et qu’elle a préféré s’en aller plutôt que de mourir et de rendre plus triste ses amis plus qu’ils ne l’étaient déjà.
M-Je vais suivre ton conseil, je te paye les deux chocolats, d’accord ?
L-D’accord, merci.
M-Merci à toi.
Plus tard, alors que Denis dormait à poings fermés, Liz réfléchissait. Elle avait eu du mal à ne pas prendre Maria dans ses bras et lui dire qu’elle était désolée d’être partie. Puis Liz finit par s’endormir. Le lendemain quand elle se réveilla, il avait neigé. Denis se réveilla peu de temps après elle.
D-Oh c’est beau, maman on peut aller jouer dedans ?
L-Oui mais avant on va prendre un petit déjeuner et s’habiller chaudement.
Puis comme prévu, ils allèrent dans la neige. Denis riait aux éclats, tandis qu’il faisait un bonhomme de neige, Liz partit s’asseoir sur un banc. Une personne vint se mettre devant Liz qui interrompit un moment la vue de Denis
?-Je peux m’asseoir ?
L-Et oui, allez y, Maria. Ça s’est bien passée avec votre patron
M-Tu peux me tutoyer, s’il te plait.
L-D’accord, alors ?
M-Ça s’est bien passé, j’ai dit à Jeff
Liz fit comme si elle ne savait pas de qui elle parlait et l’interrompit
L-Qui est Jeff ?
M-Le père de Liz et mon patron.
L-oh vas y continue.
M-Donc je lui ai dit que Liz n’avait pas été kidnappé mais qu’elle s’était enfoui en me laissant une lettre
L-Et après ?
M-Il a voulu lire la lettre mais je lui ai dit que je l’avais brûlé, chose que je n’aurais jamais fait. Puis je lui ai expliqué les raisons pour que Liz s’en aille.
Liz se retint de demander pourquoi.
L-Il t’a cru ?
M-Oui quand je lui ai prouvé que je disais la vérité
L-Qui était ?
Liz n’y tenait plus, elle voulait savoir. Mais Maria n’eut pas le temps de lui répondre que Denis arriva en courant
D-maman t’a vu, mon bonhomme de neige ?
L-Oui il est beau.
D-Où sont les extra terrestres, maman ?
M-Ça te dirai d’en voir un ?
D-Oui, maman je peux ?
L-ça dépend, il est sympa ?
M-C’est un ange avec les enfants. Il peut les faire rire alors qu’une seconde ils pleuraient à faire remplir un bol. Venez il travaille au crashdown en tant que cuisinier
L-C’est quoi le crashdown ?
M-le restaurant où je travaille et où tu es venue hier prendre un chocolat.
Liz prit Denis dans ses bras et suivit Maria jusqu’au crashdown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cloe76
Invité



MessageSujet: Re: my sun   Ven 8 Juil - 16:55

C qui l'extraterrestre ? J'ai hate de lire la suite. Je me demande comment Maria a fait pour ne pas reconnaitre Liz .
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: my sun   Ven 8 Juil - 19:45

c pkel a changé

My sun (2ème partie)

Liz prit Denis dans ses bras et suivit Maria jusqu’au crashdown. Elle resta sur place quand elle vit les personnes présentes dans le restaurant. Ils y avaient tout les personnes qu’elle avait quitté c’est à dire, Kyle et son père mais aussi ceux à cause de qui elle était partie, Michael, Isabel et Max. Son père se disputait avec Max.
J-C’est de ta faute si ma fille est partie
Max-Vous croyez que je ne m’en veux pas assez. Ça fait trois ans qu’on la recherche sans relâche, vous croyiez que j’ai aimé coucher avec…
Maria se racla la gorge interrompant la conversation
Mar-Bonjour tout le monde
Liz aperçut un mouvement dans un coin et vit avancer un homme qu’elle n’avait jamais vu. Elle sentit les larmes lui montait aux yeux et essaya de les refouler même si sa voix la trahissait.
L-Bonjour, euh Maria, je crois que je vais repasser, je vais vous laisser en famille.
M-Mais non, j’ai promis à ton fils de lui montrer un alien alors je vais tenir ma promesse. Tu veux bien venir avec moi ?
Maria tendit ses mains vers Denis qui serra plus fort Liz.
D-Non
M-C’est pas grave, entre Vero, ne reste pas dans le courant d’air.
Liz entra dans le restaurant
Mar-Michael viens par là
Mi-Pourquoi j’ai rien fait ?
Mar-viens quand même
Michael lâcha sa spatule et s’approcha de Maria.
Mar-alors Denis je te présente un alien, il s’appelle Michael
D-C’est pas vrai, il est pas vert et n’a pas des trucs sur la tête.
Mi-Je ne suis pas un extra terrestre, attends voir.
Michael disparut et revint avec un masque vert sur la figure et des antennes sur la tête
Mi-Et comme ça je ne suis pas un extra terrestre.
Denis tendit sa main vers le masque et le lui prit pour le mettre sur lui
D-moi aussi je suis un alien, tu m’aimes quand même maman ?
Liz lui souria
L-oui à la folie.
Denis tira le masque et le donna à Liz
D-Mets le toi aussi
L-un autre jour,
D-tiens
Denis redonna le masque à Michael qui souriait
Mi-En fait moi c’est Michael Guérin, et toi ?
L-euh…Vero Kickes et ça c’est mon fils Denis
Mi-ravie de faire ta connaissance
L’homme que Liz n’avait jamais vu s’approcha de Liz et lui tendit sa main
H-Jesse Ramirez,
L-bonjour
Au tour d’Isabel.
I-Moi c’est Isabel Ramirez, et Jesse c’est mon mari. Et toi t’es marié ?
L-euh non
Max s’approcha à son tour
M-moi c’est Max Evans et Isabel est ma sœur
L-salut
M-salut Denis.
Max tendit sa main vers Denis qui ne la serra pas
L-Il faut l’excuser, il est timide avec les gens qui ne connaît pas.
Mi-Il me connaît alors ?
L-Hein ?…Euh non…mais il voulait voir un extra terrestre
Puis Jeff s’approcha de Liz
J-Bonjour Véronique, moi c’est Jeff Parker
L-bonjour monsieur Parker, je suis désolée pour votre fille
J-C’est vous qui avez dit à Maria de me dire la vérité
L-Quelle vérité ?
Liz avait de plus en plus de mal à retenir ses larmes
J-que les extra terrestres existent
Mar-Monsieur Parker !!!
J-…Excusez moi que ma fille se serait enfouie de Roswell et qu’elle ne s’était pas fait kidnappée
L-Oui c’est moi. Votre femme va mieux ?
J-Ma femme ? Oui elle se repose elle a du mal à y croire, j’ai l’impression qu’elle préférait l’hypothèse d’un kidnapping que celle d’une fuite.
L-Elle s’y fera quand elle retrouvera sa fille
J-Je l’espère. Bon je vous laisse. Au revoir
Il passa devant Max
J-On en reparlera
Liz le suivit du regard et resta fixer la porte par où il était parti. Puis elle regarda tour à tour les autres qui la regardait aussi. Jesse cassa le silence qui s’était installé
Je-J’ai l’impression de t’avoir déjà vu quelque part.
L-tu dois faire erreur, à moins que toi aussi tu sois venu à Denver et que tu m’y as vu
Max-T’habites à Denver ?
L-Oui mais je ne connais pas votre Liz, je suis désolée, j’aimerai vous aider mais je ne peux pas puisque je ne la connais pas.
K-En fait on s’est pas présenter. Je suis Kyle Valenti, le fils du shérif et je veux moi même devenir shérif
L-Salut.
K-Alors il a quel âge ?
L-Denis ?
Kyle hocha la tête.
L-2 ans et demi presque trois dans trois mois.
Kyle s’approcha de Devis et de Liz
K-et tu as demandé quoi au père Noël ?
D-des jeux et toi tu auras quoi ?
K-moi rien, le père Noël ne gatte plus les grandes personnes
D-Si ma maman, elle va avoir un cadeau
K-Et c’est quoi ?
D-C’est un secret, il faut pas le dire. Si tu es sage et ben il va te donner un cadeau c’est ma maman qui le dit.
K-Et ben je vais être sage et j’aurai peut être un cadeau.
D-Et tu voudras quoi ?
Kyle regarda les autres et regarda de nouveau Denis
K-retrouver une amie qui me manque beaucoup. Tu veux bien venir avec moi ?
Denis secoua énergiquement sa tête
D-Non
K-même si c’est pour des bonbons ?
Denis regarda Liz qui hocha la tête
D-T’as des sucettes à la fraise ?
K-Oui et même à la pomme, tu viens ?
Liz reposa Denis à terre qui suivit Kyle dans l’arrière salle.
Mar-T’inquiètes pas, il ne risque rien avec Kyle.
L-C’est pas pour Denis que je m’en fais c’est pour Kyle, il va le détester.
Mar-pourquoi ?
L-Denis est très difficile quand il s’agit de faire des choix de bonbons.
Mar-Tu prends quoi ?
L-Euh un chocolat comme hier.
Mar-Ok et vous comme d’habitude ?
Maria regarda les autres qui hochèrent la tête.
Mar-Ok et ben je vais vous préparer tout ça, vous n’avez qu’à aller à une table, j’arrive.
Ils partirent tous à une table et Liz s’assit au bout d’un banc. Maria arriva avec les verres et les déposa.
Mar-J’ai mis un chocolat pour Denis ça ira où il voudra autre chose ?
L-ça ira, merci.
Maria s’assit à côté de Michael
Mar-Désolé de te poser ces questions mais j’aime bien savoir la vie des personnes que je côtoie. Tu y répondras ?
L-ça dépendra des questions essaye toujours.
Mar-Tu es avec quelqu’un ?
L-…Oui et non.
Mar-Comment ça ?
L-J’habites avec un ami à Denver, on est juste ami mais il joue un peu le rôle du père par rapport à Denis même si il le gâte plus qu’il ne se fâche.
Mar-et il s’appelle comment cet ami ?
L-Fred Ulm
Mar-Qu’est ce qu’il fait comme métier ?
L-Non mais dis donc tu veux tout savoir, toi ?
Mar-Je t’avais prévenu.
L-Il est responsable d’un magasin de voitures et je suis sa secrétaire.
Mi-Secrétaire comment ?
L-Secrétaire travail mais pas plaisir si c’est à ça que tu penses.
Mi-Désolé.
Maria allait poser une autre question mais elle n’eut pas le temps que Kyle arrivera en courant
K-Euh viens vite, c’est Denis, il…
Mais Liz était déjà debout et avait pris son sac à main avec elle. Elle trouva Denis dans la cuisine sur une chaise. Elle vint près de lui et lui tira son manteau
L-Denis regarde moi
D-ça brûle, maman
Denis avait ses mains sur ses poumons
L-Ça fait comme à l’hôpital ?
D-Oui…maman, j’ai mal
L-Je suis là.
Liz le mit sur ses genoux et se mit à lui masser le ventre.
Mar-Qu’est ce qui s’est passé ?
K-Euh je ne sais pas, il avait soif, j’allais lui servir un verre d’eau et quand je me suis retourné il…
L-C’est pas de ta faute Kyle, ça lui arrive de temps à temps
Max-Tu devrais l’amener à l’hôpital
L-Non il n’ira pas, je sais ce qu’il faut faire.
Tout en parlant, Liz continuait à masser le ventre et les poumons de Denis qui pleurait
Max-Mais il a mal.
L-Il aura encore plus mal si il va à l’hôpital.
Max-Laisse moi faire, je suis médecin enfin presque
L-ne le touches pas, je sais ce qu’il faut faire, je pourrais avoir un verre d’eau ?
Mar-Euh ouais attends
Maria alla lui prendre de l’eau qu’elle lui donna
L-Merci.
Liz porta le verre aux lèvres de Denis.
L-Allez Denis bois un peu
Denis but un peu d’eau puis Liz reposa le verre
L-Ça va mieux ?
Denis hocha la tête puis pleura
D-J’ai pas fait exprès
L-Chut c’est fini mon cœur, c’est fini, je sais que c’est pas de ta faute, je le sais. Je t’aime Denis, je t’aime. Pleure pas c’est fini
Denis s’accrocha au cou de Liz qui pleurait elle aussi
D-J’ai pas envie d’y aller.
L-mais tu n’iras pas non plus, je les empêcherai de t’emmener, je te le jures. Je t’aime. Arrêtes de pleurer, Denis. Je t’en prie Denis
D-j’ai peur maman
L-Je suis là, et j’irai partout où tu iras
D-même la bas ?
Denis la regarda et Liz lui fit un minuscule sourire
L-Oui si tu y va, je te rejoindrai. Jamais je ne t’abandonnerai, jamais.
Liz l’embrassa sur les joues puis saisit son sac pour en sortir un aérosol
L-Ouvres la bouche
Denis ouvrit bouche et Liz mit l’aérosol dedans, Denis la referma et Liz appuya sur l’aérosol. Denis inspira puis expira et Liz lui essuya ses larmes
L-Ça va aller maintenant, on va rentrer.
Liz se releva et déposa Denis sur la chaise puis lui remit son manteau et le reprit dans bras.
L-Kyle, je t’assures qu’il ne faut pas t’en vouloir, ce n’est en rien de ta faute.
K-Qu’est ce qu’il a eu ?
L-Euh…ses poumons se bouchent de temps en temps, il faut juste lui faire un massage et ça va mieux.
Liz se dirigea vers la sortie
Mar-Attends est ce que tu peux venir demain, je dois te parler. Quand tu veux, je suis là toute la journée.
L-Je sais pas, je verrais. Au revoir tout le monde.
Liz sortit laissant tout le monde à l’intérieur interloqué sur la réaction qu’elle avait eu quand Max avait voulu s’approcher de Denis. Puis la journée se passa normalement pour tout le monde même si ils avaient une pensée très présente pour Liz ou plus exactement pour Vero et pour Denis. Le lendemain, Liz se décida à aller au Crashdown après le déjeuner. Quand elle y pénétra, Maria vint la prendre dans ses bras.
Ma-ça va ?
L-Hein ? euh oui ça va, et toi ?
Ma-Bof, et Denis ça va mieux ?
L-Il s’est reposé, et ça va mieux même si il est encore un peu secoué
Ma-Bonjour Denis.
Maria regarda Denis qui tenait la main de Liz
D-Où est l’ET maman ?
Ma-Il veut parler de Michael c’est ça ?
L-Oui il a dit que quand il sera plus grand, il voulait être comme lui.
Maria vit que Liz se retenait de pleurer
Ma-C’est vrai tu veux voir l’alien
D-oui, il est où ?
Ma-Viens, je peux te porter ?
Denis recula un peu mais Liz avança sa main vers Maria et finalement Maria le prit dans ses bras.
Ma-Allez c’est parti
Maria l’amena à côté du passe plat où Michael discutait avec Max
Ma-Et voilà, le joyeux petit ET est là
Michael mit son masque et secoua la tête vers Denis qui se mit à rire. Liz respira un coup
L-Excusez moi, je vais aux toilettes.
Liz s’en alla aux toilettes avant de craquer. Au passe plat, Michael vint près de Maria
Mar-Tu peux le surveiller, je reviens
Mi-Pas de problème. Ça te dirai d’aller dans les bras de l’alien
Denis tendit ses mains vers Michael qui le prit dans ses bras. Maria disparut dans les toilettes où elle découvrit Liz en pleurs dans une cabine
Ma-Vero, c’est Maria, ça va ?
L-Non
Ma-Viens sors des toilettes
L-Je peux pas, j’ai pas envie que Denis me voit comme ça.
Ma-D’accord on va rester là mais viens près de moi
Liz hésita puis finalement sortit de sa cabine. Maria lui tendit un mouchoir
Ma-Qu’est ce qui t’arrive ?
L-Rien qui te concerne
Ma-C’est par rapport à Denis, c’est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vic
Invité



MessageSujet: Re: my sun   Ven 8 Juil - 20:57

La suite stp!!!
Je veux savoir ce que va dire Liz!!!
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: my sun   Ven 8 Juil - 21:35

la voila

My sun (3ème partie)

Liz hésita puis finalement sortit de sa cabine. Maria lui tendit un mouchoir
Ma-Qu’est ce qui t’arrive ?
L-Rien qui te concerne
Ma-C’est par rapport à Denis, c’est ça ?
L-…Oui
Ma-Et c’est grave ce qu’il a ?
L-…Oui
Liz pleura de plus belle, Maria vint la prendre dans ses bras
Ma-Viens, on va te faire un chocolat, d’accord ?
L-Non, Denis va me voir
Ma-mais non, il joue avec Michael, allez viens
Maria entraîna Liz dans le restaurant où Denis était au passe plat avec Michael et Max. Elles s’installèrent à une table. Maria fit un signe à la serveuse qui hocha la tête.
Ma-Tu veux bien me raconter ?
L-Non, parce que…c’est mon malheur et pas le tien
Ma-par moment ça fait du bien de parler de ses malheurs à quelqu’un, vas y raconte
L-Denis…
Liz s’arrêta un moment puis déballa dans un souffle
L-Denis va mourir, il a un cancer des poumons, il lui reste deux peut être trois mois à vivre
Liz se boucha le nez pour éviter de faire trop de bruit, Maria changea de place et vint se mettre près d’elle où elle la prit dans ses bras.
L-J’ai mal quand Denis dit que quand il sera grand, il sera pompier, shérif, alien, parce qu’il ne sera jamais grand, il ne verra sûrement jamais ses trois ans
Au passe plat, Max regardait Liz et Maria. Il sentait que Vero ne lui était pas inconnu mais il ne parvenait pas de mettre un décor derrière elle.
Mi-Ça te dirai que je t’apprennes à faire la cuisine ?
D-Non
Mi-Qu’est ce qui t’arrive ?
L’humeur de Denis avait changé dès que Liz et Maria étaient rentrées dans le restaurant
D-Parce que
Mi-Parce que quoi
D-ma maman
Mi-Mais elle sera d’accord si je t’apprends à faire la cuisine, allez viens
Michael voulut le reprendre dans ses bras mais Denis s’échappa et vint près de Maria et de Liz qui le prit sur ses genoux. Michael vint près d’eux
Mi-Euh Vero, je peux apprendre à Denis à faire des hamburgers, ça lui servira toujours quand il sera plus grand
Liz se retint d’éclater en sanglots puis hocha la tête
L-Ouais tu peux
Mi-Tu vois elle est d’accord, tu viens ?
Michael tendit sa main vers Denis qui s’enfonça plus dans les bras de Liz
D-non, je reste avec ma maman
L-non va jouer avec Michael, parce que si tu veux devenir comme lui plus tard, il faut que tu saches faire un hamburger. Allez files
Denis donna un bisou sur la joue de Liz puis s’en alla en compagnie de Michael.
M-Et Denis, il le sait ?
L-Il s’en doute, je sais pas si tu te souviens de hier quand il a dit la bas, ce la bas pour lui c’est le paradis mais pour moi c’est l’enfer. Il va mourir, c’est inévitable, on peut dire qu’on a essayé toutes sortes de solutions à son cancer, des plus folles aux plus réalistes, on a bravé la justice en faisant des trucs pas illégaux mais rien n’a marché.
M-Tu sais j’ai un ami médecin
L-Non, ce que je t’ai dit, tu le gardes pour toi, tu n’en parle à personne sinon à ton journal si tu en tiens un, je n’ai pas envie que tout la ville, saches que Denis est malade et qu’il va mourir, je n’ai pas envie que nos relations changent, je veux juste que Denis soit heureux le peu de temps qu’il lui reste, je veux qu’on reste amie mais pas que tu es pitié de moi, j’ai accepté qu’il va mourir, et je ne veux pas qu’un alien le touche. Et puis il déteste les hôpitaux et moi aussi, quand il mourra, je veux que ce soit chez moi et avec moi mais pas dans un hôpital avec des inconnus.
M-Mais ce n’est pas un inconnu c’est Max
L-je sais mais je n’ai plus confiance par rapports aux médecins quels qu’ils soient. Je suis désolée, mais respecte mes décisions. N’en parle à personne et ne le force jamais à aller à l’hôpital, il en mourra. Pas à cause de la maladie mais à cause des médecins. D’accord Maria ?
M-Mais…
L-D’accord Maria ?
M-D’accord
Denis arriva en courant avec une assiette où il y avait un hamburger et des frites.
D-Regarde maman, c’est moi que a fait l’hamburger, tu veux goûté ?
Liz s’essuya les larmes puis secoua la tête
L-Non j’ai pas faim, mais vas y mange le.
Denis s’installa près de Liz et commença à manger les frites. Michael arriva peu de temps après.
Mi-Maria tu crois que Monsieur Parker acceptera d’employer un nouveau cuisinier ?
Ma-Il n’est pas là, pourquoi ?
Mi-parce que j’ai trouvé un chef cuisinier
Michael mit un couvre-chef sur la tête de Denis
Ma-justement Vero, il faut que je te parle.
L-Je t’écoutes
Ma-Est ce que tu veux bien être serveuse pendant quelques temps ?
L-Maria, j’avais dit que je voulais que tu aie…
Ma-Ça n’a rien avoir, c’est juste que c’est les périodes de fêtes et on a plein de travail et ce matin, il y a une serveuse qui m’a donné un arrêt maladie pendant deux semaines.
L-Je peux pas
Ma-Mais pourquoi ?
Max vint s’installer à la table
L-parce que j’ai Denis à surveiller
Mi-Je te signale qu’il est mon assistant, pendant que toi tu servira, lui préparera les plats, ça te plairait d’être cuisinier avec moi ?
Michael regardait Denis qui avait du mal à manger son hamburger
D-oui
Ma-Allez s’il te plait Vero ?
L-D’accord. On commence quand ?
Ma-Demain matin, ça vous va ?
L-Oui
Le lendemain matin, Denis et Liz devaient mettre leur tenue. Liz mettait le tablier à Denis tandis que Maria était partie chercher celle à Liz. Quand elle revint, Liz lâcha un petit cri
L-ah non je ne mets pas ça.
Ma-Ben pourquoi ?
L-T’as vu comment c’est court
Ma-raison de plus comme ça tu te fera plein de pourboires.
L-Oh Maria.
M-Ah j’allais oublier les antennes.
Maria mit le serre tête sur la tête de Liz ce qui fit rire Denis
D-toi aussi t’es un extra terrestre.
L-ouais et toi tu es un fils d’extra terrestre. Tu vas avoir bientôt des antennes qui font te pousser.
D-Non je les couperai
L-Ah t’a trouvé la solution.
Liz enfila sa tenue et partit dans le restaurant. Tout en servant les clients, elle veillait sur Denis qui s’amusait follement. L’après midi après une pause.
L-T’es sur que tu ne veux pas dormir ?
D-Non je veux être ton cuisinier
L-D’accord.
Liz et Denis retournèrent travailler. Vers 16H, alors que Liz faisait un milk-shake, Denis descendit de son tabouret en courant et cria
D-Fred !!!!!!
Puis il alla se jeter dans les bras de Fred qui venait d’entrer.
F-Bonjour mon petit démon, alors comme ça tu es un cuisinier ?
D-oui, je suis beau comme ça, hein ?
F-T’es toujours le plus beau
Fred remit le chapeau sur la tête de Denis
F-Où est maman ?
L-Elle est là
Fred se retourna et découvrit Liz avec la tenue de serveuse
F-Bonjour Vero, ça va ?
Fred reposa Denis et partit prendre Liz dans ses bras
L-Non il a recommencé
F-Je suis là, ne t’inquiète pas
L-Mais plus personne ne peut faire quelques chose pour lui.
F-Tu devrais demander à un alien de le guérir
L-Jamais. J’ai plein de choses à te dire.
Liz s’écarta de lui et essuya une larme.
L-Je suis désolée de ne pas t’avoir appeler hier mais j’étais pas bien, j’avais besoin de réfléchir.
D-Tu veux un hamburger ? C’est moi qui les fait
F-D’accord avec plein de frites si tu veux bien
D-Michael !!!
Fred eut un sursaut et Liz réprima un sanglot.
L-C’est justement de ça que je voudrais te parler.
F-Tu préfères qu’on attende ce soir ?
L-Oui, merci.
Fred prit la main de Liz et la serra dans la sienne.
F-Tu finis à quelle heure ?
L-A 18H, après c’est Maria qui prend le relais. Tu veux quelque chose avec ton hamburger et tes frites ?
F-est ce que tu fais des milk-shakes à la vanille ?
L-Oui viens au comptoir
Fred s’installa au comptoir et Liz se mit à lui préparer un milk-shake. Denis arriva avec l’assiette
D-C’est moi qui l’a fait, il est bon ?
Fred croqua dans son hamburger
F-très bon mais il est chaud
Denis rigola un peu avant de monter sur les genoux de Liz.
D-Michael a dit qu’il voulait plus de moi
L-Pourquoi ?
D-Il a dit que c’était moi qui avait tout les mérites et pas lui, mais c’est quoi les mérites ?
L-Les félicitations si tu préfères. Il est juste jaloux de toi.
D-pourquoi t’es là, toi ?
F-Tu veux pas de moi ?
D-Si
Denis descendit des genoux de Liz et partit monter sur ceux de Fred. Puis Maria entra en un coup de vent
Ma-Vero il faut qu’on parle
L-Je t’écoute.
Ma-Ça te dirai de venir avec moi fêter Noël avec moi et les autres ? Pitié dis moi oui
L-J’aimerai bien mais il y a…
Liz montra Fred à Maria
Ma-Tu dois être Fred
F-Ouais c’est moi
Ma-Moi c’est Maria, enchanté de te connaître. Si c’est lui qui pose un problème, c’est réglé parce qu’il peut venir avec toi et Denis, allez je t’en prie Vero.
L-Bon d’accord
Ma-Ah merci t’es génial
Maria la prit dans ses bras
Ma-En fait, j’ai oublié de te dire, le crashdown ferme maintenant
L-Pourquoi ?
Ma-Parce qu’on a des courses à faire
L-On ? Comment ça on ?
Ma-Ben oui, tout les quatre avec Fred à moins que tu sois fatigué du voyage et que tu préfères te reposer.
F-Euh non ça va. Et puis il me reste à commander un cadeau au père noël
D-Tu le connais ?
F-on est même très copain
D-Il t’a dit ce que j’aurai comme cadeau ?
F-Il me l’a dit mais c’est un secret
Denis fit la moue
D-même si tu me dit à l’oreille ?
F-Mais il a des oreilles partout, sinon il ne pourrait pas gâter tout les enfants.
D-il t’a dit si il avait retrouvé l’amie de Kyle ?
F-non il ne m’a pas parlé de ça.
Fred regarda Liz qui baissa la tête, Michael arriva
Mi-bon ben moi j’y vais, à tout à l’heure.
Michael s’en alla.
Ma-Bon et si on y allait nous aussi.
Liz habilla Denis chaudement puis ils sortirent. Ils se dirigèrent vers le parc.
Ma-C’est Isabel qui s’est occupé de la décoration, c’est Miss noël, depuis que je la connais plus personnellement, je sais qu’elle met toute son énergie et celle des autres pour les fêtes de fin d’année. Tiens ben justement la voilà.
Isabel se dirigea vers eux.
I-salut tout le monde, ça te dirai de voir le père noël ?
D-Il est là ?
I-Oui, il t’attend
D-Mais Fred lui a parlé, même qu’ils sont très copain
Isabel regarda Fred
I-Fred, c’est toi, oh je ne t’avais pas reconnue, comment ça va depuis tout ce temps ?
F-Euh bien très bien, et toi ?
I-ça va aussi, je suis très heureuse de te revoir après tout ce temps.
D-Tu viens avec moi le voir ?
F-J’arrive
Fred et Denis partirent avec Isabel
Ma-Quand je te disais que Noël est important pour elle, elle veut absolument voir heureux tout les enfants. Véro, j’ai une question.
L-Vas y
Ma-Denis a quel âge ?
L-2 ans et demi presque trois…enfin si il les voit…Pourquoi ?
Ma-Je trouve que Denis parle hyper bien pour un enfant de son âge
L-Ouais tu n’es pas la première à me le dire, c’est sûrement à cause du père
Ma-Pourquoi ?
L-Il avait des capacités que d’autres n’avaient pas
Ma-Ou il tient de toi ?
L-je pense pas, plutôt du père…
Liz resta pensive, alors Maria comprit que c’était le moment de changer de sujet
Ma-Viens on va aller les voir
Maria entraîna Liz vers le père Noël qui tenait Denis sur les genoux. C’était Michael avec une voix plus forte et grave
Mi-Oh mais c’est le petit Denis tu sais que Fred m’a beaucoup parlé de toi
D-Et il t’a dit quoi ?
Mi-Que tu avais été très sage mais j’ai oublié ce que tu veux pour Noël ?
Denis glissa dans l’oreille de Michael
D-Que ma maman soit heureuse et qu’elle arrête de pleurer


A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nellote
Invité



MessageSujet: Re: my sun   Sam 9 Juil - 16:43

c vrai que c bizarre que personne ne la reconnaisse ça fait que 3 ans, meme si elle s'était fait teindre en blonde (j'ose pa l'imaginer! lol) ou quoi que ce soit d'autre elle a kan meme pa beaucoup changé!lol enfin en tout cas j'adore! jesper que Denis ne va pa mourrir!! la suite!Smile bizz
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: my sun   Dim 10 Juil - 18:58

voici la suite

My sun (4ème partie)

Mi-Que tu avais été très sage mais j’ai oublié ce que tu veux pour Noël ?
Denis glissa dans l’oreille de Michael
D-Que ma maman soit heureuse et qu’elle arrête de pleurer
Mi-Pourquoi elle pleure ?
D-parce que je suis malade mais que rien ne peut me guérir. Tu pourras me donner ça comme cadeau ?
Mi-Je vais voir ça avec mon chef
D-mais c’est toi le plus grand
Mi-Non il y a plus grand que moi
D-Et comment il s’appelle ?
Mi-Grand père noël, allez regardes droit devant toi.
Denis regarda devant lui et souria quand un elfe prit la photo.
Mi-Allez va vite rejoindre ta maman
Denis descendit des genoux de Michael après lui avoir donner un bisou.
D-maman, le père noël il pique.
Denis monta dans les bras de Liz
L-Alors tu as demandé quoi au père noël
D-…Des jouets, plein de jouets
L-Je t’aime Denis
D-Moi aussi maman, où est Fred ?
L-Je crois qu’il est parti voir le père noël, tiens regarde le voilà.
F-Tiens Denis regardes que le père noël et moi on est vraiment ami.
Fred lui montra une photo où le père noël et lui étaient dessus. Puis ils rentrèrent chez Maria où ils l’aidèrent à préparer le sapin et le dîner. Peu de temps après, les autres arrivèrent. Vers minuit, Denis dormait dans les bras de Liz.
F-Euh Maria, c’est ça ?
Mar-Oui
F-Est ce que je peux mettre les cadeaux de Denis sous ton sapin ?
Mar-Vas y, tu veux que je t’aides ?
F-Non ça ira.
Quelques minutes plus tard, Liz réveilla Denis
L-Il y a quelqu’un qui est passé
Denis était encore tout endormi
D-Qui ?
F-Un gros monsieur avec une barbe blanche
D-C’est celui qui pique.
L-Oui, il est passé. Allez va vite voir tes cadeaux.
Denis s’en alla des genoux de Liz et partit près du sapin voir ses cadeaux. Mais il revint aussitôt près de Liz
D-Il y a pas celui que je voulais
F-C’était lequel ?
D-que maman soit heureuse et qu’elle arrête de pleurer
Liz lui fit un minuscule sourire à peine visible
L-Mais je suis heureuse, Denis
D-Pourquoi tu pleures ?
L-Parce que je me dit que les jours passent trop vite et que tu grandis trop vite, que bientôt je ne pourrais plus te porter dans mes bras et te donner plein de gros bisous
D-C’est pour ça que tu pleures ?
L-Oui
D-C’est pas parce que je suis malade ?
L-Un peu aussi mais je me dit que tu es le soleil de ma vie et que j’ai de la chance de t’avoir. Je t’aime très fort.
Liz le serra fort dans ses bras et l’embrassa.
L-Allez va vite ouvrir tes autres cadeaux.
Denis s’en alla ouvrir ces cadeaux. Liz s’essuya avec une serviette et respira un bon coup. Fred lui prit sa main
F-Ça va ?
L-Ouais, j’ai juste besoin de prendre l’air, excuse moi.
Liz se leva et alla dans la cuisine où elle ouvrit la fenêtre. Elle sentit l’air frais pénétrer dans ses poumons puis elle sentit Fred l’entourait de ses bras
F-ça va aller. Calme toi.
L-Je vais craquer, je ne tiendrai pas longtemps
F-parle leur, si moi je ne peux pas rétrécir ta peine, ils y arriveront peut être.
L-Non, je ne veux pas leur parler de Denis
Fred la retourna
F-Pourquoi ce sont tes amis ?
L-Je sais mais j’y arrive pas. J’aimerai savoir pourquoi ils sont là alors que quand je suis partie, ils devaient partir eux aussi.
F-Demande leur
L-je sais pas.
F-Si tu ne le fais pas, je le ferais.
L-Pourquoi ?
F-Parce que tu as besoin d’eux
L-J’ai surtout besoin de Denis
F-Je sais, allez viens on y retournes sinon Denis va s’inquiéter.
Liz et Fred regagnèrent le salon où Denis défaisait son dernier cadeau. Puis il courut se jeter dans les bras de Liz
L-Alors tu as eu tout les cadeaux que tu voulais ?
D-Ouais, j’ai eu des legos et…
Michael alla près d’eux
Mi-Je crois que tu as oublié celui ci ?
D-C’est le mien ?
Mi-Oui à moins qu’il y a un autre Denis dans la pièce ou alors c’est peut être le père noël qui s’est trompé de maison
D-Non il ne trompe jamais
Michael lui donna un paquet que Denis s’empressa d’ouvrir. A l’intérieur se trouvait un équipement complet pour un cuisinier
D-C’est quoi maman ?
L-Tu voulais être un cuisinier, et ben tu as déjà l’équipement
Liz regarda Michael qui souriait, elle lui murmura un merci. Elle trouvait que Michael avait changé depuis trois ans, lui qui d’habitude ne montrait jamais de la gentillesse et encore moins pour les enfants, il en distribuait à qui en voulait et à qui en avait besoin. Denis partit prendre une peluche qu’il avait eu puis il s’installa sur les genoux de Liz où il dormait à moitié. Puis au bout d’une demi heure, il gémit. Liz le regarda et vit qu’il pleurait en silence.
L-Denis, eh Denis.
Mais Denis ne lui répondit pas. Liz le redressa un peu et Denis se réveilla à moitié
L-Denis répond moi, tu as mal ?
D-oui
Denis gémit une fois de plus et Maria se tourna vers eux. Elle comprit en voyant Liz qui commençait à lui masser le ventre
Mar-Viens
Maria l’entraîna dans sa chambre où Liz allongea Denis sur le lit.
Mar-Tiens de l’eau.
Liz prit le verre d’eau mais le posa sur la table de nuit et continua à masser Denis qui toussait
L-voilà c’est fini, Denis.
Liz le fit boire un peu
Mar-Vous n’avez qu’à rester là cette nuit,
L-Mais tes parents ?
Mar-Ma mère est partie avec le père de Kyle à Venise pour y passer les fêtes.
L-Merci Maria.
Maria lui souria puis allait s’en aller.
L-Maria est ce que tu peux m’amener mon sac ?
Mar-Je reviens dans un instant
Liz tira le pull de Denis le laissant en tee-shirt, puis Maria revint alors qu’elle tirait ses chaussures et son pantalon. Denis toussait de temps en temps.
Mar-Tiens, tu n’as qu’à appeler si tu as besoin de quelque chose.
L-Ouais merci.
Maria s’en alla et Liz ouvrit son sac pour en sortir une crème puis elle souleva le tee-shirt de Denis
L-Ferme les yeux mon cœur
Denis obéit et ferma les yeux. Liz mit un peu de crème sur ses doigts qu’elle étala sur le ventre de Denis. Fred entra dans la chambre.
F-il va mieux ?
Liz hocha la tête puis recouvra Denis avec la couverture et lui donna un baiser sur le front. Elle s’approcha de la porte et entraîna Fred à l’extérieur
L-Il faut le laisser se reposer
Ils retournèrent dans le salon mais pour Liz, Fred et Maria ainsi que Michael qui se demandait ce que Denis avait, la joie n’y était plus. Les autres le remarquèrent mais ne firent pas de remarques. Il était presque deux heures du matin, quand tout le monde rentra chez lui. Maria installa Fred sur le canapé tandis que Liz rejoignit Denis qui dormait sur le lit de Maria, quant à cette dernière, elle s’installa sur le lit de sa mère et s’endormit. Quand Maria se réveilla, elle alla voir Liz et Denis et découvrit Liz regardant les photos de Liz que Maria avait installé au dessus de son lit
Mar-Bonjour Vero
L-Ah bonjour Maria, ça va ?
Mar-J’ai mal à la tête mais ça va, et Denis ?
L-Je crois qu’aujourd’hui, il ne va pas travailler au crashdown.
Mar-De toute façon je ne comptais pas l’ouvrir aujourd’hui, je suis trop crevée pour faire quoi que ce soit d’autres qu’avaler des cafés pour rester éveillé. Vero, tu n’es pas obligée d’accepter mais plutôt que de payer une chambre d’hôtel pourquoi tu ne t’installerai pas là ?
L-Chez toi ?
Mar-Ouais même si c’est plus chez ma mère mais la maison est libre
L-Et où comptes tu habiter toi ?
Mar-Chez Michael. Même si tu n’aurai pas été là, j’aurai quand même été habiter chez lui mais seulement t’es là et ça doit être cher de payer une chambre d’hôtel alors…Mais je t’assures que c’est vrai l’histoire de Michael et que c’est pas par pitié comme tu l’as dit hier. C’est seulement par amitié. Tu veux bien ?
L-Mais qu’est ce que ta mère va penser ?
Mar-Elle n’en saura rien et puis elle aurait été d’accord de toute façon. Alors c’est d’accord ?
L-C’est d’accord à une seule condition
Mar-Vas y dis la
L-Que je paye le loyer
Maria regarda Liz dans les yeux et vit qu’elle ne changerait pas d’avis mais elle vit aussi un regard qu’elle avait déjà vu quelque part mais elle n’arriva pas à savoir où.
Mar-Bon d’accord, tu viens prendre un café avec moi ?
L-Je te suis.
Maria et Liz allèrent dans la cuisine et elles commencèrent à discuter, puis au bout d’un moment
L-Maria, je peux te poser une question à laquelle tu n’es pas obligé de répondre, mais pourquoi Liz est partie ?
Maria soupira puis remit du café dans les tasses.
M-Liz aimait à la folie Max qui lui même l’aimait, mais une fille, Tess, est venue. Et en quelque sorte, Max et Tess devaient être ensemble…Et au bout d’un moment, ils l’ont été. Ils ont couché ensemble mais le bébé ne pouvait pas…enfin les parents de Tess voulaient la voir, elle, Max et le bébé, alors ils ont décidé de repartir sur leur terre, quelque part au Mexique. Et Isabel et Michael ont décidé de partir avec eux…
Maria s’arrêta un moment puis regarda Liz
M-Répond moi franchement, est ce que tu crois aux extra terrestres ?
Liz resta un moment silencieuse puis hocha la tête.
L-Oui, j’y crois et je sais que ce n’est pas un mythe et je sais aussi que Max, Isabel et Michael s’en oublier Tess en sont, c’est même pour ça que je ne veux pas que Max touche Denis
Maria resta la bouche ouverte, et allait enfin dire quelque chose mais Denis arriva en courant
L-Bonjour mon petit ange. T’as bien dormi ?
D-Oui, on fait quoi aujourd’hui ? Est ce qu’on travaille ?
L-Non pas aujourd’hui, le restaurant est fermé
Denis fit une moue
D-Quand alors je vais utiliser ma tenue ?
Mar-Demain, il réouvre. Ça te dirai un chocolat chaud ?
Mais Denis secoua la tête et se colla à Liz qui le mit sur ses genoux.
L-Ça va pas ?
D-J’ai mal à la tête
Liz mit sa main sur le front de Denis et vit que celui ci était un peu chaud
L-allez viens on retourne au lit.
Liz et Denis partirent et laissèrent Maria encore sous le choc de ce que venait de lui dire Liz. Quand elle revint, Fred était avec elle donc Maria ne fit aucun rapprochement par rapport aux extra terrestres. Puis ils parlèrent de tout et de rien. Jusqu’à que Michael arrive.
Mar-Euh Vero c’est toujours d’accord pour la maison ?
L-Oui
Mar-Michael tu pourrais l’accompagner à l’hôtel pour qu’elle prenne ses affaires, le temps que je prépare les miennes.
Mi-pas de problème, tu viens Vero ?
L-Je prend mon manteau et j’arrive.
Liz se dirigea vers le canapé où était son manteau mais Fred la retint par le bras
F-Profites en pour lui parler
L-Je sais pas, c’est trop tôt
F-Si ce n’est pas toi qui le fait moi je le ferai, ils ont droit de savoir que tu vas bien
L-Je sais mais je ne sais pas comment leur dire.
F-Dis leur simplement que tu es Liz
L-Très drôle
F-Je ne rigole pas
Liz le regarda une dernière fois puis suivit Michael. Liz alla prendre ses affaires à l’hôtel puis rejoignit Michael dans la voiture. Michael allait lui parler quand son téléphone sonna, il décrocha, c’était Maria
Mar-Michael, c’est Maria, est ce que tu peux passer au crashdown avec Vero, je crois qu’on doit avoir une conversation
Mi-Euh d’accord.
Michael raccrocha puis regarda Liz qui regardait par la fenêtre
Mi-Euh, c’était Maria, il faut qu’on aille au crashdown
L-On ?
Mi-Bon oui, toi et moi.
L-J’aurai jamais du lui parler de ça.
Mi-Parler de quoi ?
L-De rien, et concentre toi sur la route plutôt que sur moi.
Michael reporta son regard sur la route et ne parla plus jusqu’au crashdown. Quand ils pénétrèrent, tout le monde était présent, c’est à dire, Kyle, Isabel, Jesse, Maria et Max
L-Où sont Fred et Denis ?
Mar-A la maison, Fred veille sur Denis.
L-Ah, pourquoi alors tu voulais que je sois là ?
K-C’est vrai que tu sais que Max, Isabel, Michael et Tess sont des extra terrestres ?

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aube
Isabel
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 01/04/2005

MessageSujet: Re: my sun   Dim 10 Juil - 19:50

J'ai déjà lu et j'adore!!!!!!!!!!!! Merci quand même
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MarissaP
Invité



MessageSujet: Re: my sun   Dim 10 Juil - 20:10

la suite! la suite!
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: my sun   Dim 10 Juil - 20:28

la voila

My sun (5ème partie)

K-C’est vrai que tu sais que Max, Isabel, Michael et Tess sont des extra terrestres ?
L-…Oui
Max-Comment tu l’as su ?
L-J’ai lu le journal de Roswell…mais vous êtes tous idiots ou quoi ? ça se voit comme le nez au milieu de la figure, que vous avez quelque chose à cacher, et quand Maria m’a raconté un bout de l’histoire de Liz et qu’elle m’a demandé si je croyais aux extra terrestres, il fallait être vraiment stupide pour ne pas faire le rapprochement, je comprend parfaitement Liz qui a préféré s’enfouir plutôt que rester avec vous
Max-Comment ose tu ?
L-mais que j’oses quoi ? Je te retournes la question, comment as tu osé faire ça à Liz ? Tu disais l’aimer mais alors pourquoi tu as couché avec Tess et l’avoir mit enceinte ?
Max-C’était un accident
L-Un accident mais dans le langage des extra terrestre, ça n’existe pas le mot protection, comme le préservatif ?
Max-Ça c’est passé rapidement
L-Rapidement ? mais tu te fous de la gueule du monde, Max. quand on fait l’amour, on y met de la passion et de l’amour, tu en as mit pour Tess ?
Liz laissait couler les larmes, elle sentait que le reste des personnes retenait leur souffle
Max-pas autant que j’en ai mis avec Liz
L-Et quand tu as couché avec Tess, tu pensais à Liz ?
Max-…oui, j’aurai aimé que ce soit elle.
L-Et après tu voulais qu’elle reste avec toi ?
Max-On devait partir parce que le bébé ne pouvait pas vivre sur Terre mais il y a un léger contre temps et on est resté mais quand je suis parti voir Liz, elle n’était plus là et avait seulement laisser une lettre pour Maria.
L-Tu l’avais abandonné, tu croyais vraiment qu’elle voulait rester dans une ville où tout la faisait pensé à toi, jusqu’à même le restaurant et les menus ou alors l’UFO Center, même c’est amis qu’ils lui restaient, la ramenait à toi ? Elle voulait sûrement s’en aller le temps de penser à ce qui s’était passé, le temps de faire le vide dans son cœur et dans sa tête
Mi-mais pourquoi n’être pas revenue après ?
Liz se retourna vers Michael et les autres qui n’avaient pas encore parlé jusqu’à la
L-Parce qu’elle a eu comme vous un léger contre temps
Max-Comme quoi ?
Liz se retourna de nouveau vers Max qui pleurait lui aussi. Liz retint un peu ses larmes, elle ne pouvait pas se permettre de craquer devant eux.
L-Comme un enfant, une maladie, la peur de la réaction de sa famille et de ses amis.
Mar-Comme pour toi ?
Maria comprit que ce qu’elle venait de dire à Max elle l’avait vécu elle même, mais elle ne savait pas que Liz avait du mal à dire elle à la place de je
L-Comme pour moi, elle s’est peut être retrouvé seule, elle n’avait rien d’autre qu’un souvenir d’une nuit passée, un souvenir merveilleux et en même temps si atroce, qu’elle n’osait se regarder en face dans une glace sans éclater en sanglots et se frotter jusqu’aux sangs tellement elle avait honte
Mar-Honte de quoi ?
L-De sa vie passée, de son amour pour l’homme qu’elle aimait mais qui l’avait quitté pour une autre
Mar-Mais elle avait des amis sur qui elle pouvait compter
L-Mais elle ne savait pas comment eux ils étaient, ils devaient être triste eux aussi mais Liz trouvait que sa douleur n’avait rien à voir à celle des autres et qu’elle n’arriverait pas à en parler
Max-Pourquoi ?
L-…Parce que les autres, leur compagnon n’avait pas couché avec quelqu’un d’autre et qu’ils ne se sentaient pas trahis comme Liz l’était. Elle avait juste besoin de temps mais d’autres événements sont venus perturbés son retour à Roswell
Mi-Comme pour toi ?
L-oui
Mi-Qu’est ce que a Denis ?
Liz jeta un coup d’œil vers Maria en pensant qu’elle lui avait dit quelque chose mais à voir sa tête, elle comprit qu’elle ne lui en avait parlé un mot
L-Rien, il n’a rien
Mi-Alors pourquoi tu lui masses le ventre ?
L-Je vous l’ai déjà dit, ses poumons se bouchent de temps à temps
Mi-mais encore ?
L-Rien, Denis n’a rien, il verra ses trois ans, puis ses quatre ans, il deviendra pompier, ou shérif ou encore cuisinier quand il sera plus grand, il ira à l’école comme tout les enfants de son age, il va apprendre à lire, à écrire et à compter, il va me rapporter des bonnes et des mauvaises notes, il va avoir des copains et des copines, il ira à l’école puis au collège ensuite dans un lycée et peut être dans une université mais non, il va pas mourir
Liz ne vit pas Maria s’approcher d’elle et la prendre dans ses bras
L-Il ne va pas mourir, il ne va pas mourir
Mar-Chut, ça va aller, calme toi.
L-Il ne va pas mourir, dis moi qu’il ne va pas mourir, je t’en prie dis moi qu’il ne va pas mourir
Mar-Viens t’asseoir
Maria la vit asseoir l’entourant toujours de ses bras
Mi-Dis nous ce qu’il a ?
L-…Denis…a un cancer des poumons
Max-Mais il ne…
L-fume pas, ne bois pas sinon du jus d’orange et pourtant…
Liz s’écarta de Maria
L-Il a deux ans et demi et il se bat contre un cancer qui le tue peu à peu, et plus rien ne fait d’effets, c’est injuste la vie, pourquoi lui et pas moi ? pourquoi lui alors qu’il est tout petit et qu’il n’a jamais fait de mal à quelqu’un ? Pourquoi lui ? Pourquoi ?
Maria regarda Max qui hocha la tête
Mar-Pourquoi tu ne veux pas que Max le touches ?
Liz regarda Max qui visiblement attendait une réponse précise, mais Liz se contenta d’hausser les épaules
Mi-T’as quelque chose contre lui ?
Liz haussa de nouveau les épaules
J-Mais encore ?
L-Je déteste les médecins et Denis aussi
Max-mais je peux juste le soigner ici, si c’est les hôpitaux qui le dérangent
L-Je te l’INTERDIS !!!
Max-Tu ne m’interdis rien du tout, t’es pas en mesure de le faire, laisse moi le soigner
L-JAMAIS !!!
I-Laisse nous t’aider
L-Ce n’est pas moi qui a besoin d’aide c’est vous
Mi-Nous pourquoi ?
L-Vous recherchez une personne qui est morte intérieurement
Ce que Liz venait de dire laissa tout le monde bouche bée
Max-Pour…Pourquoi dis tu ça ?
L-Parce que la Liz que vous connaissez n’existe plus, elle a changé et évolué, elle est devenue une femme qui souffre en silence,
Mi-Et nous on voudrait la retrouver pour que justement elle ne souffre plus
L-Et tu crois que si c’est facile, si elle est partie c’est qu’elle voulait souffrir moins même si c’est le contraire qui s’est produit, il faut juste qu’elle fasse le premier pas
Mi-Comment ça ?
L-Que ce soit elle qui vienne à vous et non le contraire, qu’elle vienne de son plein gré et que personne ne la force à avouer la vérité, quand elle se sentira prête
Max-Mais elle me manque, j’ai envie de lui dire que je suis désolé du mal que je lui ai fait
L-Elle t’a pardonné mais elle a peur que tu la rejettes, que tu la trompe une nouvelle fois quand tu auras eu ce que tu voulais.
Max-Jamais je ne me servis d’elle, je l’aimais et je l’aime toujours comme au premier jour
Kyle se rapprocha de la table
K-Pourquoi tu te mêle de notre vie ?
L-Je ne me mêle pas de votre vie, ce n’est pas de ma faute, si Maria est venue me voir et m’a parlé de Liz, et puis pourquoi vous êtes comme ça avec moi ?
Mi-Comme quoi ?
L-Vous m’invitez chez vous, vous me donnez un travail, vous êtes sympas avec Denis et Fred et moi alors que vous ne les connaissez
Mar-Vous avez une tête sympa
L-Donc à toute les têtes sympa vous leur demandez de fêter noël avec vous
Mar-Non mais on a…
Max-On a l’impression qu’on te connaît
K-Pourquoi es tu là ?
L-Bonne question, très bonne question
Liz s’essuya les yeux
K-On ne sais rien de toi alors que toi tu nous connaît, d’où tu viens ?
L-De…Santa Fé,
K-C’est tout t’as pas de parents ? d’amis ? Pourquoi es tu à Roswell, tu restes combien de temps ?
L-Si j’ai des amis, des parents, mais comme Liz je les ai quitté. C’est peut être pour ça que vous avez l’impression de me connaître, Liz et moi on se ressemble beaucoup, on est parti à cause d’un homme qui est lui même parti avec une autre, en abandonnant sa famille et ses amis. Je comptais rester un jour ou deux à Roswell, le temps de montrer à Denis les extra terrestres mais Maria est venue à ma table et a commencé à me raconter sa vie et celle de Liz qui me ressemblait énormément, à vous présenter, à m’inviter chez elle pour fêter le réveillon de noël, à m’employer au crashdown,
K-Et après tu comptais faire quoi ?
L-…revoir ma famille et mes amis et m’excuser de mon départ précipité, leur présenter leur petit fils et son fils, lui demander si il m’a un jour aimer ou si il préférait l’autre, j’ai plein de choses à lui dire et à leur dire mais la force et le courage me manque, ce qui est sûrement le cas aussi pour Liz.
Liz se tut
L-Je suis désolée, je n’aurai jamais du vous parler comme ça mais…mais si vous êtes vraiment ses amis, vous l’attendrez.
J-C’est ça le problème, on ne fais que attendre mais on ne reçoit rien, pas de nouvelles, pas de cartes, pas de coup de fil ou même une pensée
L-Tu crois qu’elle ne pense pas à vous, tu crois qu’elle a aimé s’en aller, tu crois qu’elle n’aimerait pas revenir et faire comme avant, discuter et se disputer avec vous, rire et pleurer en votre compagnie, tu crois qu’elle n’a pas envie de retrouver les bras de ses parents et de ses amis
J-Mais alors qu’est ce qu’elle attends ? pourquoi elle ne revient pas avec nous ?
L-parce qu’elle manque de temps
Mar-Vero de qui parle tu ? De toi ou de Liz ?
L-…de moi, Fred veut que j’ailles voir mes amis et ma famille…à Santa Fé pour que je leur présente Denis mais à quoi ça va servir, il va mourir…et moi avec
Max-pourquoi vas tu mourir ?
L-Parce Denis va mourir et même si il y a ma famille à mes côtés, je n’y survivrai pas, si il meurt, je le rejoindrai…même la bas
Liz sourit un peu mais perdit vite son sourire pour laisser place à de nouvelles larmes.
Max-Tu veux revoir ta famille et tes amis ?
L-…Je sais plus,
Max-Tu veux leur présenter Denis ?
L-Non…enfin oui…mais c’est pas si simple
Max-Si tu nous as fait la leçon par rapport à Liz, on va faire la tienne par rapport à ta famille et à Denis. Même si il ne reste pas beaucoup de temps à vivre à Denis, il a droit de connaître ses grand parents et son père
L-mais son père est parti avec une autre, il ne doit pas être à Santa Fé, il doit être quelque part mais je ne sais pas où
Max-Peut être qu’il a préféré lui aussi rester avec celle qu’il aimait véritablement et ne pas partir avec l’autre
L-Et pourquoi toi t’es resté ?
Max regarda les autres qui ne savait pas si il devait le lui dire parce qu’à près tout, ils ne la connaissaient pas. Mais il se décida à lui dire
Max-Parce que Tess avait tué un de ses amis
L-Quoi ?
Max-Tess a tué un ami à Liz et à nous
Liz reçut un coup de poignard dans le cœur. Elle se leva et s’écarta à reculons
L-Et après vous voulez qu’il soigne Denis, mais…
Liz s’en alla en courant et personne essaya de la rattraper. Quand elle arriva chez Maria, Fred était sur le canapé et regardait la télévision, elle tomba dans ses bras
L-Oh mon dieu Fred.
F-Qu’est ce qui s’est passée ? Tu leur as dit qui tu étais ?
L-NON !!!
F-Chut calme toi. Tu vas réveiller Denis.
L-C’est horrible.
Fred ne dit rien et se contenta à la serrer dans ses bras. Puis quand Liz se calma elle se décida à lui raconter toute l’histoire sans épargner les extra terrestres.
L-Pendant un an et demi, elle nous trompait, elle a tué Alex et moi qui voulait qu’elle soit avec Max, mais c’est même pas elle la coupable c’est moi
F-Est ce que c’est toi qui a tué ton ami ?
L-Non, je l’aimais
F-Donc ce n’est pas de ta faute si il est mort, où est Tess en ce moment ?
L-Comment veux tu que je le saches alors que je ne savais même pas que c’était elle qui l’avait tué, je ne savais même pas qu’ils étaient restés comment veux tu que je saches où est Tess en ce moment alors que ça fait trois ans que j’ai quitté Roswell, et je n’aurai jamais du t’écouter, j’aurai du rester à Denver, ne jamais revenir ici, alors que c’est la ville où j’ai souffert et où je souffres encore aujourd’hui
F-Eh calme toi, pas besoin de te mettre dans un pareil état, si Denis te voyait, il prendrait peur et s’enfuirait en courant
Liz ria un peu et Fred lui essuya les yeux.
F-Mais est ce que je dois avoir peur d’eux ?
L-Non eux ils sont sympas
F-Alors laisse les soigner Denis
L-Je ne veux pas qu’il souffre comme moi j’ai souffert.
F-Pourquoi voudrais tu qu’il souffre alors qu’il aura sa maman et son papa près de lui ?
L-Je sais pas, j’ai besoin de réfléchir. Je vais voir Denis.
Liz se dirigea vers la chambre de Maria où Denis dormait. Elle s’allongea à coté de lui et finit elle aussi par s’endormir
Le lendemain, alors que Fred et Liz prenaient leur petit déjeuner, quelqu’un sonna à la porte. C’était Maria avec des croissants et des petits pains aux chocolats

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nellote
Invité



MessageSujet: Re: my sun   Lun 11 Juil - 0:04

j'adore!!Wink c triste pr le moment l'histoire est vraiment bien faite! bravo a l'internaute! c sympa lizevans de mettre des passages assez long!Smile merci et j'attend la suite bien sur!!
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: my sun   Lun 11 Juil - 18:06

la voila

My sun (6ème partie)

Le lendemain, alors que Fred et Liz prenaient leur petit déjeuner, quelqu’un sonna à la porte. C’était Maria avec des croissants et des petits pains aux chocolats
L-Ah Maria, entre, je t’en prie.
Maria entra et Liz et elle se dirigèrent vers la cuisine,
Mar-Vero, je crois qu’il faut qu’on parle
L-Personnellement je trouve qu’on a déjà beaucoup parlé hier, mais si c’est pour me parler des extra terrestres tu peux retourner chez Michael parce que si tu es venue ici avec des viennoiseries pour savoir si je vais le dire à tout le monde, tu te trompes complètement, je l’ai dit juste à Fred qui a envie de serrer la main à un extra terrestre et de discuter avec eux
Mar-Ça t’arrives de respirer de temps en temps.
L-Ça m’arrive
Maria se tourna vers Fred
Mar-Alors comme ça tu veux parler à un extra terrestre ?
F-Euh ouais.
Mar-Vero tu viens travailler aujourd’hui avec Denis ?
L-Je sais pas, ça dépendra de Denis, à quel heure il se réveillera et comment il sera.
Mar-Oh
L-Ah tiens justement
Liz se leva et revint quelques minutes plus tard avec Denis dans les bras. Denis souria à Maria
D-Aujourd’hui je met ma tenue de cuisinier pour aller avec Michael
L-Je crois que tu as ta réponse Maria
Denis prit un pain au chocolat et commença à le manger
D-Et toi tu vas faire quoi?
Denis regarda Fred
F-Je crois que je vais aller visiter un peu la ville,
Plus tard, Liz et Denis en compagnie de Maria entrèrent dans le restaurant.
Mi-Ah mais c’est mon petit cuisinier préféré
Denis tira son manteau et ils virent qu’il avait vêtu sa tenue de cuisinier
Mi-mais il manque quelque chose
D-Non, j’ai tout pris
Denis sortit du sac de Liz son chapeau et le mit sur lui
D-Tu mets pas ton chapeau ?
Mi-Si mais le service n’a pas encore commencé
Denis soupira puis partit s’asseoir sur une chaise près du comptoir. Quand Liz partit mettre sa tenue, Denis regarda tout le monde qui le regardait aussi
D-Quoi ?
Michael s’approcha de lui et remit le chapeau à l’endroit
Mi-Tu l’avais mis à l’envers
Denis lui souria. Liz revint et Michael et Denis allèrent en cuisines tandis que Maria et Liz commençaient leur services. Les autres s’en allèrent à leur occupation. Vers 11H, alors qu’il y avait moins de monde, Denis alla près de Liz qui était occuper à nettoyer le comptoir. Denis avait une petite voix
D-maman ?
Liz arrêta aussitôt le nettoyage et se mit à sa hauteur
L-Qu’est ce qui t’arrive, t’as mal quelque part ?
D-…Non
L-Denis dis moi la vérité
D-…Oui
L-Où ?
D-A la tête et au ventre
Liz se releva et le mit sur le comptoir. Maria le vit et s’approcha d’eux
Mar-Si tu veux, il y a le canapé des Parker qui est libre ou même les chambres en haut
L-Euh je veux bien le canapé
Mar-Suis moi
Maria montra à Liz où se trouvait le canapé, elle y installa Denis qui s’endormait. Mais Liz le réveilla
L-Denis réveille toi, tiens bois un peu
Liz lui fit boire un peu d’eau que Maria venait de lui apporter.
L-Tu as mal depuis quand ?
D-Après qu’on soit arrivé, quand j’étais avec Michael, j’ai eu mal et depuis ça fait encore plus mal
L-Pourquoi tu ne m’a pas dit ?
D-Voulais pas aller à l’hôpital
L-Personne ne va aller à l’hôpital et encore moins toi. Je te le promets.
Liz le coucha puis mit une couverture sur lui et il s’endormit alors que Liz regagnait le restaurant. Elle passa aux cuisines
L-Michael est ce que tu avais vu que Denis n’allait pas bien ?
Mi-Non mais il n’était pas très motivé quand il est arrivé ici alors que quelques instants plus tôt, il l’était.
Liz ferma les yeux et se mordit la lèvre pour s’empêcher de pleurer
L-Merci.
Liz rejoignit Maria au comptoir
Mar-Il va bien ?
L-hein ?
Mar-Est ce que Denis va bien ?
L-Je sais pas.
Mar-Pourquoi tu ne l’amènes pas à Max
L-Parce que je n’ai pas envie qu’il soit relié à toutes sortes de machines, qu’il soit dans une chambre stérile et qu’il pleure sans que je puisse le prendre dans mes bras. Ni lui, ni moi, le supporteront une nouvelle fois.
Mar-Je suis désolée
L-Non c’est moi qui ne devrais pas parler comme ça, mais je n’ai plus envie qu’on touche à Denis.
Maria lui fit un petit sourire et elles retournèrent travailler. Liz ne cessa par la suite d’aller voir comment Denis allait mais rien ne changeait, il dormait. Il ne se réveilla que vers 13h30, il se leva et alla dans le restaurant. Liz le vit et lui fit un sourire auquel il répondit. Liz alla près de lui
L-Ça va Denis ?
Denis hocha la tête, pour quelque d’autres, il l’aurait cru mais Liz le prit dans ses bras et le déposa sur un siège au comptoir.
L-Ça te dirai un chocolat chaud ?
Denis hocha de nouveau la tête. Maria entendit
Mar-Je vais le préparer.
Liz lui fit un sourire et se mit derrière Denis qui posa sa tête sur Liz. Liz l’embrassa sur le bout de son nez. Denis lui souria et Maria vint déposer deux chocolats chauds devant eux.
Mar-Eh voilà deux chocolats chauds.
L-Merci
Liz souffla sur celui de Denis qui se mit à tousser et Liz vit alors qu’il luttait pour garder les yeux ouverts
L-Je crois que le chocolat va attendre un peu.
Liz le reprit dans ses bras et partit le recoucher sans grande difficulté. Puis elle revint alors que Maria fermait le crashdown, elle l’aida et Michael nettoya la cuisine. Ils avaient presque finis quand Denis se réveilla, et apparut se frottant les yeux.
D-maman, c’est où les toilettes ?
Liz les lui montra puis partit mettre quelque chaises sur les tables jusqu’à qu’elle entende un bruit sourd. Liz se dirigea aussitôt vers les toilettes et découvrit Denis par terre. Liz s’y jeta également et le prit dans ses bras. Michael qui avait entendu lui aussi, pénétra dans les toilettes et vit Liz qui essayait de réveiller Denis qui tremblait. Maria vint à son tour au moment où Denis ouvrit les yeux mais il ne parla pas.
L-Ça va mon bébé ?
Denis se blottit dans ses bras mais ne dit toujours rien, Liz le serra plus fort dans ses bras et sentit Maria aller derrière elle
Mar-Tu veux que je t’amènes chez moi, on a fini de nettoyer le crashdown
Liz hocha la tête et avec l’aide de Michael se releva. Maria revint avec une couverture qu’elle mit sur Denis puis tous montèrent dans la voiture. Liz était à l’arrière et ne cessait de parler à Denis qui s’accrochait à elle. Quand ils arrivèrent chez Maria, Liz disparut dans la chambre de Maria où elle coucha Denis. Maria resta sur le pas de la porte
Mar-On te laisse mais tu peux appeler si tu as besoin
Liz hocha de nouveau la tête en tenant la main de Denis qui ne cilla pas. Maria entraîna Michael au dehors. Maria et Michael parcoururent Roswell à la recherche de Fred mais ce ne fut qu’une heure plus tard, qu’ils le trouvèrent qui revenaient du UFO Center.
Mar-Fred, il faut que tu viennes chez moi, Denis est tombé dans les pommes
F-Et Vero ne veut pas l’emmener à l’hôpital ?
Maria hocha la tête
F-ça suffit, Michael est ce que tu connais le numéro de Max ?
Mi-Euh oui mais je pense que Vero n’appréciera pas
F-Je m’en fous, appelles le et préviens le qu’on va arriver avec Denis
Mi-D’accord.
Michael saisit son portable et téléphona à Max
Mi-Max, c’est Michael, tu peux nous attendre à l’entrée de l’hôpital, on arrive avec Denis
Ma-Je suis pas à l’hôpital, je suis chez moi mais je m’y rends aussitôt, à tout de suite
Michael raccrocha
Mi-Il y sera
Ils arrivèrent chez Maria où Liz était au milieu du salon avec Denis dans les bras qui devenait de plus en plus blanc. Fred prit les choses en main, il partit près de Liz
F-Donnes moi Denis,
L-Non, non
Liz secouait la tête tout en serrant Denis dans ses bras.
F-Donne le moi
L-Non, je ne veux pas qu’on l’amène à l’hôpital
F-Donne le moi, Vero, donne moi Denis
Fred tenait Denis par la taille mais celui ci avait ses mains autour du cou de Liz et aucun des deux ne veut lâcher l’autre.
F-Denis lâche maman
D-maman
F-Laches là
L-Non, il reste avec moi
F-Vero si tu ne le lâches pas, il va mourir
L-Non c’est si il va à l’hôpital qu’il mourra
Fred réussit décrocher Denis de Liz qui faiblissait
F-Vero lâches le. Il a besoin de soins
Denis essayait de nouveau à s’accrocher à Liz mais Fred réussit à les séparer et donna Denis à Michael où Maria l’entoura d’une grosse couverture. Fred retint Liz avec beaucoup de mal jusqu’au moment où il la plaqua contre le mur
L-Ne touches pas à mon fils
F-si personne ne le touches il mourra
L-Je ne veux pas qu’on lui fasses du mal
F-Où as tu été cherché ça ?
L-Ce n’est pas toi qui était derrière la vitre en essayant de le consoler
Mi-Max ne lui fera pas de mal
L-C’est un médecin, je ne veux pas qu’il le touche
Fred ne se retint plus et lui donna une baffe
F-Max n’est pas médecin, c’est un extra terrestre, alors maintenant tu te tais et tu nous suis
Fred la lâcha mais sentant Liz sous le choc, il l’entraîna dans la voiture. Maria prit le volant, Michael tenait Denis qui gémissait, Liz avait pris sa main, Fred ne l’autorisant plus. Quand ils arrivèrent à l’hôpital, Max accourut suivi de plusieurs infirmiers. Il prit Denis dans ses bras et l’emmena. Fred retint avec Michael, Liz qui voulait le suivre
F-Laisse lui le temps de lui donner des soins
L-Non !!!ne lui faites pas de perfusions, de piqûres, ne les laisse pas lui faire du mal, Fred.
F-Chut calme toi, viens par là.
Fred entoura Liz qui pleurait à ne plus pouvoir s’arrêter. Puis il l’entraîna dans la salle d’attente. Une infirmière arriva et donna une feuille à Liz pour qu’elle la remplisse mais Fred la remplit à sa place. Ils attendirent une heure, Liz n’en pouvait plus, et Max arriva enfin avec une mine sombre. Liz alla aussitôt près de lui, Max mit sa main sur son épaule et Liz comprit
L-Non, pas ça
Liz reculait, Fred la retint par derrière.
Mar-Comment il va ?
Max-Il va mieux,
L-Non
F-Calme toi, il va bien
L-Non, il l’a mit dans une chambre stérile
Max-Mais il va en sortir dans quelques minutes, ne t’inquiètes pas
Mi-Tu l’as soigné ?
Max secoua la tête
Mi-Pourquoi ?
Max-Soit il y avait quelqu’un qui était moi ou alors c’est Denis qui se débattait et je n’arrivais pas à me consacrer, Vero tu pourrais lui dire de se tenir tranquille deux minutes ?
Liz ne répondit pas,
L-Je veux le voir
M-Suis moi.
Liz suivit Max les autres sur les talons. Max s’arrêta devant une vitre où une infirmière essayait de laisser le masque à oxygène sur le visage de Denis. Liz éclata en sanglots, Fred l’entoura de ses bras étouffant un peu ses pleurs
L-C’est de ta faute, pourquoi ?
F-Calme toi, il le fallait.
L-Pourquoi ?On était heureux comme ça
F-Tu ne dis que des bêtises, ils ont droit de savoir que tu vas bien et ils ont droit de connaître l’existence de Denis
L-Pourquoi, il va mourir ?
F-pas si Max le soignes, toi seule peut arriver Denis à laisser Max le toucher
L-Pourquoi il le soignerait, alors que l’autre a tué un ami de Liz ?
Mi-Ça n’a rien à voir avec Max, Tess tout ce qu’elle voulait c’était de repartir sur sa planète et avec tout les moyens qu’elle aurait trouvé, et elle y est parvenu.
L-Justement qu’est ce que Denis est pour Max ?
Max-Denis c’est le fils que je n’aurai jamais, tu te rappelles que j’ai mis Tess enceinte ?
Liz hocha la tête
Max-Elle est revenue, une année après le départ de Liz. Sur Antar ça s’est mal passée, Khivar n’a pas apprécié qu’elle n’a pas réussi à nous amener là bas sur Antar, elle et mon fils étaient en danger, elle est revenue sur Terre et m’a confié mon fils, je l’ai fait adopté et Tess est morte en nous protégeant. Je ne voulais pas garder un enfant alors que je n’avais pas réussi à aimer Liz convenablement, j’en étais incapable, maintenant mon fils est quelque part dans une famille qui l’aime et je ne le verrais sûrement plus jamais alors le père de Denis a droit de connaître son fils comme lui a droit de connaître son père. Laisse moi le soigner, je t’en prie
Liz allait répondre mais l’infirmière qui était avec Denis quelques minutes plus tôt, apparut
I-Docteur, je n’arrive pas à lui faire respirer dans le masque, il demande sa mère
Max se retourna vers Liz
Max-Tu peux y aller, maintenant je ne suis plus médecin, je suis juste ton ami. Penses y et donne moi ta réponse, mais vite
Liz entra dans la chambre alors que les autres s’éloignaient. Denis avait les yeux fermés, le masque à côté de lui. Liz le lui mit sur lui et il se réveilla mais il se contenta de sourire à Liz puis ferma les yeux
L-On va s’en aller, je ne te laisserai pas avec eux, je te le promets.
Liz regarda autour d’elle et vit sur une table des feuilles et un crayon, elle s’en saisit et retourna près de Denis. Puis elle se mit à écrire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nellote
Invité



MessageSujet: Re: my sun   Lun 11 Juil - 21:21

merci!! alala c quand qu'elle leur dit!!!
la suite bien sur...Wink
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: my sun   Lun 11 Juil - 21:39

la voici

My sun (7èmepartie)

Liz regarda autour d’elle et vit sur une table des feuilles et un crayon, elle s’en saisit et retourna près de Denis. Puis elle se mit à écrire.
Pendant ce temps, dans la salle d’attente, Max buvait à petites gorgées le café. Fred se leva et s’en alla, ça devenait insupportable d’attendre dans des conditions pareilles. Il passa devant la chambre de Denis et vit avec horreur que lui et Liz n’était plus là mais à la place, il y avait une lettre. Fred s’en saisit et retourna en courant dans la salle d’attente
F-Vite, elle…elle a disparu…disparu avec Denis
Mar-Vero ?
F-Oui enfin non, c’est Liz qui a disparu avec Denis
Max-Pourquoi tu nous parle de Liz ?
F-Mais vous êtes vraiment une bande d’idiot, Veronique Kickes s’appelle en vrai Elizabeth Parker, ça vous dit quelque chose ?
Mar-Attends, répètes
F-Plus tard, dans la voiture, il faut la retrouver
Fred s’en alla en courant de la salle d’attente avec les autres sur les talons. Au même moment, un car s’arrêta à proximité de Liz et de Denis, c’était Georges et Henri, les chauffeurs du car que Liz avait rencontré avant d’arriver à Roswell. Georges en descendit et invita Liz à monter dans le car.
H-Tu veux qu’on te dépose quelque part ?
Liz hocha la tête en larmes
L-Vous connaissez le réserve indienne ?
G-Ouais, j’ai un oncle qui y habite
L-Vous pourriez me déposer là bas ?
G-Pas de problème, Henri démarre.
Il ne fallut pas plus de 10 minutes à Henri pour arriver à la réserve. Liz descendit du car et les remercia puis se dirigea vers la tente de River Dog. Elle y entra, River Dog se retourna d’un coup et il l’a reconnu tout de suite
R-Liz, c’est bien vous ?
L-Oui, aidez moi s’il vous plait River Dog
R-Asseyez vous, je vous en prie.
Liz s’assit tenant toujours Denis,
L-Aidez moi.
River Dog vint près d’eux et vit l’état de santé de Denis
R-Je ne peux pas soigner cet enfant
L-Je ne vous le demande pas non plus,
Dans la voiture, Maria à l’avant avec Michael, tandis que Fred et Max étaient à l’arrière. Fred venait de finir de lire la lettre, tout le monde avait les larmes aux yeux même Michael, Max saisit son portable et téléphona à Isabel et à Jesse pour leur dire de se rendre immédiatement au crashdown. Lorsqu’ils y arrivèrent, Kyle y était également.
K-Qu’est ce qui se passe ?
Fred qui tenait toujours la lettre s’approcha de lui
F-Tu t’assois et tu te tais
Kyle obéit sans poser de questions ce qui n’était pas le cas de Jesse
J-Je peux savoir pourquoi Isabel m’a appelé en urgence pour me dire de venir ici sans me donner des détails ou au moins la raison de ce rendez vous
Max-Ferme là Jesse, par pitié ferme là
Max et Jesse se respectaient mais Jesse ne connaissait pas Liz et il ne savait donc pas qu’elle était importante à ses yeux et aux yeux des autres. Jesse s’assit également en colère
I-Qu’est ce qui s’est passé pour que vous pleurez ?
Mar-On a retrouvé Liz
I-Mais alors c’est une bonne nouvelle, où est elle ?
Mar-On sait pas
I-Comment ça vous savez pas ? Tu viens de dire le contraire
Max-On a retrouvé Liz mais on l’a perdu à nouveau
I-Comment ça ?
Max-Liz a passé avec nous Noël d’une certaine façon parce que Liz et Vero sont la même personne
I-Quoi ?
Max-Il faut te le dire dans quelle langue ? Liz est Vero et Denis est mon fils, ça y est t’as compris ?
Max pleurait tellement qu’il avait l’impression qu’il allait s’étouffer, il l’avait retrouvé après plus de trois ans de recherche et il allait la perdre à nouveau avec un enfant qui était le sien.
K-Où est Vero ? ou Liz ?
Mi-Elle est partie avec Denis
K-Ça fait combien de temps ?
Mi-Une demi heure ou trois quart d’heure, on sait pas à quel moment elle est partie.
Kyle allait dire quelque chose au moment où le téléphone de Max sonna,
K-Tu crois pas que ça peut attendre ?
Mais Max ne l’écouta pas
M-Allo ?
?-Vous êtes Max Evans ?
M-Oui c’est moi qui êtes vous ?
?-Mon nom ne vous aidera pas,
M-Où avez vous eu mon numéro et qu’est ce que vous voulez ?
?-calmez vous s’il vous plait, j’ai eu votre numéro à l’hôpital où vous travaillez, est ce que vous connaissez River Dog ?
M-Oui, je le connais.
?-C’est bien vous, c’est à propos de votre amie, Liz Parker ?
M-Où est elle ?
?-Elle est à la réserve indienne, s’il vous plait venez vite.
Puis il raccrocha. Max regarda les autres
M-Elle est à la réserve avec River Dog
Tout le monde se leva et tous prirent la direction de la réserve indienne. En chemin, Max avait prit la lettre des mains de Fred et la relisait.
« Je suis désolée, de tout, de ce que j’ai fait et de ce que je vais faire.
Si Fred ne vous a pas parlé, vous l’apprendrez. Je suis en vérité Liz, la Liz que vous recherchez depuis plus trois ans et qui vous avez quitté pour une raison qui est plus que saugrenue. Je vous avez quitté parce que Max, mon amour que j’aimerai à jamais devait partir avec Tess, je l’avais accepté mais je ne pouvais me résoudre de vivre dans une ville où j’avais passé des moments inoubliables, alors à la place de les salir, j’ai quitté Roswell, mais aujourd’hui, je ne quitte pas uniquement Roswell mais également la vie. Denis va mourir, Denis qui a été mon soleil depuis trois ans se meurt peu à peu. Je ne mérites rien, je ne mérites pas une seconde chance, je ne vous mérites pas après tout le mal que je vous ai fait. Je m’excuse une nouvelle fois ne sachant si vous me le pardonnerez.
Je vous aime.
Liz »
Max referma la lettre et regarda par la fenêtre. Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent à la station indienne. River Dog les attendaient à l’extérieur de sa tente
R-Venez vite.
Il les laissa entrer, dans un coin de la tente, Liz tenait Denis dans ses bras. Ils s’approchèrent d’eux. Fred prit la main de Liz qui tenait Denis
F-Vero ? Liz ? Réponds nous
L-…
F-Allez Liz…
L-De…Denis…
F-ça va aller
Denis bougea dans les bras de Liz
D-…ma…maman ??
Liz serra sa main mais n’ouvrit pas les yeux et ne lui répondit pas.
F-Liz…hé…Liz
Fred lui donna des petites baffes, Liz ouvrit un instant les yeux et souria puis avant de les refermer
L-Je suis désolée, Fred, j’arrivais pas, je voulais mais j’arrivais pas…
Max-Liz, tu m’entends ?
Max caressa sa joue en pleurant, Liz tressaillit à ce contact et ouvrit les yeux. Max lui souria
L-Pourquoi j’ai sommeil ?
River Dog s’approcha
R-C’est le thé que je lui ai donné, il a des effets reposants. Ça passera, il faut qu’elle se repose et qu’elle ne lutte surtout pas.
Max souria une nouvelle fois à Liz
L-Qu’est ce qu’il m’a dit ?
M-Rien, reposes toi. Fred prend Denis, il faut l’amener à l’hôpital
L-Non…pas l’hôpital
M-T’inquiètes pas il ne va pas rester longtemps, et en chemin je le soignerai, et puis il ne va pas être dans une chambre stérile et seul, il y aura toujours quelqu’un qu’il connaît à côté de lui.
Liz ferma les yeux ne se sentant plus la force de lutter et s’endormit. Max la prit dans ses bras et la mit dans la voiture de Maria.
Max-Tu l’amènes chez toi et…
Mar-Et je la surveilles.
Puis Max monta dans la voiture de Jesse qui prit la direction de l’hôpital. Il déposa Fred, Max et Denis puis rejoignit Maria et les autres sous l’ordre de Max. Deux heures plus tard, Denis se réveilla,
D-Maman…
Il ouvrit les yeux et regarda autour de lui mais il ne vit personne
D-MAMAN !!!
Il voulut se lever mais Max apparut
M-Eh ben où vas tu petit bonhomme ?
D-Maman !!!
Denis commençait à pleurer
D-maman !!!!
M-calme toi, attends je reviens
Max disparut et Denis en profita pour essayer de tirer sa perfusion et les fils le reliant au moniteur qui prenait les mesures de son cœur mais il n’y parvenait pas. Max revint avec Fred.
D-maman !!!
F-On l’a appelé, elle arrive
D-Tire
Denis bougeait dans tout les sens
F-Attends, Max on peut tirer la perfusion et les trucs qui a sur la poitrine
Max retira la perfusion et les fils puis referma la chemise de nuit de Denis
M-Et voilà.
Max lui souria mais des larmes apparurent dans les yeux de Denis
D-Où est maman ?
M-Elle va tarder, attends
Max lui mit des chaussettes et le mit debout sur le lit.
M-On va l’attendre dans le couloir. Fred tu le prends
F- Non, toi tu le prends
M-Pourquoi ?
F-Tu es son père, il est temps que tu t’en occupe.
Max prit Denis dans ses bras qui s’accrocha à son cou.
D-On va retrouver ma maman ?
M-Oui
Ils sortirent de la chambre
M-Tiens regarde
Max lui montra Liz et les autres qui venait de rentrer dans le couloir. Denis souria et voulut descendre alors Max le reposa
D-MAMAN !!!!!
Denis se mit à courir jusqu’à Liz qui l’éleva dans les airs puis le serra fort dans ses bras
L-Oh Denis, je suis désolée, je suis désolée, pardonne moi, je t’aime mon cœur
Max et Fred arrivèrent
D-c’est mon papa ?
Denis montra Max. Liz et Max se regardèrent un instant puis quand Max lui souria, Liz regarda Denis
L-Oui, c’est ton papa
M-Regardes derrière toi
Liz se retourna et vit ses parents derrière elle, avant qu’elle n’ait pu faire un geste elle se retrouva dans les bras de son père
J-Oh Liz…qu’est ce que tu nous as manqué
L-Je suis désolée, pardonnez moi, s’il vous plait
N-On ne t’en a jamais voulu, maintenant on te comprend, c’est à nous d’être désolé,
L-Pourquoi ?
N-On n’était pas là alors que tu avais besoin de nous.
Nancy la prit dans ses bras et Denis commença à pleurnicher. Jeff le prit dans ses bras
J-Alors comment ça tu es mon petit fils ?
D-maman !!!
Liz le reprit dans ses bras
N-Je peux ?
Nancy tendit ses mains vers Denis qui pleura de plus belle
N-Qu’est ce qu’il a ?
L-Sommeil, être sauvé par un extra terrestre c’est fatiguant, vous ne vous en rendez pas compte. Je reviens
Liz commença à s’éloigner et Max la suivit du regard quand il se retourna, les autres le fixaient
Max-Quoi ?
Fred-Je pense que tu devrais l’accompagner
Jeff-Il a raison, on va vous attendre au crashdown
I-Tout à fait d’accord, allez à tout à l’heure
Ils s’éloignèrent mais Maria revint en courant
Mar-Et surtout prenez votre temps, je pense que vous devez discuter.
Maria rejoignit Michael et Max prit la direction de la chambre de Denis où Liz venait de le coucher.
Max-Je peux entrer ?
L-ouais vas y.
Denis commença à manger ce qu’il y avait dans son plateau qu’une infirmière venait d’apporter. Max s’assit sur une chaise. Personne ne parla jusqu’à qu’une infirmière entre
I-oh Max je pensais que tu avais fini ton service
M-Je l’ai fini mais j’attends une amie
I-Je pourrais te parler 5 secondes
Max sortit avec l’infirmière et revint quelques instants plus tard, il se mit à côté de Liz et prit le bras de Denis
L-Qu’est ce que tu fais ?
M-Rien, Denis il faut que tu me fasses confiance d’accord ?
Denis retira son bras mais Max le reprit
M-Tu ne sentiras rien
L-Qu’est ce que tu vas lui faire ?
M-Rien, fais moi confiance mais l’infirmière m’a donné une dose de sédatif pour Denis et elle me surveille pour savoir si je vais vraiment le faire
L-Tu vas le faire ?
Max ne répondit pas
L-Mais il n’a plus rien…
M-S’il te plait Liz fait moi confiance.

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nellote
Invité



MessageSujet: Re: my sun   Mar 12 Juil - 13:02

merci lizevans!! mai qu'est il donc en train de faire?? la suite stp:)
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: my sun   Mar 12 Juil - 17:54

la voila

My sun (8ème partie)

M-S’il te plait Liz fait moi confiance.
Max sortit une seringue de sa poche, en la voyant Denis pleura. Max mouilla son bras à un endroit mais à la place d’infecter le sédatif dans le bras de Denis, il l’injecta dans le drap.
M-Et voilà.
Max montra la seringue vide à l’infirmière qui observait la scène de la vitre puis jeta la seringue dans la poubelle
M-Je trouve que Denis a eu assez de piqûres ces dernières années
L-Merci
Max essuya les larmes de Denis
M-T’as eu mal ?
D-Non
M-Pourquoi tu pleures alors ?
D-Parce que c’est méchant le truc qui pique
M-T’en aura plus jamais, je te le promets, tu ferais mieux de dormir.
Liz remit la couverture sur Denis qui finit par s’endormir puis elle suivit Max au dehors. Ils passèrent devant le crashdown sans s’arrêter
L-Tu n’aurais pas oublier quelque chose ?
M-Si.
Mais Max ne dit rien de plus, ils continuèrent jusqu’au début du désert
M-Sors
Max sortit et Liz le suivit. Max s’approcha d’elle
M-Voilà ce que j’ai oublié
Max l’embrassa
M-Je t’aime Elisabeth Parker
L-Moi aussi mais je le mérites pas
M-Non c’est moi qui ne te mérites pas après tout le mal que je t’ai fait
L-Si toi tu m’as fait du mal, je t’en ai fait également, plus que toi. Et j’en suis désolée
M-Chut, s’est passée maintenant. Tu serais d’accord de recommencer tout depuis le début ?
L-Depuis l’accident au crashdown tu veux dire ?
M-D’une certaine façon, mais sans la balle. Juste notre amour
L-Je sais pas, j’hésite
Liz lui faisait un sourire séducteur et Max ne put s’empêcher de l’embrasser
M-Tu m’as manquée
L-Toi aussi, tu ne peux pas savoir à quel point
Max et Liz s’embrassèrent à nouveau et c’est à ce moment là qu’une connexion eut lieu. Max ressentit tout ce que Liz avait vécu pendant ces trois dernières années mais également ce qu’elle ressentait depuis 5 ans et ce n’était que de l’amour pour lui et Liz ressentit tout le désespoir que Max avait eu en voyant qu’elle était partie et le temps qu’il avait mit pour la rechercher sans y parvenir
L-Je t’aime Maximilien Evans
M-Je t’aime également
Liz et Max s’embrassèrent puis décidèrent de rentrer au crashdown. En entrant Liz fut prise dans les bras de ses parents
N-On t’aime Liz
L-Moi aussi
Ils mangèrent et Liz leur racontèrent ce qu’elle avait vécu ces trois dernières années.
L-Quand je suis rentrée de chez…Max
Liz et Max se sourirent, il savait qu’elle pensait à la nuit qu’il avait passé, la nuit où il s’était vraiment révélé l’un à l’autre, la nuit où Max avait su la vérité sur Kyle.
Mar-De chez Max, hein ??
L-Maria !!
Mar-Quoi je m’informe
L-Ouais. Bref quand je suis rentrée de chez lui
J-Et où mon petit fils a été conçu
L-papa !!!
J-Je m’informe aussi, j’ai droit quand même. Bon continue
L-Bon donc je suis rentrée de chez Max, où Denis a été conçu, je suis partie dans ma chambre

Trois ans auparavant
Liz monta dans sa chambre en pleurs, il était parti, pour toujours, il ne reviendra plus, comment elle pourrait vivre sans lui. Liz s’allongea sur son lit et pleura de plus belle en cachant ses pleurs dans son oreiller. Puis elle se leva et alluma sa lampe de bureau, elle prit une feuille et se mit à écrire.
« Ma chère Maria,
Je suis désolée, je ne peux rester dans une ville où Max et moi avons vécu des mauvais moments mais surtout des bons moments. Je ne les oublierai jamais, ils seront toujours dans mon cœur, comme eux mais aussi comme toi, Kyle, mes parents et les autres. J’aimerai être à tes côtés mais c’est trop dur, c’est trop dur de savoir qu’ils ne reviendront jamais, qu’il est partie avec cette espèce de blondasse. J’avais presque fini par l’aimer, tu t’en rends compte ? Je commençais à croire qu’elle n’arriverait jamais à nous séparer, moi et Max mais je me trompais, c’est au moment où le Max du futur est venu que j’ai compris que Max et moi c’est un rêve qui ne se réalisera jamais, c’est comme le soleil, on ne peut le toucher sans se brûler, Max c’est pareil, je ne peux m’approcher de lui sans en payer les conséquences. Ça a été Alex, lui aussi est parti et il ne reviendra plus jamais. Je m’en vais, je ne te dirai pas où je vais car je n’en sais rien, je ne te promets pas que je reviendrai, je ne promets rien à part que je penserai à toi et à Kyle, mes amis ainsi qu’à mes parents. Dis leur que je les aime, que je penserai à eux et qu’ils ont été d’excellents parents, c’est moi qui n’a pas été un bon enfant.
Je vous aime tous.
Liz »
Liz referma la lettre puis mit quelques affaires dans un sac et sortit de chez elle par l’échelle de secours. Elle entendit le téléphone sonné mais elle ne décrocha sachant que c’était Maria qui elle aussi était triste que Michael soit parti. Elle monta dans un car qui prit la direction de Denver. Elle regarda une derrière fois Roswell qui devenait de plus en plus petit puis elle se retourna et fixa la route devant elle retenant ses larmes. Après plusieurs heures de route, elle descendit à Denver où elle prit une chambre d’hôtel. Le lendemain après une nuit de sommeil mouvementé, elle partit à la recherche d’un travail et fit une démarche pour changer d’identité.
Un mois et demi plus tard, Liz vient de recevoir sa nouvelle identité. Elle alla dans un magasin de voitures qui cherche une secrétaire. Fred l’accueillit
F-Bonjour,
L-Bonjour, je viens pour l’annonce, enfin si elle est toujours valide
F-Elle l’est, je m’appelle Fredéric Ulm,
L-Veronique Kickes
F-Bonjour Vero, je peux vous appeler Vero ?
L-Euh…Oui
F-Bien, asseyez vous
Liz s’assit devant Fred qui prit une feuille
F-vous avez un diplôme ?
L-J’y travaille,
F-Vous avez quel âge ?
L-17 ans presque 18
Fred prit des notes
F-Qu’est ce que vous faisiez avant ?
L-J’étais au lycée et je travaillais dans le restaurant de mes parents pour les aider
F-Très bien, avez vous un CV ?
L-Non
F-Ce n’est pas grave, pouvez vous demander à vos parents de faire une attestation pour prouver que vous avez bien travailler pour eux ?
L-Je crains que ce soit difficile
F-Ah, pourrais je savoir pourquoi ?
L-Je ne vois plus mes parents, et ils m’ont…fait clairement comprendre qu’ils ne voulaient plus me voir
F-Oh, où logiez vous ?
L-dans un hôtel tout près d’ici.
F-Où habitiez vous avant ?
Liz vit qu’il ne prenait plus de notes
L-A Santa Fé
F-D’accord, vous en êtes où avec vos études ?
L-Je vais bientôt avoir un Bac, je vais des cours par correspondance en plus des cours du soir
F-Vous avez un emploi bien chargé dites donc, vous parviendrez à faire deux choses en même temps ?
L-Oui, enfin je pense mais si c’est trop dur, j’arrêterai de faire les cours.
F-Ne faites surtout pas cette erreur, privilégiez d’abord les études.
L-Je crains que ça ne se passera pas comme ça
F-Puis je savoir pourquoi ?
L-Si je ne travaille pas, comment ferais je pour payer les cours ?
F-Oh, bon je crois que je vous ai posé toutes les questions qui me sont nécessaire, puis je avoir un numéro quel qu’il soit pour vous dire ma réponse
L-Euh, j’ai mon portable
F-C’est parfait
Liz donna son numéro de téléphone portable, qu’elle avait changé peu après son départ de Roswell, à Fred puis se leva et serra la main de Fred.
L-Au revoir
F-Au revoir
Liz sortit du magasin. Fred jeta la feuille où il avait marqué des notes puis regarda le numéro de Liz. Il le fixa quelques secondes puis s’en alla en courant de magasin, et rattrapa Liz qui était accoudée à un poteau
F-Attendez, attendez Vero
Liz redressa sa tête et Fred arriva à côté d’elle un peu essoufflé
F-Vero, j’ai un…
Mais Fred ne réussit pas à finir sa phrase, Liz lui tomba dans les bras
F-Vero, he oh, Vero
Fred lui donna des petites claques mais Liz ne réagit pas. Il la prit dans ses bras avant qu’il y ait un attroupement autour d’eux et l’emmena dans son magasin d’où il appela les secours. Trois heures plus tard, Liz se réveilla et vit que Fred lui tenait sa main
L-Où suis je ?
F-A l’hôpital, ça va aller, ne vous inquiétez pas
Un médecin entra dans la chambre
M-Bonjour, madame Kickes
L-C’est mademoiselle Kickes, je ne suis pas mariée
M-Je prend note, comment vous sentez vous ?
L-Bien, mais pourquoi suis je ici ?
M-Avez vous eu des étourdissements ces derniers jours ? Vomissez vous ?
L-J’ai par moment la tête qui tourne mais c’est tout, je ne vomis pas, je vais très bien, je veux m’en aller
M-Vous ne vous en irez pas avant demain matin
L-Pourquoi ?
M-Pour votre sécurité et celle du bébé
L-Quelle bébé ?
F-Celui que vous avez dans votre ventre Vero
L-OH mon dieu, c’est pas vrai, docteur je veux avorter
M-Il est trop tard, je suis désolé
L-Mais je peux pas avoir de bébé, c’est…impensable, oh mon dieu, c’est un rêve, un mauvais rêve, ouais c’est ça, je vais me réveillez dans pas longtemps.
Le médecin lui injecta une dose de calmant pour qu’elle se repose puis s’en alla avec Fred. Quatre heures plus tard, Liz bougea et ouvrit les yeux. Fred était près d’elle et lui souriait
L-Qu’est ce que vous faites encore là vous ?
F-Je veille sur ma secrétaire
L-Votre quoi ?
F-Secrétaire, quand vous vous serez reposer, vous deviendrez ma secrétaire
Liz se mit à rire puis à pleurer
F-Qu’est ce qui vous arrive ?
L-Ce qui m’arrive ? Vous me le demandez ? Je suis enceinte, je ne peux plus avorter, j’ai enfin trouvé un travail mais je ne peux l’accepter parce que je suis enceinte
F-L’un n’empêche pas l’autre, vous pouvez travailler pour moi et en même temps être enceinte, et je suis sur que vous allez faire une bonne mère
L-Comment ? J’ai du mal à joindre les deux bouts alors que je suis seule, comment voulez vous que je fasses avec un bébé
F-C’est pour ça que vous allez vivre chez moi
L-Pardon ?
F-Le médecin a dit que vous aviez besoin de repos, vous allez venir chez moi, vous reposez et…
L-A quoi jouez vous ? On ne se connaît même pas, je sais juste que vous vous appelez Fred Ulm et tout ce que vous savez sur moi, c’est que je m’appelle Vero Kickes, que j’habitais à Santa Fé, que je me suis disputée avec mes parents, c’est tout et vous voulez que j’habites chez vous
F-Oui pour apprendre à se connaître, écoutez moi Vero, que ce soit clair entre nous, au moment où j’allais vous dire que vous avez le poste de secrétaire, vous êtes tombée dans mes bras inconsciente, alors si vous avez cette place, ce n’est pas par pitié mais juste pour vos qualités, je vous invite chez moi parce que je trouve que l’hôtel où vous logez n’est pas un endroit où une femme enceinte doit se reposer
L-Vous savez où j’habite ?
F-Pas exactement mais vous devez loger dans un hôtel miteux dans le quartier de Loug Road, je me trompe ?
L-Non
F-et je sais comment c’est là dedans, le robinet fuit, les lits grincent, les murs ne sont pas épais alors vous entendez tout ce que vos voisins font, et c’est là dedans que vous voulez vous reposer ?
L-Je suis désolée, mais moi je n’ai pas les moyens de me payer une chambre dans un hôtel quatre étoiles avec le petit déjeuner servi au lit
F-C’est justement pour ça que vous allez finir chez moi, c’est à quel hôtel que vous logez et donnez moi aussi le numéro de chambre et vos clés pendant qu’on y est.
Liz hésita puis voyant le regard de Fred, elle lui donna tous les renseignements qu’il avait demandé. Tandis que Fred s’en alla, Liz tomba dans le sommeil. Le lendemain quand Liz se réveilla, Fred était déjà là
L-Vous n’avez toujours pas changé d’avis apparemment
F-Non comment vous sentez vous ?
L-Ça va,
F-Bien, je vais signer les papiers de sortie pendant que vous vous habillez
L-Mais vous n’allez quand même pas payer à ma place…
F-taisez vous, j’ai dit je vais signer les papiers et non on va signer les papiers après que vous vous soyez habillé, alors à tout à l’heure
Fred s’en alla et quand il revint, Liz s’était habillée
F-Vous voulez un fauteuil roulant ?
L-Non merci, je sais marcher
F-parfait mais vous allez être aider
Liz arriva dans la voiture de Fred avec son aide où elle s’y installa. Le chemin ne fut pas long pour Liz qui somnolait en chemin.
F-On est arrivé
Liz resta bouche bée devant la maison qui était ses yeux.
L-WOW !!!!
F-Ça change de votre hôtel, n’est ce pas ?
Fred invita Liz à entrer puis lui montra sa chambre
F-Vous n’avez qu’à vider votre sac pendant que je vais préparer le déjeuner
Fred s’en alla, Liz vida son sac puis le rejoignit dans la cuisine
L-Je peux vous aider ?
F-Non
L-Vous ne croyiez quand même pas que je vais rester ici à rien faire
F-Bien sur que non, vous allez travailler votre bac, vos cours sont sur la table
Liz ne bougea pas
F-Allez filez j’aime pas quand il y a des femmes dans ma cuisine.
Liz s’en alla dans le salon se demandant où elle était tombée et qui était ce Fred Ulm.

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MarissaP
Invité



MessageSujet: Re: my sun   Mar 12 Juil - 20:17

la suite! la suite!
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: my sun   Mar 12 Juil - 22:29

la suite demain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydia
Invité



MessageSujet: Re: my sun   Mer 13 Juil - 17:45

ya tro de suspence la suite la suite!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
lizevans
Isabel
avatar

Nombre de messages : 486
Age : 32
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: my sun   Mer 13 Juil - 19:41

la voici

My sun (9ème partie)

Un mois plus tard, Liz et Fred rentrèrent du travail. Entre Fred et Liz, une amitié grandissait un peu plus chaque jour, Fred n’avait aucune parole et geste déplacer. Ce lien était plus de l’amour fraternel qu’un amour passionnel.
L-Aujourd’hui c’est moi qui fait à manger
F-Mais oui, c’est ça, regarde le planning, cette semaine c’est moi qui suis de corvée de repas et pas toi, toi c’est la semaine prochaine
L-Ce calendrier n’est pas valide puisque vous le changez toute les semaines, pourquoi je ne peux pas vous faire à manger ?
F-Parce que tu ne me tutoies pas
L-J’y arrive pas parce qu’à près tout vous êtes mon patron
F-A l’agence oui mais ici, on est juste ami, et qu’est ce que les amis font habituellement ?
Fred lui prit une main et l’entraîna sur le canapé
L-Ils boivent, dansent, chantent mais nous deux, on ne doit pas être amis puisque on ne fait rien de tout ça
F-Normal tu es enceinte, ce n’est pas bon pour le bébé, mais qu’est ce que les amis font le plus souvent
L-Ils s’appellent ?
F-Tu le fais exprès, les amis se tutoient, je te tutoies, tu me tutoies
L-Nous nous tutoyons
F-Vero !!!
L-d’accord j’arrête mais j’ai droit de faire à manger
F-Tu m’aides juste
L-Ça me va.
Liz se releva et avec Fred alla en cuisine.
L-Qu’est ce que je fais ?
F-Tu n’as qu’à couper en morceaux les carottes
Liz prit un couteau et commença à couper en morceau les carottes.
F-Vas t’asseoir.
Liz soupira puis alla s’asseoir. Dix minutes plus tard, Fred alla s’asseoir à côté d’elle
F-J’ai dit couper pas hacher les carottes
Fred tira les bouts de carottes qui était haché puis mit une entière à la place
F-Qu’est ce qui t’arrive ? Je trouve que tu es silencieuse d’un coup, ça va pas ?
Fred releva un peu les cheveux de Liz et vit qu’elle pleurait en silence
F-Vero, dis moi quelque chose, parle moi…Vero
Fred approcha sa chaise de celle de Liz
F-Allez Vero parle moi
Liz releva enfin la tête
L-Fred, il faut que je vous…te parle, il faut que je te dise la vérité, il le faut
F-D’accord, viens
Fred se leva et força Liz à lâcher le couteau puis l’entraîna dans le salon. Fred s’assit à côté de Liz qui se recula le plus possible de lui mais Fred la força à revenir près de lui et mit sa tête sur ses genoux puis lui essuya les larmes
F-Je ne sais pas ce que tu vas me dire mais ça ne changera rien, tu reste ma secrétaire et tu restes vivre ici autant que tu le voudras
L-Mais est ce que tu garderas ta secrétaire si elle s’appelle en vérité Liz Parker et qu’elle s’est enfuit de chez elle ?
F-Oui, je te l’ai dit rien ne va changé à moins que toi tu le veuille.
Liz respira un bon coup puis se mit à sa raconter son histoire en oubliant les extra terrestres
L-Je me suis enfouie de chez moi parce que j’aimais un homme qui en aimait une autre.
Fred comprit qu’elle avait du mal à lui avouer la vérité, il l’interrompit
F-pourquoi me dis tu ça ?
L-Parce que tu m’aides et moi pour te remercier, je te mens
F-Tu te protèges, ce n’est pas pareil. Tu n’es pas obligée de me dire la vérité
L-Si
F-Attends, si tu en as envie
L-Non ça sera encore plus dur
F-Moi je ne suis pas pressé, tu peux me dire un bout aujourd’hui, un autre demain, ou la semaine prochaine, j’attendrais le temps qu’il faudra
L-Merci
Liz se releva et le prit dans ses bras où elle pleura de plus belle
F-Calme toi,
Fred resta à la bercer une demi heure puis Liz se calma et Fred s’écarta d’elle
F-Viens
Fred l’emmena dans la cuisine où il lui servit un verre d’eau.
F-Bois un peu
Liz porta le verre à ses lèvres puis le reposa et sourit à Fred qui lui prit sa main
F-Ça va mieux ?
L-Oui, je suis désolée d’avoir craquer dans tes bras
F-Ça arrive de craquer, moi même je craque de temps en temps, et je vais mieux après
L-Ça ira encore mieux quand je t’aurai dit la vérité
F-Tu veux vraiment me la dire aujourd’hui ?
L-Oui
F-D’accord, je t’écoutes.
Fred la fit s’asseoir sur ses genoux
L-Tout a commencé par une stupide balle de revolver, dans le restaurant où je travaillais, il y a eu une dispute et un des hommes a tiré, si Max n’avait pas été là, je serais morte à l’heure qu’il est. Il m’a poussé à terre et il a évité que la balle me tue. Je lui étais reconnaissante alors je l’ai aidé dans ses recherches pour retrouver sa famille. Sa sœur et lui ont été abandonné par leurs parents quand ils avaient 6 ans sur le bord d’une route. Je n’étais pas seule, j’avais aussi Maria, ma meilleure amie, même qu’au début elle avait peur d’eux, elle les trouvait bizarre. Mais au bout d’un moment tout le monde s’entendait bien, on était six, il y avait Max, Isabel, Michael, un ami qui comme eux avait été abandonné, Maria, Alex, un ami et moi. Mais une septième personne est arrivée et tout dégringoler au fur et à mesure, Alex est mort, Max et moi on n’était plus ensemble mais lui était avec elle, avec Tess. Je la détestait à un point, elle se disait promise à Max et elle avait raison. Il m’aimait enfin c’est ce qu’il me disait, mais c’est à elle qu’il lui a fait un enfant pas à moi, mais le bébé avait des problèmes cardiaques bien avant sa naissance et les médecins de Roswell ont dit qu’ils devaient s’en aller, changer d’air, alors ils sont partis, Tess, Max mais aussi Isabel et Michael qui ne pouvaient pas rester dans une ville où leur roi enfin leur chef si on peut dire ça comme ça, n’était plus. Ils sont tous partis et ils nous ont abandonné, Maria et moi avec nos souvenirs. C’est tout ce qui me restait d’eux, des souvenirs
F-Et maintenant tu as un bébé de Max, il a peut être fait un enfant à Tess mais il en a fait un aussi à toi et ça il ne faut pas que tu l’oublies, il t’aimait sinon vous n’aurez pas fait l’amour
Liz réprima ses larmes mais Fred le sentit.
F-Ne caches pas tes larmes, pleures, ça fait toujours du bien de pleurer. Tu te sens libérer après,
Liz éclata en sanglots, elle cacha sa tête dans le cou de Fred qui lui caressa les cheveux et l’embrassa sur le front
L-Pourquoi…Pourquoi il est parti ? Pourquoi il est parti avec elle et pas avec moi ?
Fred ne lui répondit pas puisqu’il ne connaissait pas la réponse mais surtout parce qu’il se demandait comment on pouvait faire du mal à une jeune fille qui n’avait fait que l’aider dans des recherches.
L-Répond moi, pourquoi ?
F-parce qu’il avait peur de ne pas être à la hauteur, il avait peur de ne pas être assez bien pour toi
L-Pourquoi tu le défend ?
F-Parce que si je ne le faisais pas, j’irai le retrouver et je lui casserai la gueule.
L-Tu pourras pas le retrouver, il est parti loin, très loin…à des milliers de kilomètres, il est parti pour toujours, pour toujours. Il ne verra jamais son enfant grandir
F-mais toi tu le verras, bat toi pour ce petit bébé
Fred toucha le ventre de Liz qui commençait sérieusement à se voir
F-A partir de maintenant quand tu feras quelque chose, fais le seulement pour toi et pour cet enfant et non pour quelqu’un d’autres,
L-même pas pour toi ?
F-surtout pas pour moi…
L-Je ne suis pas trop lourde ?
F-Non ça va encore mais je pense que bientôt ça va être juste
Fred l’embrassa sur les cheveux et ils restèrent comme ça pendant plus d’une heure, Liz pensant à Max et aux autres et Fred pensant à sa femme et à son fils qui n’avait jamais vu sa chambre.
Les mois suivants passèrent à une vitesse surprenante, Liz était maintenant enceinte de 7 mois, Fred l’avait mit en congé maternité de force, elle travaillait ses cours la journée et le soir, Fred la sortait sinon elle resterait à travailler toute la nuit.
Fred descendit se prendre un verre de lait, en passant devant la chambre de Liz, il vit de la lumière. Il toqua puis entra. Liz eut tout juste le temps de cacher ses bouquins sur ses couvertures mais elle oublia son crayon.
F-Qu’est ce que tu fais ?
L-J’avais…une mouche qui faisait du bruit, elle m’empêchait de dormir
F-Ah bon, bon ben passe une bonne nuit
L-Merci, à demain
Fred referma la porte mais la rouvrit aussitôt et s’approcha du lit
F-Et tu comptes tuer une mouche avec un crayon toi ?
Liz lui fit un petit sourire, Fred releva les couvertures et découvrit les bouquins de Liz
F-C’est pas vrai, combien de fois il faudra te dire que tes cours c’est la journée et la nuit c’est fait pour dormir ?
L-J’ai eu un trou, mais j’ai peur d’oublier quelque chose pour la semaine prochaine
La semaine prochaine, Liz devait passer son bac
F-Tu auras demain pour vérifier ça. Il est l’heure de dormir
Fred lui prit les livres et se releva
L-Mes livres !!!
F-Tu les auras demain pas avant, dors bien.
Fred lui sourit puis s’en alla. Liz éteignit la lumière et finit par s’endormir. Le lendemain, quand elle descendit, elle avait des petits yeux
F-Tiens tes livres mais je crois que tu devrais aller te reposer un peu sur le canapé, t’en as vraiment besoin
L-Ouais
Liz prit ses bouquins et partit s’installer sur le canapé où elle s’allongea avec un bouquin ouvert devant ses yeux. Quand Fred partit à son travail, elle dormait, alors il tira le livre et mit une couverture sur elle avant de l’embrasser sur le front
F-Dors bien petite sœur
Quelques jours plus tard, en pleine nuit, Liz se leva et alla dans la chambre de Fred qui avait prit ses bouquins. Maintenant chaque soir, Fred prenait les bouquins de Liz et les lui rendait le lendemain. Elle alla de son côté et regarda les titres. Elle trouva celui qu’elle cherchait et le prit mais Fred se réveilla à ce moment là et lui attrapa le bras
F-Rend moi ce livre
L-Mais j’en ai besoin…pour demain
F-Comme tu l’as dit c’est pour demain, alors ça attendra. Allez repose ce livre et va te coucher
L-Mais j’y arrive pas, je me poses pleins de questions
F-Vero, on a passé la journée à réviser, tu avais tout bon
L-Non on n’a pas révisé les puissances avec les x et les y.
F-Non c’était pas aujourd’hui mais c’était mardi, tout va bien se passer
L-S’il te plait fais moi réviser les x et les y
Fred ouvrit les deux yeux et vit Liz avec ses yeux implorants
F-Bon d’accord, installe toi sur le lit, je vais te préparer un exercice
Liz se releva et s’installa sur le lit. Quand Fred trouva l’exercice idéal, il se tourna vers Liz qui s’était endormi. Fred sourit puis reposa le livre. Il mit Liz sous les couvertures et se réinstalla à sa place et quelques minutes plus tard, il dormait. Le lendemain, Fred et Liz se réveillèrent au même temps
F-Je trouve pour quelqu’un qui n’arrivait pas à dormir, tu t’es endormi vite fait.
L-Pourquoi tu m’as laissé dormir avec toi, pourquoi tu ne m’as pas ramené dans ma chambre ?
F-Parce que ça t’aurait réveillé et tu aurais voulu qu’on fasse l’exercice. Allez il est l’heure de se lever.
Liz et Fred se levèrent et allèrent se préparer. Avant d’aller à son travail, Fred déposa Liz au lycée où elle devait passer son examen.
F-Je serai là à midi
L-D’accord mais j’aurai pu marcher
F-Courage Vero, je penserai à toi, tu vas le réussir.
Liz lui fit un sourire crispé puis s’éloigna. Le midi, Fred la fit réviser ce qu’elle lui demandait. Puis le soir, Liz ne fit que lui parler de ce qu’elle avait eu comme question.
F-Quand tu dois avoir les résultats ?
L-Un mois ou mois et demi
F-Je suis sur que tu l’as réussi et que tu les as tous dépassée
L-A ça il y a pas de problème j’étais la seule à passer mon bac.
Et Liz recommença à lui parler des examinateurs.
Deux semaines plus tard, Fred se réveilla, il crut entendre des cris étouffés. Il se leva et tendit l’oreille. Ça venait de la chambre de Liz, il entra
F-Vero, ça va ?
L-…
Fred s’approcha d’elle et lui toucha le front, il était chaud et mouillé
F-Vero, réponds moi…Vero…
Fred changea immédiatement de ton
F-Vero, allez je t’en prie réponds moi…Parle moi…je reviens, ne bouges pas…
Fred partit en vitesse dans sa chambre où il s’habilla tout en téléphonant au médecin qui s’occupait de Liz
F-Docteur, je suis Frédéric Ulm, mon amie a des problèmes
D-Qu’est ce qu’elle a ?
Fred retourna près de Liz qui n’avait pas bougé d’un cil
F-Elle a de la fièvre
D-Combien ?
F-Mais je sais pas, moi
D-D’accord calmez vous, amenez là à l’hôpital, je vous y rejoint.
F-D’accord merci.
Fred raccrocha et tira Liz de la couverture. Elle gémit mais ne fit pas un geste. Fred la prit dans ses bras et l’emmena dans la voiture
F-Vero, parle moi…tu peux pas m’abandonner, j’ai besoin de toi, tu m’as parlé de toi, je dois te parler de moi, allez je t’en prie…
Quand ils arrivèrent à l’hôpital, des infirmiers emmenèrent Liz et Fred patienta pendant une heure et demi avant de voir le docteur
F-Comment va t elle ?
D-Elle se réveille doucement.
F-Qu’est ce qu’elle a eu ?
D-J’attends les résultats mais rien de grave, ne vous inquiétez pas. Vous pouvez aller la voir, vous pourrez appeler quand elle se réveillera ?
F-Oui
D-Merci
Le médecin l’accompagna jusqu’à dans la chambre de Liz puis il s’en alla. Fred prit la main de Liz qui la serra un peu
F-Je suis là, ça va aller Vero, repose toi.
Il resta toute la nuit à lui parler sans qu’elle lui réponde. Puis vers 6h30, elle ouvrit les yeux.
F-ça va ?
Liz lui sourit et Fred appuya sur l’interrupteur, le médecin arriva aussitôt.

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parker Evans
Liz
avatar

Nombre de messages : 1122
Age : 30
Localisation : *~* On a stage *~*
Date d'inscription : 04/04/2005

MessageSujet: Re: my sun   Jeu 14 Juil - 17:24

Haaaaaa mais encore une que je connnaiiiiiiis!
ca fais toujour strop plaisir de relire des fics aussi bien!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://misslizzy01.skyblog.com
Lydia
Invité



MessageSujet: Re: my sun   Sam 16 Juil - 17:16

moi jla coné pa alor je veu la suite et vite!!!!!!!!!!!!! lol
Revenir en haut Aller en bas
tess5
Invité



MessageSujet: Re: my sun   Sam 16 Juil - 21:33

La suite vite !!!! Cé tellement trop bon chu encore sous le choc !!!
Revenir en haut Aller en bas
Isamax27
Invité



MessageSujet: My sun   Ven 29 Juil - 15:07

salut!
je reprends là où lizevans a arrêté!
isamax27


My sun (10ème partie)

F-ça va ?
Liz lui sourit et Fred appuya sur l’interrupteur, le médecin arriva aussitôt.
D-Bonjour mademoiselle Kickes, comment vous sentez vous ?
L-C’est à vous de me le dire
D-Bien répondu. Avez vous eu des douleurs ces derniers jours au niveau du ventre ?
L-oui
F-Pourquoi tu ne me l’a pas dit ?
D-Monsieur !!!
F-Désolé.
D-Et ces douleurs étaient comment ? C’était par moments ou c’est toutes les heures, de temps en temps, tout le temps ?
L-Tout le temps mais elles étaient plus fortes par moment, c’était souvent la nuit.
F-Pourquoi tu ne me réveillais pas ?
L-Parce que je pensais que c’était passager, je pensais que c’était normal pour une femme enceinte, je suis désolée
D-Monsieur, je peux vous parler en privé ?
F-J’arrive.
Fred lâcha la main de Liz
F-J’en ai pas pour longtemps
Fred suivit le médecin
F-Alors ?
D-Je viens de recevoir les résultats, ce n’est pas grave, elle peut rentrer chez elle, il faudra qu’elle prenne ses médicaments le soir un peu avant de manger.
F-D’accord. Merci.
D-De rien. J’ai signé les papiers, elle peut rentrer maintenant si elle s’en sent capable
F-Bien, merci docteur et désolé de vous avoir réveillé en pleine nuit
D-Vous avez bien fait, au revoir
F-Au revoir docteur.
Fred entra dans la chambre
L-Quand on s’en va ?
F-Maintenant à moins que tu veuilles rester ?
L-non, je veux rentrer
F-D’accord.
Liz et Fred rentrèrent et Liz partit se coucher sur le canapé. Fred prit le fauteuil et passa une annonce dans le journal en disant qu’il cherchait quelqu’un qui aimait les responsabilités et qui s’y connaissait en voiture. Fred réveilla Liz pour le déjeuner puis elle se rendormit tout de suite après. Le soir, Fred l’emmena dans sa chambre à lui où elle s’endormit sans poser de questions.
Le lendemain, Fred appela la secrétaire qui remplace Liz à l’agence puis lui dit qu’il n’ira pas travailler aujourd’hui mais qu’elle devait prendre tout les numéros de téléphone si quelqu’un venait à se présenter au poste. Puis il rejoignit Liz dans le lit qui dormait, il prit un livre et se mit à lire. Liz se réveilla vers 10h,
L-Fred…
F-Je suis là, ça va ?
L-ouais, je dors depuis quand ?
F-depuis 19h30. un beau bébé.
L-Comment va le bébé ?
F-Il va très bien, tiens regarde.
Fred prit une enveloppe et sortit des échographies.
F-C’est un petit garçon
L-un petit garçon ??
F-Oui, il se développe normalement
L-Il est normal ?
F-Oui.
L-C’est vrai ?
F-Oui tiens.
Fred lui donna les clichés que Liz regarda avec attention.
L-Oh mon dieu, il est petit. Regarde sa petite main oh et son pied, il est tout petit
Fred l’écouta décrire le bébé en souriant. Depuis ce jour, Liz dormit avec Fred. Un matin, Fred éteignit son réveil et se leva. Il prit son café habituelle tout en lisant le journal. Il allait s’en aller au travail quand quelqu’un sonna à la porte. Il alla ouvrir.
F-Bonjour.
C’était un jeune homme d’une vingtaine d’années.
H-Bonjour, est ce que mademoiselle Kickes habites ici ?
F-Oui que lui voulez vous ?
H-Lui faire signer ce bon
F-Qu’est ce que c’est ?
H-Une lettre de l’académie.
F-Est ce que je peux signer à sa place, elle dort et le médecin lui a dit de se reposer.
H-Oui, si vous mettez votre nom
F-d’accord
Fred signa le papier puis donna un billet au livreur qui s’en alla. Fred monta jusqu’à dans la chambre où il s’assit près de Liz qui se réveilla
L-Qu’est ce qui se passe ?
F-Tu as reçu une lettre de l’académie
L-Et…Et alors ? Qu’est ce qu’il dit ?
F-Je ne sais pas, je ne l’ai pas ouverte
L-Qu’est ce que tu attend ?
Liz était à présent bien réveillé, elle s’était assise et avait une main sur son ventre. Fred ouvrit la lettre.
F-Nous avons le…
Fred s’interrompit,
L-Non, c’est pas vrai
Liz commença à pleurer
F-Eh calme toi, j’ai pas fini, écoute jusqu’au bout
F-Nous avons le plaisir de vous annoncer que vous avez réussi vos examens.
Fred s’arrêta et regarda Liz qui pleurait mais cette fois ci de joie.
L-Oh mon dieu, j’ai…j’ai…
F-Tu as ton bac avec mention très bien
L-Oh là la…
Liz porta sa main à son ventre
F-Vero, ça va ?
L-oh mon dieu, …Fred
F-Je suis là
L-Aide moi, je crois que c’est le moment
F-Oh d’accord.
Ils arrivèrent à l’hôpital dix minutes plus tard. Fred patienta 10 minutes à peine avant de la voir apparaître.
F-Ça va Vero ?
L-Oui, c’était une fausse alerte.
Fred soutint Liz et la raccompagna à la maison
L-Va au travail, ça va aller
F-T’es sur que tu ne veux pas que je restes ? Parce que sinon ça ne me gênes pas.
L-Non vas y.
Fred s’en alla après l’avoir embrassé sur le front. Toute la matinée, il ne pensa qu’à Liz et à son bébé puis ses pensées se tournèrent vers sa femme à lui et son enfant. Il alla dans son bureau puis ouvrit un tiroir fermé à clé. Il en sortit une clé de taille normale. Il le serra dans sa main puis se leva et alla dans le bureau de son associé. Il l’avait trouvé peu après qu’il est posé l’annonce.
F-Il faut que je m’en aille, tu sauras t’occuper de l’agence l’après midi ?
Il s’appelait Cédric
C-Euh oui
F-parfait, bon et ben à lundi. Tu connais mon numéro si tu as besoin mais c’est seulement en cas d’extrême urgence
C-D’accord
Fred s’en alla. Il rentra chez lui vers 12h30 où il trouva Liz devant les fourneaux
F-Mais qu’est ce que tu fais ?
L-Euh…à manger
Fred s’approcha d’elle et lui prit sa main puis la fit s’asseoir sur ses genoux
L-Je voulais te faire plaisir
F-Tu sais ce qu’il me ferait encore plus plaisir ?
L-Que je te serves à boire ?
F-Non, que tu me suives.
Liz se releva se demandant ce qu’il allait faire. Il l’entraîna devant une porte que Liz n’avait jamais franchi.
F-Tu m’as dit la vérité sur ta vie, à moi de te dire sur la mienne.
Liz ne comprenait pas tout ce qu’il disait mais elle ne dit rien
F-J’ai été marié à une femme que j’aimais éperdument, et comme toi et Max on a fait un enfant. Et comme toi c’était un garçon. Seulement mon fils n’a jamais vu sa chambre
Fred ouvrit la porte et Liz et lui entrèrent dans la pièce, il y avait tout les accessoires pour un nouveau né, des couches, des biberons, de petits habits, un petit lit, il y avait vraiment tout ce qu’il fallait.
F-Lui et ma femme Caroline sont tout les deux morts le jour de l’accouchement ou les heures qui l’ont suivi…Ma femme est morte quelques minutes après avoir mit au monde un petit garçon, et lui il est mort durant la nuit, avant que j’ai pu lui donner un nom. Je n’ai jamais su de quoi, les médecins eux même non pas compris. Ça s’est passé un mois avant que tu arrives. Je ne sais pas comment j’ai fait pour tenir mais j’ai tenu. Ensuite tu es arrivée, tu semblais si perdue quand le médecin t’avait dit que tu étais enceinte et que tu ne pouvais plus avorter, alors j’ai su que tu étais celle qui me fallait.
Fred mit Liz devant lui
F-Je me suis servi de toi pour diminuer ma peine, j’en suis désolé mais…
Liz mit son doigt devant la bouche de Fred
L-On avait besoin l’un de l’autre, c’est tout. Si tu n’aurais pas été là, je suis morte de chagrin et d’après ce que tu viens de me dire, tu serais toi aussi mort.
F-Oui, alors ce que j’aimerai faire c’est te donner ça.
L-Quoi ça ?
F-Cette chambre, ses habits, ses biberons, tout ce qu’il y avait pour mon bébé, je veux que ça aille pour le tien,
L-Non je peux pas accepter
F-Pourquoi ? ces vêtements ne me serviront pas alors autant que ça serve à quelqu’un
L-Si ça te servira à toi
F-Tu crois vraiment que je rentres là dedans ?
Fred lui montra un petit pyjama
F-S’il te plait, accepte le comme un cadeau de naissance
L-pourquoi ?
Fred lâcha le pyjama et vint prendre Liz qui commençait à pleurer
L-pourquoi ? Pourquoi fait tu tout ça ?
F-Parce que tu m’as sauvé la vie, que tu es comme la petite sœur que je n’ai jamais eu, que j’ai envie d’entendre les cris d’un enfant dans cette maison, parce que j’ai envie de te voir heureuse, parce que je t’aime et je n’ai pas envie de te perdre
Fred l’embrassa sur les cheveux
F-S’il te plait
L-Mais normalement en cadeau de naissance, on offre une peluche ou un vêtement pas une chambre avec tout ce qu’il y a dedans
F-Tu n’as qu’à te dire que je suis généreux
L-Tu l’as toujours été, je ne connais pas beaucoup de personnes qui offre un toit à leur secrétaire, et je t’ai pas remercié
F-Si à ta façon, quand tu es près de moi, tu me dis merci, quand tu souris, quand tu ris et c’est ça ta façon de me remercier, je t’en prie Vero dis moi oui
L-Ça fait beaucoup
F-Je t’en prie.
L-…D’accord
F-Merci, merci Vero
Ils restèrent une heure de plus dans la chambre puis ils descendirent manger. L’après midi, Liz et lui restèrent dans le salon où il se mirent à se raconter leur vie. Le lundi matin après un week-end merveilleux, Fred alla travailler tandis que Liz était dans la chambre du bébé. Elle laissa courir ses doigts contre le lit puis sur les vêtements, elle s’arrêta sur un nounours qu’elle prit dans ses bras. Elle retint ses larmes et descendit dans le salon. Elle s’assit sur le canapé avant de s’allonger. Plus le temps passé, plus elle avait du mal à s’asseoir et à se lever aussi facilement qu’avant, elle savait que c’était normal mais elle avait hâte d’accoucher. Liz alluma la télé et la regarda une demi-heure avant de s’endormir. Quand Fred rentra le midi, il la trouva endormi avec la peluche dans les mains. Il s’éloigna préparer à manger, Liz le rejoignit peu de temps après
L-Tu es là depuis longtemps ?
F-Non, t’as faim ?
Liz ne lui répondit que par un sourire
F-Ça tombe bien parce que j’ai fait une part de plus
Liz agrandit son sourire. Puis ils mangèrent. Le soir alors que Liz était partie au lit après avoir regardé un film en compagnie de Fred, Fred apparut et se pencha au dessus d’elle alors qu’elle s’endormait peu à peu
F-Je suis en bas, j’ai oublié d’étudier une vente
L-Pourquoi tu ne la travaille pas là ?
F-Parce que tu n’arrivera pas à dormir
L-Tu crois ? Je suis sur que si il y avait de la musique à fond, je dormirai quand même.
F-D’accord je reviens
Fred revint deux minutes plus tard avec un dossier, qu’il étala. Liz prit une feuille et la lut mais Fred la reprit
F-C’est aussi pour ça que je ne voulais pas venir travailler ici,
L-Pourquoi ?
F-Tu es en congé alors tu ne dois pas travailler
L-Je ne fais pas me fatiguer à lire une feuille,
F-Non mais à près tu vas vouloir corriger mes fautes si il y en a, puis taper les lettres à l’ordinateur
L-Normal je suis ta secrétaire
F-Pas pour le moment, pour le moment tu es juste une femme enceinte qui a besoin de repos.
L-D’accord, je ne touches à rien.
Liz ferma les yeux et Fred travailla le dossier. Au bout d’un moment, Liz parla
L-Tu te rend compte qu’on n’a même pas fêter mon bac ?
F-On le fêtera quand ton fils sera né, ça fera un tir groupé. Allez dors bien.
Liz finit par s’endormir entendant le stylo de Fred râpé le papier. En pleine nuit, Liz se réveilla avec une douleur au ventre. Liz se leva et alla aux toilettes. La douleur passa et elle se décida à retourner dans la chambre. Elle venait de fermer la porte quand une autre douleur la vit tomber à genoux. Elle porta ses mains à son ventre
L-Fred…Fred…
Liz haussa un peu la voix mais elle avait l’impression que sa voix s’en allait.
L-FRED !!!!
Fred se retourna et mit sa main sur l’oreiller de Liz qui était vide
L-FRED !!!!
Fred se réveilla d’un coup et s’approcha de Liz qui se tenait le ventre
L-Fred, je perd les eaux, je vais accoucher, aide moi
F-Ne t’inquiètes pas, je suis là
Fred la remit debout et l’aida à aller jusque dans la voiture.
F-ça va ?
L-J’ai mal, aide moi.
F-ça va aller on est presque arrivé.
Fred sortit son téléphone et téléphona à l’hôpital pour lui dire que Liz arrivait et qu’elle était en train d’accoucher.
F-On arrive.
L-Tu resteras avec moi ?
F-je ne pourrais pas.
L-Pourquoi ?
F-Parce que je ne suis rien pour toi.
L-ne me laisse pas, je t’en prie.
F-On demandera au médecin mais je ne pense pas qu’il acceptera
Arrivée à l’hôpital, ils mirent Liz sur une chaise roulante et l’emmenèrent.


A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Isamax27
Invité



MessageSujet: My sun   Ven 29 Juil - 15:09

My sun (11ème partie)

Arrivée à l’hôpital, ils mirent Liz sur une chaise roulante et l’emmenèrent.
L-Fred !!!
F-Je suis pas loin
Les portes se refermèrent et Fred resta au dehors. Une infirmière sortit
F-Comment va t elle ?
I-Pour le moment elle va bien
L’infirmière s’en alla à la recherche d’un médecin qui arriva deux secondes plus tard.
M-Bonsoir vous êtes le mari ?
F-Non l’ami, est ce que je peux la rejoindre ?
Le docteur hésita puis en entendant Liz criait et une infirmière lui disant de se dépêcher, il accepta. Il revêtit une blouse et rejoignit Liz
L-Tu es venu ?
Fred n’eut pas le temps de répondre que Liz poussa un cri et lui broya les doigts.
Pendant plus de quatre heures, Fred soutint Liz autant qu’il le put. Puis un cri perçant retentit et le médecin donna un petit bébé à Liz qui pleurait
M-Vous avez un petit garçon
L-Fred…A défaut d’être le père accepterais tu d’être le parrain ?
Fred lui sourit
F-oui, je t’aime Vero
Liz lui sourit puis donna le bébé à Fred
F-Bonsoir petit bébé
M-Dites plutôt bonjour, il est 6h30 du matin.
F-je vais recommencer alors. Bonjour petit bébé, dis bonjour à tonton Fred.
Une infirmière vint près d’eux
I-Je dois le prendre pour faire les examens nécessaires. Comment s’appelle ce petit garçon ?
L’infirmière regarda Fred qui regarda Liz
F-Tu veux qu’il s’appelle comment ?
L-Fred, comment tu aurai appelé ton fils ?
Fred se tut un moment puis regarda le petit garçon
F-Denis je l’aurai appelé Denis
L-Alors ce petit garçon s’appellera Denis
L’infirmière le prit et disparut. Fred se tourna vers Liz qui souriait
F-Pourquoi souris tu comme ça ?
L-Parce que je ne me souviens pas d’avoir déjà un sourire aussi grand sur ton visage. Et c’est joli.
Une heure plus tard, Liz et Fred étaient dans une chambre. Liz avait ses yeux qui se fermaient peu à peu mais elle voulait voir avant Denis. Fred lui tenait la main mais Liz ne put tenir et elle s’endormit. Denis arriva une demi-heure plus tard, il dormait comme sa mère. Liz se réveilla deux heures plus tard et vit Denis dans un petit berceau, il dormait. Puis elle vit Fred qui s’était endormi sur le fauteuil. Liz sourit, elle pensait avoir tout perdu mais en fait une avait acquis de nouvelle choses, comme un fils et un ami qui était le parrain de son fils.
Les mois qui suivirent la naissance de Denis passèrent vite, Fred avait, grâce à la présence de son associé, de nombreux jours de congé. Son associé était vraiment compétent, il s’entendait comme des vieux amis, quand l’un devait s’en aller plus tôt, l’autre le remplacer. Liz quant elle était aux anges, Denis grandissait et était en bonne santé, elle et Fred dormaient toujours ensemble comme deux amants mais aucun rapport n’avait lieu, c’était vraiment comme un frère et une sœur. Denis avait maintenant 11 mois. Liz et lui revinrent du médecin, depuis hier soir, Denis n’avait cessé de pleurer et de tousser. Il avait du sirop à prendre. Quelques jours plus tard, sa toux était moins forte mais elle l’empêchait de dormir la nuit. Un mois plus tard, Denis venait de fêter son premier anniversaire. Il ne toussait plus depuis maintenant plusieurs jours. Une nuit alors que Liz et Fred dormaient, il se remit à tousser. Liz vint près de lui
L-Et ben mon petit soleil, viens par là.
Liz le prit dans ses bras puis l’emmena en bas dans la cuisine. Elle mit un peu d’eau dans son biberon et le donna à Denis qui en but un peu
L-Ça va mieux mon petit cœur ?
Denis s’endormit dans les bras de Liz au bout d’un moment. Liz le remit au lit puis elle même retourna se coucher. Une heure plus tard, Denis se réveilla en hurlant, Liz y alla en courant. Elle se pencha au dessus du lit et vit Denis pleurait et toussait.
L-FRED !!!FRED !!!
Fred arriva aussitôt
L-Denis ne va pas bien
Fred le prit dans ses bras
F-Donne moi son biberon
Liz le lui donna mais Denis n’en but pas
F-Je reviens
Fred donna Denis à Liz puis partit téléphoner à l’hôpital tout en s’habillant. Il revint dans la chambre
F-va t’habiller, on va à l’hôpital
L-Mais…
F-Tout de suite.
Fred prit Denis et Liz partit mettre un pull et un jogging puis ils partirent à l’hôpital. Deux jours plus tard, le verdict tomba, Denis avait un cancer des poumons.
L-NON !!!!C’EST IMPOSSIBLE !!!!PAS LUI !!!
Fred retenait ses larmes. Puis il dut arracher Liz de la vitre qui la séparait de Denis pour rentrer chez eux. Liz pleura toute la nuit dans les bras de Fred en lui posant des questions aux quels Fred ne connaissait la réponse. Après cet événement, tout était différent, comme Denis était souvent à l’hôpital mais comme Liz ne pouvait pas aller le serrer dans ses bras, Liz avait reprit le travail à mi-temps. Liz et Fred ne dormaient plus ensemble, Liz dormait tout les soirs sur un fauteuil qu’il y avait dans la chambre de Denis. Lui et elle se soutenait le plus qu’il le pouvait mais c’était dur et souvent quand l’un se trouvait seul, ils pleuraient. Denis quant à lui accumula les opérations, les médicaments, les chambres stériles pour seul visite une infirmière qui lui donnait à manger et lui faisait des piqûres et de temps en temps un médecin passait mais il n’adressait aucun mot à Denis et s’en allait laissant Denis en pleurs dans la chambre.
Un an et demi plus tard, alors que Denis était rentré à la maison. Fred revint du travail.
F-Vero, t’es où ?
L-En haut avec Denis
F-Tu peux venir, s’il te plait.
Liz descendit avec Denis dans les bras qu’elle mit dans son siège-bébé. Fred lui tendit une feuille, Liz la saisit et fut obliger de s’asseoir.
F-Je crois qu’il est temps
Liz secoua la tête, elle en était incapable
L-Non, c’est trop tôt.
F-Ils ont droit de connaître leur petit fils
Liz regarda Denis qui gribouillait sur une feuille. Les paroles du médecin lui résonnèrent encore dans la tête
M-Votre fils est en stade terminale, nous ne pouvons plus rien faire pour lui, je suis désolé
Et c’est là que Fred avait posé une question qui tenait en un mot, au début Liz ne comprit pas ou plutôt elle ne voulait pas comprendre
F-Combien ?
Le médecin avait baissé la tête avant de dire à nouveau qu’il était désolé mais qu’il restait cinq mois peut être six mois de vie à Denis mais pas plus.
Liz regarda Fred puis Denis
L-A quoi ça va servir ? Il va mourir
Fred vint près de Liz et lui montra la fille de la feuille, c’était elle, quand elle était encore Liz Parker, une simple lycéenne
F-Regarde la photo, et dis moi ce que tu vois.
L-Une fille qui a l’air heureuse.
F-Non, une fille qui est heureuse
L-Pourtant Max était déjà avec Tess à ce moment là
F-Peut être mais elle y croyait, elle croyait que Max lui reviendrait et que elle et Max vivraient heureux.
L-Mais ça se s’est pas passée comme ça. Il est parti avec elle
F-Regarde maintenant Denis
Liz l’écouta et regarda Denis
F-Qu’est ce que tu vois ?
L-Un petit garçon de 2 ans et demi qui approche de ses trois ans mais qu’il ne les verra jamais
F-Mais tu vois surtout un petit garçon qui est plein de vie et qui va mieux depuis combien de temps ?
L-Deux semaines
F-Il ne faut pas baisser les bras, si toi tu les baisses qui sera près de lui ?
L-Toi
F-Oh non, parce que c’est toi qui m’aide quand je ne vais pas bien, si toi tu baisses les bras, tout le monde te suivra, moi avec.
L-J’ai changé, je ne leur doit plus rien
F-Si, c’est eux qui étaient près de toi pendant 18 ans, pas moi ni Denis
L-mais maintenant j’en ai 21 presque 22
F-C’est vrai tu as changé en apparence mais à l’intérieur non, je te connais maintenant. Je connais tes petites manies, comme tu connais les miennes. Je ne te demande pas grand chose, dis leur juste que tu vas bien
L-Et tu trouves que c’est pas grand chose ? Il y a trois ans je les ai quitté parce qu’ils ne me comprenaient pas, pourquoi maintenant ils comprendraient, que j’ai préféré prendre la fuite que d’affronter la réalité ?
F-Parce que se sont tes amis et ta famille, ne l’oublies pas, même avec tout l’or du monde tu n’arriverai pas à les oublier. Et puis je te signale que tu es partie avant de savoir si ils te comprenaient, ce qui était sûrement le cas.
Fred s’en alla, Liz attendit un moment puis monta dans son ancienne chambre. Elle n’y avait pas remit les pieds depuis qu’elle avait eu une douleur au ventre et qu’elle n’avait rien dit à Fred, car depuis elle avait dormi dans le lit à Fred mais à présent s’était le fauteuil de la chambre à Denis. Elle déposa Denis par terre et s’approcha de son sac de voyage. Elle l’ouvrit et découvrit son journal et des photos, des photos de ses parents mais aussi de ses amis, de tous ses amis, Maria, Kyle, Alex, Max, Isabel, Michael mais aussi de Tess. Et même du shérif, elle se demandait comment ils allaient, apparemment ils la recherchaient est ce que ça voulait dire qu’il y avait eu un événement grave ces derniers temps à Roswell. Elle n’en savait rien, elle resta à regarder les photos jusqu’à que Fred monte
F-Je t’ai toujours appelé Vero alors qu’en réalité tu t’appelles Liz, je connais ta vie depuis presque ta naissance, ils ont droit de savoir la tienne de ces trois dernières années. Je vais donner à Denis son bain, réfléchis bien.
Liz redescendit une heure plus tard, alors que Fred donnait à manger à Denis.
L-T’as gagné j’écris une lettre
Fred sourit à Liz qui se remit à regarder la feuille où elle y était. Fred avait raison, elle avait changé de coiffure, de style vestimentaire, elle se souvenait que dès qu’elle avait sa nouvelle identité, elle avait claqué sa paye dans des diffèrent magasins pour changer d’apparence mais si Fred l’avait reconnu, d’autres le feraient sûrement. Alors que Liz entendait les rires de Denis, elle essayait d’écrire la lettre mais que pouvait elle leur dire ? A qui elle devait l’adresser ? A Maria ou à ses parents, mais comme ceux ses derniers, n’étaient au courant de rien, elle ne pouvait pas leur parler librement en leur expliquant clairement les raisons de son départ. Alors elle décida de l’écrire à Maria. Après plusieurs tentatives, sa lettre disait ça
« Chère Maria,
Je sais que tu me recherches mais arrêtes tout de suite. Tout ce que tu sauras de moi, c’est que je vais bien, et que je revis. Tu n’auras qu’à dire à mes parents ainsi qu’à Kyle et à son père que je pense à eux ainsi qu’à toi mais je ne peux pas renter à Roswell, du moins pas tout de suite. J’espère que de votre côté, ça va pour le mieux.
Liz »
Liz poussa un soupir à fendre des cœurs. Denis arriva près d’elle.
D-maman ???
L-oui mon cœur ?
D-Tu viens raconter une histoire ?
L-J’arrive. Fred, je vais le coucher
F-D’accord.
Liz monta avec Denis qui s’endormit avant d’entendre la fin de l’histoire. Liz redescendit et vit Fred au dessus de sa lettre
L-C’est nul, hein ?
F-Non mais tu pourrais expliquer ce que tu es devenu, lui expliquait pourquoi tu revis
L-Parce que j’ai un fils mais surtout parce que je t’ai toi
Fred s’assit à côté de Liz et l’aida pour écrire la lettre. Il était plus de minuit, quand ils allèrent se coucher. La lettre n’était guère plus explicite
« Chère Maria.
Qu’est ce que je dois te dire sinon que je suis désolée. Je sais que tu me recherches mais je ne suis pas encore prête à retourner à Roswell. Même si ils sont partis, ils restent à Roswell par les souvenirs et je crois que c’est de ça que j’ai le plus peur. J’aimerai te dire ma vie mais ça ne tiendrait pas dans une lettre tellement j’ai plein de choses à te dire. Je te dirai juste que je vais mieux ces derniers temps, que je pense à vous tous et que je vous aime. Je ne sais pas quand je rentrerai à Roswell, si même un jour j’y retournerai. J’ai trop peur que le passé resurgisse et qu’il me fasse de nouveau mal. Mais j’espère de tout cœur, que tout les habitants de Roswell vont bien
Liz »
Liz se coucha dans son lit qu’elle n’avait occupé depuis longtemps et deux heures plus tard, elle se leva d’un bond et partit dans la chambre de Fred où elle s’assit sur le lit
L-Fred…
Elle le secoua légèrement et il se redressa tout endormi
F-Qu’est ce qu’il y a ?
L-Je peux pas envoyer la lettre
F-Pourquoi ?
L-Elle saura que j’habite à Denver et elle va vouloir me parler et j’ai peur
F-mais je croyais que c’était de Roswell dont tu avais peur ?
L-NON, j’ai peur de mon passé en général
F-calme toi.
Fred força Liz à se mettre sous les couvertures et entendit sa respiration qui devenait saccadé
F-Chut calme toi
Fred serra Liz dans ses bras et attendit qu’elle se calme.
L-Qu’est ce que je vais faire ?Répond moi, Fred
F-vas carrément les voir
Liz tira les bras de Fred et se retourna pour le voir en face
L-Tu es malade ou quoi ?
F-Non mais Denis oui, ses grands parents ont droit de le voir comme lui a droit de les connaître
L-Arrêtes
F-Non c’est à toi d’arrêter, Denis va mieux ces derniers jours, c’est le moment idéal pour aller les voir
L-Mais comment ils font réagir ?
F-Ils seront heureux que tu sois de retour parmi eux
L-Tu crois ?
F-J’en suis certain. Allez essaye de dormir
Liz se recoucha mais elle ne dormit pas le reste de la nuit. Un mois passa sans que Liz prenne une décision. Puis un jour alors qu’elle regardait une photo du groupe, Fred l’enlaça
F-Pourquoi tu n’accroches pas cette photo ?
L-Parce qu’ils sont partis
F-Peut être mais il y a aussi Maria, Kyle et le shérif et eux ils ne sont pas partis
L-mais j’aurai l’impression qu’ils m’observent
F-Donne.
Fred prit le cadre et descendit.
L-Qu’est ce que tu fais ?
F-Je vais l’accrocher
L-Je te le laisse accrocher si toi tu met une photo de ta femme
Fred soupira
F-Je sais même pas où sont les photos
L-Si tu le sais, ils sont dans le salon, dans un meuble que tu gardes toujours fermé
F-Et j’ai mes raisons
L-…On va faire quelque chose d’accord ?
F-d’accord
L-Si tu accroches une photo de ta femme même qu’une, je vais à Roswell avec Denis
Fred hésita
F-D’accord
Liz lui fit un sourire et alla dans ses bras
L-Mais un dernier détail, tu me laisse faire comme je veux
F-Comment ça ?
L-Je vais à Roswell mais je ne leur dit pas qui je suis, ou du moins pas tout de suite
F-Ça me va

De retour à Roswell dans le Crashdown
L-Il m’a accompagné à l’arrêt de car puis je suis montée dedans et Roswell me revoilà
Liz essuya ses yeux et leur sourit. Elle venait de leur révéler ce qu’elle avait vécu sans eux mais avec Fred et Denis.

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: my sun   

Revenir en haut Aller en bas
 
my sun
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roswell-fanfictions :: Fan-Fictions :: Dreamer-
Sauter vers: